in ,

Rentrez chez vous !

Le cultissime film « La bataille d’Alger » de Pentecorvo où Yacef Sâadi joue son propre rôle durant la lutte de libération aux côtés des acteurs incarnant Ali La Pointe, P’tit Omar, Hassiba Ben Bouali et d’autres héros et héroïnes, film que chaque Algérien a vu au moins une dizaine de fois dans sa vie, s’achève sur les manifestations du 11 décembre 1960 où le peuple algérien était massivement sorti signifier aux forces d’occupation son besoin définitif de souveraineté sur sa terre et, partant, la fin du colonialisme.

Dans la dernière scène du film on entend une voix, s’élevant du camp des forces de répression et transcendant les détonations des balles et les nuages de fumée des bombes lacrymogènes, lâcher ces mots : « Rentrez chez vous !!! »

Les Algériens et Algériennes qui manifestaient ce jour-là étaient chez eux et n’attendaient que cette reconnaissance. Ils étaient chez eux, tandis que la voix n’allait pas tarder à rentrer chez elle.

Le peuple algérien qui manifestait en cette journée historique est le même que celui qui manifeste aujourd’hui sur les mêmes lieux. Le film était centré sur Alger en particulier, mais la réalité était celle de tout le pays, comme aujourd’hui.

Publicité

Le grand-père et la grand-mère, le père et la mère, ont été remplacés par leurs descendants en droite ligne, fils et filles, petits-fils et petites-filles, et sont tenaillés par le même besoin de souveraineté, sur leur Etat cette fois. Parmi eux, et comme en un clin d’œil de l’histoire, il y avait des héros de « La bataille d’Alger » encore en vie, Yacef Sâadi, Djamila Bouhired et d’autres aussi certainement.

Les 3 B et le général GS doivent savoir que lorsque les Algériens passent de l’état physico-chimique d’individus détachés les uns des autres, à l’état psycho-chimique de citoyens soudés les uns aux autres par la pensée et l’action, personne ne peut les faire rentrer chez eux sans le trophée de la victoire.

Ils ne rentreront chez eux et ne se sentiront chez eux que lorsqu’ils auront réglé son compte au « système » qui les colonise depuis 1962.

D’une seule voix, ils clament aux multiples et hideux visages du système, qu’ils soient au-devant de la scène, ou complotant dans l’ombre : « Dégagez ! Rentrez chez vous ! ».

Publicité

Il est encore temps de l’écouter, de négocier et de coopérer directement avec lui pour le bien de tous, au lieu de continuer à lui dicter des feuilles de route inacceptables, comme jadis le colonialisme.

Demain vaut mieux que trop tard.

Publicité
Publicité

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’important mes amis est que tous le peuple Algériens soit unis. Cette dernière lettre de Mr Boukrouh reflète la volonté populaire, il a réalisé qu’on ne peut rien attendre du “Gnéral“ Gueyed, (dailleur son nom de gueyed lui correspond trés bien, c’est un nom qui veut dire aussi le traître à la cause Algérienne durant la guerre de l’indépendance). El gueyed veut faire un coup d’état à la merveilleuse révolution pacifique du peuple Algérien, et ce n’est qu’en restant unis que nous réussiront. Il faut continuer à secouer l’arbre du régime et les pommes pourris finiront par tomber toutes. El gueyed et certains généraux font partie de cette pourriture, et croyez moi ils sont en train de vibrer et d’osciller et ils vont finir par tomber !

  2. Les paroles s’en vont mais les écrits ont ceci de fâcheux qu’ils restent…
    Le 29 mars il y a treize jours à peine vous étiez à fond pour l’article 102 et saluiez la prise de position de l’armée. Vous prétendiez même que le choix du peuple était une solution dans la légalité constitutionnelle
    « Cette marche avait valeur de référendum car elle devait explicitement trancher entre une vision légaliste de la manière de sortir de la crise, et une vision prônant la sortie de la légalité en excipant de la « logique révolutionnaire ».
    « Ceux qui repoussent l’article 102 après l’avoir demandé poussent au nihilisme et encouragent la posture de Bouteflika dans son bras-de-fer contre le peuple. Ils cherchent aussi à opposer ce dernier à l’armée au moment où celle-ci a pris son parti, appliquant de fait l’article 7 de la Constitution. »
    « Personne ne peut démanteler le « système » en sortant de la légalité, ni en quelques mois ni en quelques années. Il sera facile d’éloigner les figures de premier plan qui ont incarné le système, mais très difficile de démasquer ceux qui sont dans l’ombre depuis des années et des décennies à divers niveaux des institutions, quelles qu’elles soient. »
    « A cet égard, l’application de l’article 102 serait une bonne chose »
    « Le choix du peuple entre la formule légaliste et la formule de la transition hors du cadre légal en vigueur est tombée aujourd’hui du plus haut niveau de la souveraineté sous la forme d’un oukaze de Son Excellence Le Peuple Algérien :
    « Notre majesté est attachée à une solution légaliste, dans le respect de la Constitution et des lois du pays, en attendant leur adaptation à la nouvelle configuration historique ».
    https://oumma.com/la-marche-referendum-du-29-mars/

    Treize jours plus tard (moins de deux p… de semaines), 102 pouah pouah, légalité bye bye, Gaid Salah vilain pas beau et retour à la « logique révolutionnaire », c’est-y pas beau la constance ?
    Aucune vision, pas la moindre boussole, tout en navigation à vue au gré des quatre vents et surtout rien à f… des récifs éventuels sur lesquels pourrait s’échouer le navire Algérie.

  3. vous aussi : rentrez chez vous, et arrêtez de raconter des conneries. L’algérie n’a pas gagné son indépendance, c’est le résultat d’un référendum… Si la France avait voté contre l’indépendance vous ne seriez encore qu’un dom tom…

    • Ben oui, la France voulait généreusement donner leur indépendance aux Algériens. Mais au fait combien de temps à durée la guerre d’Algérie ? 8 ans ! Donc la France voulait donner l’indépendance, mais a préférée 8 ans de guerre avec un tas de morts, de personnes traumatisées. C’est logique, mais bon votre pseudo vous caractérise parfaitement.

    • @nimportequoi – Un territoire ne peut pas être un dom tom.
      Je vis dans un dom, rien à voir avec un tom.
      L’Algérie qui était un département serait aujourd’hui à classer parmi les dom.
      C’est vrai que les français se sont prononcés majoritairement par référendum pour l’indépendance de l’Algérie.

  4. Sauf que cette fois-ci, tout le monde est chez-lui.
    Et donc il va falloir s’entendre sur le mode de vie qui permet une cohabitation entre les uns et les autres. C’est-à-dire, bien que le droit doive faire son travail pour demander des comptes à ceux qui ont pillé les richesses du pays, et/ou ceux qui ont failli à leurs responsabilités, il ne faut exclure personne?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Seuls 23% des enfants de la troisième génération portent un prénom arabo-musulman, selon une étude

Algérie : qui remportera le bras de fer entre Gaïd Salah et le peuple ?