in

Ma rencontre avec le sionisme français

De ceux qui sont prêts à légitimer le meurtre et la torture de la Palestine en soutien à l’occupation israélienne, il faut seulement s’attendre à ce qu’ils inventent des mensonges et de fausses accusations pour intimider leurs adversaires.

Des Palestiniens prient durant une manifestation contre les colonies juives dans le village de Deir Estia, en Cisjordanie occupée, le 2 avril 2010 (Najeh Apaimages).

Ma dernière rencontre avec le sionisme international a eu lieu à Paris, le 10 mars, après la projection du film documentaire « Derrière les Fronts » au cinéma des Trois Luxembourg. J’y étais pour participer au débat qui suit la projection du film dans la mesure où j’apparais de façon très visible dans le film lui-même. Mais, aussitôt après que l’un des spectateurs a posé une question, réelle et sincère, sur les psychopathologies que je rencontre en tant que praticienne en Palestine, un ami d’Israël s’est emparé du micro, saisissant l’occasion pour faire un long discours, haineux et chauvin, sur la « paranoïa des Palestiniens » et « la violence et le racisme naturels des Arabes », jusqu’à ce que, finalement, le public ne puisse plus tolérer sa diatribe et que monte un vif tollé général exigeant qu’il laisse s’exprimer quelqu’un d’autre.

Bloquer le débat public

Le nom, le sexe, la couleur, la religion et l’aspect de cette personne sont moins importants que son rôle : arriver à tout moment et en tout lieu possibles pour museler la parole de ceux qui reconnaissent les Palestiniens et les montrent comme défendant leurs droits. « Lui », je l’avais déjà rencontré d’innombrables fois dans le passé – quand je suis intervenue comme étudiante à l’université Saint Peters à New York il y a des années, quand je suis intervenue parmi les professionnels à l’« Évènement spécial de l’Espace de pensée » de la Tavistock and Portman NHS Foundation Trust à Londres, après la guerre de 2014 contre Gaza, et aujourd’hui au cinéma, à Paris.

Son rôle est d’occuper le temps consacré au débat public afin d’empêcher que n’ait lieu une discussion sérieuse, d’intimider les orateurs et le public par son attitude agressive et accusatrice, et de profiter de l’occasion pour diffamer et pour menacer les orateurs et les personnes chargées de l’organisation de cette activité qui reconnaît l’expérience palestinienne.

Actuellement, nous voyons bien qu’Israël se hâte d’inventer de nouvelles lois pour criminaliser et punir celles et ceux qui s’impliquent dans le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) et qui mettent en avant les actions illégales, honteuses, d’Israël. Rien qu’en l’espace de ces derniers jours, Israël a expulsé Hugh Lanning, le président de la Campagne Solidarité Palestine pour son implication dans la critique d’Israël, et il a arrêté Kahlil Tufakji, le directeur du Centre palestinien pour les droits de l’homme (le PCHR), un expert en cartographie et colonisation.

Une liberté menacée

Pendant ce temps, les amis d’Israël en Europe et aux USA agissent, « plus royalistes que le roi », s’occupant des Palestiniens et de leurs amis internationaux, les cataloguant, tissant des mensonges pour salir leurs réputations, et les attaquant dans leurs moyens de subsistance. Partout, la puissante matraque d’Israël est brandie pour menacer quiconque ose critiquer l’occupation ou se mobiliser dans une action non violente pour aborder les violations des droits de l’homme en Palestine.

J’ai des amis qui ont reçu des menaces contre leur vie parce qu’ils sont impliqués dans un soutien aux droits des Palestiniens. Il faut se demander quel recours est laissé aux Palestiniens quand la diplomatie échoue et quand l’action non violente est criminalisée – poser cette question n’est pas encourager la violence, c’est observer la façon dont les partisans du sionisme, tout en bloquant toutes les voies possibles pour une réponse publique non violente, s’impliquent eux-mêmes dans les épisodes de violence qui suivent.

Dans ce contexte, le monopolisateur du microphone dans ce cinéma a, délibérément, fait la fausse déclaration que la projection de ce film avait été organisée dans le cadre de la « Semaine contre l’apartheid d’Israël ». Il porte l’accusation absurde que tant moi-même que la réalisatrice du film serions des agents du terrorisme et, ce faisant, il met en danger nos carrières, notre liberté personnelle et notre sécurité physique. Il affirme en outre le mensonge incendiaire et colossal que j’identifierais les civils israéliens comme des cibles légitimes de la résistance armée !

Enfin, il admet trouver le film « incompréhensible » ! Peut-être parce que dans sa conscience et dans son esprit, persiste cette contre-vérité usée jusqu’à la corde : que les Palestiniens « n’existent pas – où sont les Palestiniens ? ». Mais le film donne une vie et une présence indéniables aux Palestiniens dans leur merveilleuse diversité : l’archevêque Atallah Hannah, le détenu gréviste de la faim Sheikh Khader Adnan, la directrice de l’organisation queer « Aswat », un professeur universitaire, Dr. Abaher Al Saqqa, un autre universitaire, l’ancienne prisonnière universitaire Rula Abu Dahho, et Demma Zalloum, cette jeune mère qui sauva son enfant de l’enlèvement par les colons.

Tous ces Palestiniens se joignent à moi pour vous transmettre ce message commun : nous continuerons de partager nos divers témoignages sur l’occupation, quelles que soient les forces utilisées pour briser les tissus de la solidarité palestinienne. Nous renforcerons nos mises en réseau avec celles et ceux qui défendent la justice, et nous tendrons nos mains aux vrais amis de la Palestine.

Traduction : JPP pour les Amis de Jayyous

 

Nous vous proposons de voir ou revoir la bande-annonce du film « Derrière les fronts : Résistances et Résilience en Palestine » réalisé par Alexandra Dols qui met en lumière le travail et l’engagement remarquables de la directrice du Centre médico-pyschiatrique de Ramallah, Samah Jabr, auprès des siens en souffrance, ainsi que les graves dommages psychologiques causés par l’occupation israélienne sur le peuple palestinien. La tyrannie du gouvernement ultra-sioniste de Netanyahou ne sévit pas uniquement par les armes, elle fait également des ravages dans les esprits, jeunes et moins jeunes, dans l’espace mental, précisément derrière les fronts…

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. J’admire le combat de ces femmes et hommes du mouvement BDS, dont on trouve parmi eux d’ailleurs des non musulmans et des laïques, alors que nous communauté musulmane (fidèles et savants religieux) on ne fait rien. De par l’Islam, nous avons l’obligation d’assister nos frères et sœurs en Palestine.

    • Oui ce sont des gens courageux qui agissent et se dressent pour dire la vérité. Ils tentent quelque chose, ça ennuie un ennemi mais ça ne l’élimine pas.

      De notre côté on se contente de parler car nous nous avons perdu l’unité qui nous donnait la force.

      Par conséquent la oumma islamique se fait attaquer de tous côtés et chacun est occupé avec ses misères, et ceux qui ont la chance, comme nous, de ne pas subir la guerre, nous nous contentons de dénoncer ce qui se passe pour nos frères et sœurs dans des pays qui nous paraissent lointains.

      Qu’Allah, Le Seigneur de l’Univers, nous guide dans le droit chemin, afin que nous nous réformions déjà en nous même, puis dans nos foyers, dans nos villes, dans nos pays puis qu’Il nous rassemble sous une seule bannière afin de libérer nos frères et sœurs du monde entier de la tyrannie du premier au dernier.

        • Un appel à une poursuite du BDS, voire son amplification créerait une guerre civile en France ??? Vous avez une imagination galopante….!!
          La domination des Israéliens sur les palestiniens est basée effectivement sur l’argent et les armes sophistiqués, et je comprends que les BDS puissent vous inquiéter, si vous êtes un soutien du sionisme…

        • Déjà je ne vis pas “chez vous” la terre entière appartient à Allah elle n’est ni à toi ni à moi, je n’ai pas la prétention de dire qu’elle m’appartient contrairement à un certain peuple d’imposteurs, ensuite je ne vois pas le rapport entre un appel à la guerre civile et un appel à s’unir pour sauver les frères et soeurs en Islam qui souffrent aux mains de leurs oppresseurs en Palestine, Irak, Birmanie, Libye, Afghanistan, Yemen, Soudan, Syrie etc…

          A moins que tu ne considères que l’un des pays que j’ai cité soit soit “chez toi” et que donc ça risque de causer du désordre dans “ta” société civile ?

          Et puis se réformer et s’unir ça ne veut pas dire tout casser et agresser les gens, ce que tu peux être bête et cruel jean daniel leroy, comme tous les gens à faibles QI et haut taux de mauvaise foi tu considères que les voyous sont musulmans et vice versa.

          Ceux qui qui souhaitent la guerre civile sont avant tout les fachos et les sionistes comme toi qui rêvent d’avoir une excuse pour massacrer les arabo-musulmans qui vivent sur le territoire français.

          Sérieux, je plains ton corps d’être obligé de supporter ton âme de serpent.

          De toute façon quoique les musulmans fassent il y aura toujours un diable dans ton genre pour tenter de faire croire aux gens qu’il y a une mauvaise intention derrière. Jusqu’au jour de la résurrection vous essaierez de nous nuire, puis on se séparera inchallah, vous à gauche et nous à droite (bon débarras et bon voyage ;D)

          Si j’avais été juif et que j’avais dit qu’il faut se réformer et s’unir pour venir en aide aux juifs du monde entier qui souffrent. Alors la tu aurais dit que c’est un “appel du coeur”, “un cri de paix”. 😀

          • “Déjà je ne vis pas « chez vous » la terre entière appartient à Allah elle n’est ni à toi ni à moi”

            Bonjour,
            Désolé mais dès le début je ne suis pas d’accord: Comprenez-vous que pour les non-musulmans Allah n’existe pas, donc nous ne comprenons pas que votre principal argument soit “que la terre entière lui appartient” ?
            Chacun à le droit de pratiquer la religion qu’il souhaites, mais aucune de celle-ci ne doit imposer ça vision au monde entier.
            Je respect toutes les religions, du moment que celles-ci n’impose pas de règles au autres (et cela concerne evidement la politique Israelienne aussi)
            Bref, je vous souhaite une belle journée ensoleillée

  2. Il faut voter à ces élections pour les candidats dont les partis ne sont pas sionistes. Donc oubliez L’umps et le fn. Ne reste que Mélenchon et Asselineau. Asselineau est plus cohérent donc pour moi ce sera lui. Ne vous fiez pas au sondages payés par les journaleux sionistes.
    Européisme = atlantisme = sionisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Richard Gere a comparé la vie des Palestiniens à Hébron à la ségrégation aux États-Unis.

La bataille du chameau: le premier conflit armé entre musulmans