in

Rejeté par Cambridge, un jeune musulman obtient une bourse de 272 000 € du prestigieux MIT

En début d’année, lorsque le jeune Mohamed Isuf Ahmed décacheta nerveusement une lettre portant le sceau de la prestigieuse université de Cambridge, il sentit son cœur se briser en miettes en découvrant sa teneur : sa candidature, après mûre réflexion, avait été rejetée.

Anéanti par ce refus qui, en quelques mots bien soupesés, lui fermait les portes de l’une des plus anciennes universités au monde, ce brillant bachelier britannique de confession musulmane pensait, alors, que son rêve de poursuivre son cursus dans un établissement de grand renom s’était à jamais envolé.

Convaincu que cette lettre, en balayant ses espoirs, avait définitivement scellé son avenir académique, Mohamed Isuf Ahmed était loin d’imaginer qu’un horizon universitaire plus radieux se dessinerait toutefois, de l’autre côté de l’Atlantique…

En effet, trois semaines plus tard, ce n’est pas une, mais deux réponses favorables qui lui furent adressées par la direction de deux universités américaines, parmi les plus sélectives et réputées à l’échelle internationale : Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Deux établissements supérieurs d’excellence, dont le fort rayonnement n’a rien à envier à celui de Cambridge.

Publicité

L’étudiant très prometteur de Aldgate, dans l’est de Londres, doit encore se pincer pour y croire, tant ce rebondissement extraordinaire lui ouvre de formidables perspectives, quasi inespérées.

« J’avais le cœur brisé quand Cambridge m’a répondu négativement », a-t-il confié récemment, ajoutant : « Mon rêve le plus cher était d’étudier dans une université très prisée qui changerait ma vie. Très honnêtement, je n’aurais jamais pensé que deux grandes universités américaines accepteraient ma candidature ».

Une fois remis de ses émotions, Mohamed Isuf Ahmed n’aura pas mis longtemps avant de décider sur quels bancs il souhaiterait plancher : « J’ai choisi le MIT, parce que c’est la meilleure université au monde en ingénierie aérospatiale ».

Bien lui en a pris puisque, cerise sur le gâteau, la présidence du MIT, misant sur ses remarquables aptitudes, lui a offert une bourse d’études d’un montant de 272 000 euros pour s’illustrer dans ses deux disciplines de prédilection que sont la physique et le génie aérospatial. De quoi reprendre confiance en soi et se sentir à nouveau pousser des ailes !

Publicité

« J’aimerais que mon exemple incite davantage d’enfants musulmans, notamment des quartiers de l’est de Londres d’où je suis originaire, qui pensent que les grandes universités ne sont pas accessibles, à postuler », a insisté Mohamed Isuf Ahmed qui fait la fierté de sa famille, mais aussi de son ancien proviseur Mouhssim Ismail.

« Nos jeunes les plus studieux et méritants regardent maintenant au-delà des universités britanniques appartenant au Russell Group, au-delà d’Oxford et de Cambridge, et au-delà même du Royaume-Uni », s’est enthousiasmé cet avocat dans une vie antérieure, non sans avoir complimenté chaudement celui qui, à ses yeux, est l’incarnation de la fine fleur estudiantine musulmane au royaume de sa Gracieuse Majesté.

Si Mohamed Isuf Ahmed marche fièrement sur les pas de celle qui a été pour lui une précieuse source d’inspiration – Tafsia Shikdar, admise au MIT en 2017 -, il ne fait pas mystère de l’admiration qu’il porte à une autre étudiante musulmane d’exception : Hadeel Abdallah. Forte d’un parcours sans faute et titulaire d’une bourse Rhodes, l’une des plus convoitées au monde, elle a eu l’honneur d’être admise gratuitement à Oxford, en 3ème cycle (voir notre vidéo ci-dessous).

Publicité
                             Tafsia Shikdar

Hadeel Abdallah, une étudiante musulmane entre dans l’histoire de l’Université d’Oxford

Royaume-Uni : une étudiante musulmane entre dans l'histoire de l'Université d'Oxford

Royaume-Uni : une étudiante musulmane entre dans l'histoire de l'Université d'Oxford

Publiée par Oumma.com sur Vendredi 23 novembre 2018

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Excellent article. On vient d’apprendre aujourd’hui une nouvelle diffamation contre le professeur Tariq Ramadan, titulaire d’une chaire d’étude islamiques à l’université d’Oxford. Il est faussement accusé de viol en réunion, ce qui est impossible, car un titulaire d’une chaire d’études islamique ne peut évidemment pas commettre de tels actes.

  2. Parce que le MIT n’est pas une université sélective selon toi zarathoustra?Le MIT est bien plus prestigieux que polytechnique ou Cambridge,il faut juste l’admettre.Il n’a pas été refusé mais bel et bien rejeté le mot utilisé dans l’article est totalement justifié.S’il n’était pas brillant le MIT (et surtout le MIT) n’aurait jamais accepté sa candidature et qui plus est avec une bourse généreuse.Peut-être que la présidence du MIT est sans doute incompétente pour accepter un tel candidat

    • Chaque université a ses critères d’admission. Pour Cambridge, c’est la candidature qui a été rejetée. Ça arrive des milliers de fois. Pas la peine d’en faire un drame et de chercher midi à 14h.

  3. On ne dit pas « rejeté » qui a une connotation morale mais « refusé » par Cambridge. Les filières d’élite en science sont par définition extrêmement sélectives. C’est vrai en France avec le système des classes prepa et les concours aux écoles d’ingénieur. C’est vrai également dans le monde anglo-saxon par exemple avec les universités de l’Ivy League aux États Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Le sacrifice d’Abraham dans la Bible et le Coran (1/2)

Les musulmans américains se mobilisent pour venir en aide aux migrants en souffrance