in

Régionales : le triomphe sans gloire du Front Républicain…

Cinq régions dans l’escarcelle de la gauche, sept dans celle de la droite, les urnes ont parlé dimanche 13 décembre au détriment du FN, dont les espoirs de régner sur les vastes étendues du Sud et du Nord de la France se sont brisés sur le récif du Front républicain. Et pourtant, il n’y a pas de quoi pavoiser devant ces résultats en demi-teinte pour l’UMPS et la poussée historique de la dynastie Le Pen qui n’augure rien de bon pour l’avenir.

Ce 5/7 pour les uns, ou 5/5 pour les autres, laisse la presse nationale pour le moins perplexe, circonspecte et préoccupée par des lendemains qui pourraient fort bien déchanter en 2017, si la haine de l’autre prônée par Marine Le Pen comme seul programme continue de faire la course en tête, conduisant inexorablement la France au bord du gouffre dans un désert de solutions économiques et sociales.

« Défaite pour tous », voire « élection sans vainqueur », telle est la tonalité générale des Unes qui sont loin de crier victoire, traduisant à la fois le soulagement de l’avoir échappé belle et l’émoi devant les scores impressionnants réalisés par la petite entreprise lepéniste de la désunion nationale.

“Le soulagement est grand parmi les électeurs modérés. Cependant, il ne faudrait pas, pour reprendre une expression célèbre que ce soit un “lâche soulagement “, peut-on lire dans les colonnes du journal La Croix qui proclame sans ambiguïté : « La défaite pour tous ». On y mentionne aussi la célèbre formule de Léon Blum, l’ancien leader socialiste d’avant-guerre au lendemain des accords de Munich : “En d’autres termes, un risque immédiat a été évité. Mais si l’on ne se pose pas de sérieuses questions pour l’avenir, ce n’est que partie remise.”

Pour la Voix du Nord, dans le collimateur de Marine Le Pen pour avoir dénoncé ses sombres desseins et avoir craint le pire sans mots couverts « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète », la défaite de l’héritière de l’extrême droite française dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie n’est pas pour autant le signe de la victoire éclatante de Xavier Bertrand, loin s’en faut. “C’est une élection sans vainqueur”, proclame le quotidien, faisant l’amer constat : “Le Front national gagne au premier tour et échoue au second, la droite ne profite pas du traditionnel vote sanction et le Parti socialiste (PS) perd sa suprématie régionale.”

“Hier, les Français ont pris leurs responsabilités: ils ont voté, en masse. On attend des élus qu’ils prennent les leurs en se réconciliant avec le peuple”, a admonesté le Parisien/Aujourd’hui en France, en faisant sa Une avec un titre éloquent : « Le FN, un perdant qui pèse lourd ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cyril, rescapé du Bataclan souhaite “Monter une armée pour tous les tuer” (vidéo)

Francis Ford Coppola: ” L’islam est une religion splendide, dont ses fondements sont la clémence et la miséricorde de Dieu” (vidéo)