in

Qu’est-ce que “Croire en Dieu“?

Qu'est-ce que "Croire en Dieu"?

Qu'est-ce que "Croire en Dieu"?Dans cette première chronique sur Oumma, Mohamed Bajrafil définit la notion de foi en islam. Théologien, linguiste Mohamed Bajrafil est l' auteur du livre “Réveillons-nous ! Lettre à un jeune musulman”

Publiée par Oumma.com sur Mardi 22 mai 2018

Publicité
Publicité
Publicité

Dans cette chronique sur Oumma, Mohamed Bajrafil définit la notion de foi en islam. Théologien, linguiste Mohamed Bajrafil est l’ auteur du livre “Réveillons-nous ! Lettre à un jeune musulman

Publicité
Publicité
Publicité

24 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Barjafil n’est qu’une ombre musulmane, il fait partie de ces reformateurs dont l’objectif est de rendre l’islam une coquille vide : couper la tête de l’islam par l’épée de l’islam ( credo de s reformistes issues du 19eme siecle)

  2. a Z
    Au final, Qui ne comprend rien elle ou moi ou toi ?
    quiquo’il en soit, il y ‘a un pantheon indien (ou même des aniamux sont conviés vaches , singes) qui en fait une religion polytheïsite, j’en demorderais pas. C’est à dire que l’on associe au Dieu unique d’autres divinité ( ce qui est grave).
    La trinité chrétienne relève de la même logique. Dieu n’engendre pas et n’est pas engendré, Il Crée, et il a crée le christ comme il a pu créer Adam et Eve (ou Âdam et Iwa en arabe)

    • @Zadig.
      On est obligé de distinguer source et manifestations dont un démiurge (un créateur), personnel (avec des caractéristiques définies, notamment celles d’une personne comme la volonté, les émotions, la bonté, …) et impersonnel (sans caractéristiques définies, en tout cas pas celles d’une personne mais plutôt d’une « chose ») pour vous répondre correctement et précisément.
      Elle a raison de dire : l’hindouisme, un polythéisme, en fait c’est plus compliqué que ça. Car il y a l’Un (le Brahman) qui n’est pas un dieu personnel et qui est la source des dieux personnels dont un démiurge, Brahma. C’est donc un monisme à visage polythéiste.
      Elle a tort de dire qu’une telle religion se compare à un monothéisme car on peut y adorer plusieurs dieux personnels (Vishnu ou Shiva notamment) comme vous le dites et surtout on n’y adore pas l’Un, le Brahman. Par ailleurs, avec un tel raisonnement, on pourrait alors dire que tout polythéisme qui parle de l’Un à partir duquel sont générés les dieux est un monothéisme. Ce qui n’a pas grande valeur pratique dans la réalité. Ça a autant de portée que de dire que nous sommes tous des hommes en voulant au final gommer toute différence. C’est vrai mais les différences ont aussi du sens, voire de l’intérêt.
      Vous avez tort de dire que la trinité chrétienne relève de l’association. Là aussi, les membres de la trinité relèvent d’une même essence divine. Mais aucun d’eux ne constituent un dieu personnel. Il n’y a qu’un dieu personnel et démiurge dans le christianisme. Par ailleurs et pour mon information pourquoi les anges ne relèvent pas de l’association ? Notamment Gabriel ou Djibril occupe une place centrale dans l’Islam. C’est lui et pas dieu qui s’est adressé à Mahomet il me semble.

  3. @ Zéro, mais allez adorer les dieux dont vous parlez l’un après l’autre et méditez longtemps, Alina a bien raison de dire que vous pratiquez pas ou si peu sinon comment ça se fait qu’on vous retrouve partout, vous vous répliquez comme le virus? Quelles sont vos occupations quotidiennes et quels sont vos liens sociaux autres que ce malheureux site que vous remplissez de commentaires multipliés et à rallonge? De la spiritualité, tiens en passant je sais même pas ce que ça veut dire mais ça n’a pas l’air très bon ni de vous calmer en rien. Donc si l’Indouisme fait cet effet-là je ne l’embrasserai pas alors, ah mais non on n’a plus le droit aux embrassades c’est la distanciation! Enfin je sais pas s’il y a moyen informatiquement de savoir combien de coms vous écrivez en vingt-quatre heures voire combien de lignes et de caractères, on va à droite on va à gauche et hop, on retombe sur Zarathoustra. Vous ne vous fatiguez donc jamais?
    Laissez la sœur Alina Reye tranquille, SVP, j’aimerais bien qu’elle se mette dans les auteurs de ce site enfin, et qu’elle nous envoie de loin en loin quelque chose qui nous remonte le moral, mais des énergumènes comme vous vous allez la faire partir d’ici, alors moi je veux pas. Et d’ailleurs tiens, je suggèrerai à la sœur de nous envoyer de temps en temps quelque chose mais sans que ce soit suivi de commentaires, je crois qu’ils peuvent faire ça, la preuve, l’autre DR Al-Ajamî jamais on ne peut mettre un com après ses articles, comme ça, le Z ne viendra pas interférer avec notre consolation et méditation. Laissez cette dame tranquille de toute façon vous n’êtes pas ici l’arbitre des élégance ok? Je peux pas moi participer à ce débat, je connais pas ces choses mais je suis sûr que c’est si profond et délicat qu’un Zéro n’a rien à faire là-dedans. Après, l’indouisme c’est vague, il y a visiblement celui des fâchos, vous n’avez pas condamné du tout la culture des castes mais vous en avez accusé les Musulmans de n’y avoir pas mis un frein, donc de n’être pas tout-puissants quoi. Et le suicide de la survivante à son mari, et l’infanticide des filles et l’avortement sélectif, ça tient-il à l’Indouisme, ou à quel Indouisme alors? Et combien de morts a fait le confinement en Inde, combien de gens on a tué pour en sauver combien d’autres, j’aimerais connaître le bilan. Et aux Philippines SVP, pareil, je veux savoir parce que là-bas, votre copain Duterte les a menacé de morts s’ils rompent le confinement, comme ça, ils ne mourraient pas du corona-virus au moins. Véridique!
    La sœur Alina dispense un peu de douceur faut reconnaître même si par les temps qui courent on s’en gausse aisément, mais vous, Zéro, vous dispensez quoi sinon l’hostilité en permanence, vous en avez contre qui et pourquoi allez? Jamais agréable, même pas avec les dames, laissez-la en paix c’est une artiste sensible mais vous avez la tête dure. Moi je vous crains pas.
    Croissant de lune.

    • Mort de rire ! On vous a connu plus critique voire avec la dent dure, avec Alina Reyes que vous appelez à présent ma sœur. Je me rappelle en effet qu’hier vous fustigiez son féminisme et son gauchisme quand j’étais plutôt d’accord avec elle. Vous voulez encore que je ressorte votre dossier ? Hypocrite ! Moi je dis qu’on peut trouver meilleur allié que vous et surtout plus constant.
      Par ailleurs, je me garde bien de l’attaquer personnellement puisque c’est un personnage public. Ce qui serait déloyal. J’ai d’ailleurs été même un de ses lecteurs quand elle a sorti son livre « Le boucher ». Ni laudateur ni contempteur fanatique qu’elle se rassure.
      Non j’agis avec elle comme avec d’autres ici. Je réfute ses propos. Car contrairement à vous, je me suis intéressé à tout un tas de spiritualités et pas de façon désordonnée car j’allai vers des approches de plus en plus épurées. La baghavad-gita je l’ai lue quand j’avais 20 ans. J’ai vu aussi ce joli film de Peter Brook sur le Mahabharata dont elle est issue. Je me suis intéressé à l’éveil de la kundalini. J’ai pris refuge. Mais je suppose que vous ne savez pas ce que ça veut dire. Je me suis intéressé aux arts martiaux et au zen. J’ai fait partie de l’ordre des rose-croix. J’ai fait du spiritisme et lu Kardec. Oui j’ai pratiqué cher ami ce que vous n’avez jamais pratiqué. Je me suis intéressé au chamanisme via Castaneda, à la magie de Bardon, à la theosophie de Blavatsky, … J’ai lu les évangiles contrairement à vous, assisté à des conférences sur les mystères chrétiens, notamment sur la trinité et pour finir je me suis penché sur le taoïsme. Oui voilà ce que peut faire un athée, issu d’une famille de gauche anticléricale, attiré par la spiritualité dès son plus jeune âge, en l’espace de 20 ans et sans sombrer dans le délire mystique et encore moins dans le sectarisme.
      Et vous, vous voulez interférer dans mes réponses et me donnez aussi des leçons sur la spiritualité que vous appréhendez à travers votre vision étroite, sur un sujet que de votre propre avoeu vous ne connaissez pas du tout ? Vous ne voulez pas tant défendre Alina Reyes d’ailleurs que vous opposez à moi car c’est plus fort que vous. Voilà pourquoi vous en profitez pour remettre ça avec vos obsessions et vos discours sans queue ni tête.
      Alina Reyes peut me répondre ou pas. Là n’est même pas la question. Elle veut comparer un monothéisme comme l’hindouisme avec l’islam et bien soit. Qu’elle me parle de soufisme. Mais surtout pas de cette pseudo évidence que l’hindouisme serait une monothéisme sans y incorporer le karma, la réincarnation, le samadhi ou le moksha qui démontrent l’inanité d’une telle comparaison. Ces concepts sont en effet profondément étrangers au courant majoritaire de votre religion. Ce n’est pas une critique. C’est un fait.
      Hier c’était vous. Aujourd’hui c’est elle. Que voulez vous ? J’adore dialoguer mais toujours avec des arguments et du fond. Et pour vous paraphraser. Ça me plaît et je suis comme ça.

  4. « La connaissance grâce à laquelle on ne voit qu’un être unique, indivisible et impérissable en tous les êtres, aussi distincts soient-ils les uns des autres, sache qu’elle est pure et clairvoyante. » (20)
    « Les humains touchent au but suprême lorsque, par leurs actes, ils honorent celui qui engendre les vivants et qui sous-tend le monde. » (46)
    « Car le Seigneur, ô Arjuna, présent au cœur de tous les êtres, les anime par sa puissance, comme s’ils étaient mus par un mécanisme. » (61)
    « Prends refuge en lui seul, ô descendant des Bharata, de tout ton être.
    Par sa grâce, tu éprouveras la grâce infinie du séjour éternel. » (62)
    Versets du Chant XVIII de la Bhagavad-Gita

    •  » Avec le sacrifice le Seigneur des créatures créa jadis les créatures et dit : par ceci tu engendreras ; que ceci soit pour toi la « vache qui exauce
      les désirs ».
      Par ceci nourris les dieux, et laisse les dieux te nourrir. L’un par l’autre étant nourri, tu atteindras le bien suprême. Nourris par le sacrifice, les dieux te donneront les joies désirées ; celui qui jouit des joies qu’ils donnent et ne leur a rien donné, celui-là est un
      voleur.
      Les bons qui mangent ce qui reste du sacrifice sont délivrés de tout péché ; mais ceux-là sont des méchants et jouissent du péché, qui cuisent les aliments pour eux-mêmes.
      De la nourriture naissent les créatures, de la pluie naît la nourriture, du sacrifice naît la pluie,
      le sacrifice est né du travail ; le travail, sache-le, est né de Brahman, Brahman est né de
      l’Immuable ; c’est ainsi que Brahman qui tout pénètre est établi dans le sacrifice. »
      La Bhagavad-Gîtâ dite par Sri Aurobindo (III. 1 – Les Oeuvres et le Sacrifice)

      • J’espère donc que vous l’avez compris. L’hindouisme n’est pas un monothéisme. C’est au mieux un monisme qui exprime les manifestations personnelles de l’Un sous une forme polythéiste. En tout cas rien à voir avec les monothéismes abrahamiques. Car transcendance et immanence y fusionnent comme dans le bouddhisme qui a hérité de nombre de ses concepts : karma, réincarnation, samsara et nirvana, … Les monothéismes abrahamiques sont considérés de ce point comme des dualismes qui clivent l’Un avec le bien et le mal, la Création et Dieu, … qui sont toujours des approches relatives (ou « mondaines ») de la réalité telle qu’elle est pour un bouddhiste. Je pense que vous projeter, plaquer un héritage judéo-chrétien sur l’hindouisme. Voilà pourquoi, je dis que vous le comprenez pas.

    • Salam Alina mais ne vous fatiguez pas avec ce Zéro, il ne débat pas vraiment, il fait de la propagande c’est différent. Continuez à visiter ce site et même si vous en aviez le désir, vous pourriez y publier, de temps en temps quelque chose qui nous touche et nous console parce qu’au fond que peut-on faire de plus? Et apparemment, il y a techniquement moyen sur ce site qu’une contribution ne soit pas suivie et ouverte aux commentaires parfois désobligeants. Si c’est dans vos cordes, faites du bien aux lecteurs d’Oumma, la vie d’après contrairement à ce qu’on suggère pourrait s’avérer dure à certains notamment parmi nous, je vous aime bien.
      Qu’Allah vous garde ma sœur.
      Croissant de lune.

  5. @deus ex machina, bonjour…
    Je serais curieux de connaître vos références vous permettant d’affirmer (copié/collé) :
    – « vous vous retrouvez confronté à quelque chose que vous n’aviez jamais croisé : l’interrogation »
    – « ça leur évite de poser des questions sur tout le reste »
    – « susceptible d’être sous l’emprise des théories les plus farfelues. »
    Juste Googler 2 mots clé ; ghazali descartes… et nombreux liens s’affichent prouvant que l’un influença l’autre et que -il y a 9 siècles- les questions étaient posées et le doute permis.
    https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=ghazali+et+descartes

  6. Salut Jean Bernard, salam, vous écrivez en substance que croire en Dieu c’est savoir qu’il existe,… Quand on sait on ne croit pas, on est dans la certitude. Vous pouviez écrire pressentir, espérer, essayer de connaître son existence, mais savoir que Dieu existe nous est pour l’instant refusé. Le doute est normal et parallèle à la foi, s’il n’y avait pas de doute ou d’incertitude nous ne serions pas dans la foi.
    Est-ce que je crois à l’existence du soleil? Non, je ne crois pas, je sais que le soleil existe, il se manifeste à mes sens directement, me chauffe de ses rayons, m’éclaire de sa lumière, les scientifiques dans une certaine mesure l’étudient globalement avec toutes sortes d’appareils. Comment douterais-je de l’existence du soleil et donc comment croirais-je à l’existence du soleil? On n’est pas là dans le champ d’aplication de la foi. En Arabe c’est pas le même vocable, il y eut justement quelques élus qui avaient la certitudes, eux ils ne sont pas croyants mais sachants, ils sont peu nombreux, ce sont les « sadiquiouns », comme le compagnon Abou-Bakr. Ainsi l’établit la tradition, la sunna, on n’est pas dans le Coran et donc on n’est pas tenu de croire à cette catégorie totalement, mais donc la tradition fait état de cette catégorie très restreinte, différente des croyants, les mou’minouns.
    Croissant de lune.

    • Croissant de lune : Excellent, alors, le fait d’avoir la certitude, ce n’est pas croire, vous m’ apprenez quelque chose de nouveau, lol
      La certitude, c’est avoir la conviction !
      Donc si je suis votre raisonnement, vous, vous croyez, mais alors, sans conviction, je me disais aussi, lol
      Vous êtes vraiment trop fort, lol

  7. Accueillir le Dieu un, ce n’est pas que le problème des musulmans, si je puis me permettre…C’est la grande question de toute vie humaine…Et il y a des gens qui passeront à côté de cette question toute leur vie…Espérons qu’ils pourront se rattraper après !
    Il y a là quelque chose – ou plutôt quelqu’un- qui dépasse l’entendement humain…D’ailleurs pouvons-nous concevoir l’éternité ??
    Dieu ne peut être reçu que s’il se révèle. Reste à savoir comment…La réponse diffère entre le judaïsme, le christianisme et l’islam…

  8. Bonjour. Nous jugeons des religions dites « polythéistes » parce que nous ne les connaissons pas vraiment.Dire qu’ils adorent une vache ou le soleil, c’est comme si quelqu’un qui ne connaissait pas l’islam disait que les musulmans adorent une pierre noire. En fait, presque tous les polythéismes, peut-être tous, sont des monothéismes. Les peuples qui les pratiquent savent qu’il n’y a qu’un Dieu supérieur, qu’ils l’appellent Brahman (pour les Hindous) ou Grand Esprit (pour des Amérindiens), etc. Les dieux sont pour eux ce que sont pour l’islam les cent noms d’Allah. Chacun représente un aspect de Dieu. À travers cet aspect, c’est le Dieu unique qu’ils vénèrent. Il n’y a pas à témoigner de mépris envers eux ni envers leurs religions, qui ont aussi leur logique, exprimée diversement.
    L’idolâtrie existe bel et bien, mais elle se trouve partout, chaque fois que quelqu’un dévie de sa religion, quelle qu’elle soit – et bien sûr elle se trouve aussi dans l’athéisme, qui fabrique aussi ses propres idoles. Il n’y a pas des peuples idolâtres et des peuples non idolâtres, il n’y a que des peuples dont beaucoup de gens tombent souvent dans l’idolâtrie, sans même s’en rendre compte. Par exemple en idolâtrant leur religion, ou leur refus de la religion. Soyons humbles et sachons que chacun de nous a ses moments d’idolâtrie, et le pire est que souvent nous n’en sommes pas conscients.

    • Effectivement la religion est unique. Le polythèisme est le dévoiement de la religion originelle. C’est l’éloignement de l’unique Dieu (conformément à l’objectif du diable) pour adopter des fausses croyances et placer des dieux dans des créatures ou des créations de Dieu. Associer la divinité à autre chose que Dieu est une grave erreur (bien que certaines traditions semblent être respectés), c’est emprunter une voie dévié et susceptible d’être sous l’emprise des théories les plus farfelues.

        • C’est absolument faux, le polytheisme est condamné dans le coran dans le sens justement ou il place la divinité en dehors de Dieu (dans des idoles par exemples ou dans les éléments naturels) lire attentivement les sourates consacrées à Abraham et comment il en vient par le reflexion au monotheisme.

    • J’ai bien peur que vous ne vous mélangiez les pinceaux pour faire du réductionnisme et du syncrétisme. Vous confondez cosmogonie et divinités.
      Ainsi tout procède de l’Un que vous l’appeliez Brahman (qui n’est pas Brahma) dans l’hindouisme, Esprit dans le bouddhisme, Tao dans le taoïsme ou encore Chaos dans la mythologie grecque. Il ne s’agit pas d’un dieu personnel (qui a les caractéristiques d’une personne : volonté, émotions, … qui permettent de le voir à l’image de l’homme et inversement) mais de la source, du principe fondamental dont découle toute manifestation : dieux et hommes. Ensuite viennent le ou les dieux (dans l’hindouisme ou la mythologie grecque, ils sont des manifestations explicites de l’Un, via un couple ou une trinité primordiaux, et s’en distinguent) et leur place relative pour les hommes dans les différentes religions. Dès lors qu’ils prennent une place centrale, vous avez à faire à un théisme, monothéisme ou polythéisme.
      En ce sens, l’hindouisme est bien une religion polythéiste où on honore différents dieux avec des caractéristiques personnelles différentes (par opposition aux monothéismes où on n’honore qu’un seul dieu qui rassemble toutes les caractéristiques personnelles). Alors que le bouddhisme et le taoïsme sont des religions athées où on aspire à l’Un impersonnel qui est en chacun d’entre nous (Esprit ou Tao) et où on n’honore aucune divinité (ce qui pourrait être considéré comme de l’idolâtrie et en tout cas fait obstacle au but ultime, l’Eveil). D’un côté, on honore les manifestations de l’Un (des dieux personnels), de l’autre on aspire à l’Un (source et principe primordiaux et impersonnels).
      L’hindouisme a ceci de particulier (comme sans doute la plupart des religions polythéistes) qu’il est intermédiaire. Il met en avant l’Un (le Brahman) mais il considère l’une de ses manifestations, Brahma comme un dieu démiurge. Dans le bouddhisme ou le taoïsme, il n’y a pas de dieu démiurge. Il n’y a que l’Un qui produit toute chose. Le ou les dieux peuvent ainsi masquer l’Un qui n’a jamais un nom personnel. Il est ainsi souvent précédé d’un pronom. On dit ainsi le Brahman (comme on dirait l’Esprit ou le Tao) et pas le Brahma. Ainsi on ne peut l’idolâtrer car il est comme une « chose » qu’on ne peut pas saisir.
      D’ailleurs, puisque vous vous intéressez à l’hindouisme, vous devriez savoir que le bouddha historique, Siddhartha Gautama, est considéré comme un avatar de Vishnou alors que dans le bouddhisme, les dieux hindouistes sont relégués dans l’un des royaumes du samsara et sont même considérés comme inférieurs aux hommes car être un homme est la condition la plus propice pour réaliser l’Eveil (voir la notion de précieuse renaissance humaine).
      Par ailleurs et sans vouloir jouer sur les mots, l’Un est en fait un Zéro dans le sens où sa nature est « vide ». C’est parce qu’il est vide que tout peut se manifester.

        • Ah bon je ne pratique rien ? Mais qu’en savez vous ? Vous pensez avoir la science infuse en matière de spiritualité ? Alors maintenant démontrez que je confonds tout au lieu de le prétendre. Et que vient faire Macron dans ce dialogue ? C’est donc ça vos arguments ?

        • Alina Reyes : Si les curés, ne donnent que des leçons de sexualité, ça va, parce que chez vous, on vous donne des, pour savoir comment entrer dans toilettes, comment faire ses besoins, vous n’ avez pas besoin de leçons de sexualité, puisque , l’ homme prends son plaisir de la façon donc il estime devoir le faire, et la femme doit juste la fermer. Par contre vous êtes incapable, de vous vider les tripes, si l’ imam, ne vous explique pas comment faire , et ça vient donner des leçons !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La poste canadienne lance deux timbres à l’occasion des deux fêtes de l’Aïd

Incendie mosquée d’Albertville: la vidéo de surveillance montre un homme en train d’asperger de l’essence sur le portail du lieu de culte