in

Pour l’islamophobe Brigitte Gabriel “l’islam ne peut pas s’intégrer aux Etats-Unis”

C’est la nouvelle coqueluche des ultras Outre-Atlantique, ultra-islamophobes, réactionnaires et sionistes, Brigitte Gabriel, la journaliste et activiste américaine, d’origine libanaise chrétienne, s’est auto-investie d’une mission suprême dont elle a fait son juteux fonds de commerce : dire tout haut, sans fioritures et de manière fracassante, tout le mal qu’elle pense de l’islam et de la présence musulmane en Amérique, devant des publics galvanisés par son discours et ses harangues fielleuses, qui se font mielleuses dès lors qu’il s’agit de louer les mille et une vertus d’Israël.

"La différence entre le monde arabe et Israël est une différence de valeurs : c’est la barbarie contre la civilisation", a-t-elle coutume de lancer à la cantonade, sûre de son effet électrisant, la fondatrice de l’ACT, un mouvement citoyen de défense des valeurs démocratiques américaines qu’elle considère comme le seul rempart contre les assauts de l’islam radical, s’est fixée de nobles objectifs : libérer la parole raciste de ses compatriotes, et réveiller ou exacerber le nationalisme primaire qui sommeille en chacun d’eux, qu’ils soient chrétiens, évangéliques ou juifs. Elle a bien entendu désigné l’ennemi intérieur à abattre : le chimérique péril vert, mais qui, dans sa bouche haineuse, représente une menace imminente d’apocalypse…

Sur Fox News, la chaîne faite par et pour les farouches conservateurs de son espèce, Brigitte Gabriel s’en est donné à cœur joie, lundi dernier, affirmant de manière péremptoire, devant des téléspectateurs qui lui étaient entièrement acquis, que « l’islam est incompatible avec la société américaine, que jamais il ne pourra s’intégrer, parce que c’est ce que l’on inculque aux musulmans dans les mosquées à travers tout le pays ».

Quand nombreux sont ceux qui, sur le sol de la bannière étoilée, bâtissent des ponts de tolérance au-dessus des peurs fabriquées de toutes pièces et des torrents de calomnies, Brigitte Gabriel, à l’instar de Pamelar Gellar, la furie sioniste, n’agit que pour les dynamiter, en sinistre marionnette oeuvrant à la solde d’intérêts supérieurs et de leurs funestes desseins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des milliers de personnes aux Etats-Unis pour dénoncer le racisme policier (vidéo)

L’extrême droite autrichienne traque les “islamistes” dans les jardins d’enfants