in

Etats-Unis : les donuts contre l’islamophobie

Confectionnés avec une bonne dose de détermination et saupoudrés de générosité, les beignets moelleux de la rappeuse voilée, Mona Haydar, n’ont pas pour seule et unique vocation de régaler les gourmands de Cambridge, dans l’Etat du Massachusetts…

Dans un stand dressé avec son mari Sébastian, converti à l’islam, d’où se dégagent des odeurs appétissantes et une convivialité chaleureuse, cette Américaine d’origine syrienne, qui arbore fièrement son hijab, lutte contre l’injustice et l’islamophobie à sa manière.

Profitant d’une certaine accalmie sur le front du Covid, elle offre avec bonheur ses donuts faits maison, en espérant qu’ils parviendront à briser les murs d’incommunicabilité, rendus infranchissables par l’ignorance et la défiance qui entourent l’islam.

Publicité

Carrefour névralgique de la ville, c’est sur le parvis de la grande bibliothèque municipale que Mona Haydar a choisi de s’installer, après avoir convié le plus grand nombre, sur Facebook, à venir désamorcer les polémiques passionnelles autour de ses saveurs sucrées et d’un café plein d’arôme.

« Parlez-en à une musulmane » ou encore « Posez des questions à une musulmane », tels sont les slogans accrocheurs qui figurent sur les deux panneaux de son stand à ciel ouvert, petit par ses dimensions, mais grand par l’objectif poursuivi. Un stand dont l’idée s’est imposée à son époux et à elle-même au cours d’un dîner entre amis très animé, après la tragédie de San Bernardino.

Publicité

Confortée par les 1 600 commentaires enthousiastes suscités par son post et les quelque 20 000 personnes qui en ont pris connaissance avec intérêt, Mona Haydar, qui a plus d’une corde à son arc, est allègrement passée de l’idée à la réalisation, de ses fourneaux à la rue, prête à affronter toutes les réactions, mêmes les plus épidermiques.

Si certains passants se sont contentés de déguster les donuts qu’on leur tendait en passant leur chemin, d’autres, animés d’une saine curiosité, se sont au contraire volontiers prêtés au jeu des questions/réponses, sensibles au cri du coeur lancé par cette mère de famille, poétesse et médiatrice à ses heures : « Le monde est un endroit bon et beau avec de petites poches de haine ici et là. Il y a une énorme quantité d’amour et rappelez-vous donc ce message lorsque vous êtes confrontés à la haine envers vous et votre foi.  Rappelez-vous que vous êtes aussi américains que la tarte aux pommes.»

« Une femme, émue aux larmes, a voulu savoir où nous habitons pour qu’elle puisse nous remercier pour notre initiative salutaire en nous apportant à son tour une boîte de beignets » , a relaté Mona Haydar, visiblement heureuse de l’impact de l’opération, alors que l’heure de remballer ses affaires était venue.

« L’amour et la positivité peuvent pénétrer et sublimer même la haine la plus intense. Je nourris de grands espoirs pour notre monde. L’amour triomphera, j’en suis convaincue ! », s’est exclamée la citoyenne et rappeuse américaine voilée, plus que jamais résolue à enrayer le fléau de l’islamophobie avec ses propres armes : un sourire à toute épreuve et de savoureux beignets, auxquels rien ne résiste, pas même les préjugés les plus tenaces…

Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Génération Z : le journaliste Vincent Bresson raconte les dessous de la campagne d’Éric Zemmour

Entretien avec l’islamologue Denis Gril : le Prophète, ce grand «Serviteur de Dieu»