in

Etats-Unis : les donuts contre l’islamophobie offerts par une Américaine de confession musulmane

Confectionnés avec une bonne dose de détermination et saupoudrés de générosité, les beignets moelleux de Mona Haydar n’ont pas pour seule et unique vocation d’attiser la gourmandise et de régaler les papilles de ses concitoyens de Cambridge, dans le Massachusetts.

Dans un stand dressé avec l’appui de son mari Sébastian, où se mêlent des odeurs appétissantes et une convivialité chaleureuse, la jeune femme de confession musulmane lutte contre l’injustice et l’islamophobie à sa manière, offrant gracieusement ses donuts faits maison pour briser les murs d’incommunicabilité rendus infranchissables par l’incompréhension et la défiance qui entourent l’islam.

Carrefour névralgique de la ville, c’est sur le parvis de la grande bibliothèque municipale que Mona Haydar a choisi de s’installer, après avoir annoncé le lancement de son opération sur sa page Facebook et convié le plus grand nombre à dialoguer sans tabous et désamorcer les polémiques passionnelles autour de ses saveurs sucrées et d’un café plein d’arôme.

« Parlez-en à une musulmane »  ou encore « Posez des questions à une musulmane », tels sont les slogans accrocheurs qui figurent sur les deux panneaux de son stand à ciel ouvert, petit par ses dimensions, mais grand par l’objectif poursuivi, dont l’idée s’est imposée à son époux et à elle-même au cours d’un dîner entre amis très animé, quelques jours après la tragédie de San Bernardino.

Confortée par les 1 600 commentaires majoritairement positifs suscités par son post et les 20 000 personnes qui en ont pris connaissance, Mona Haydar est passée de l’idée à la réalisation avec ardeur et entrain, prête à affronter toutes sortes de réactions, mêmes les plus épidermiques et violentes.

Si certains passants se sont contentés de déguster les donuts qu’on leur tendait en passant leur chemin, d’autres, animés d’une saine curiosité, se sont au contraire volontiers prêtés au jeu des questions/réponses, sensibles au cri du coeur lancé par cette mère de famille sur les réseaux sociaux qui soulignait en substance : "Le monde est un endroit bon et beau avec de petites poches de haine ici et là. Il y a une énorme quantité d'amour et rappelez-vous donc ce message lorsque vous êtes confrontés à la haine envers vous et votre foi.  Rappelez-vous que vous êtes aussi américains que la tarte aux pommes."(traduction Oumma).

"Une femme, émue aux larmes, a voulu savoir où nous habitons pour qu'elle puisse nous apporter une boîte de beignets", a relaté une Mona Haydar visiblement comblée par l’impact de l’opération, alors que l’heure de remballer ses affaires était venue. 

"L'amour et la positivité peuvent pénétrer et sublimer même la haine la plus intense! Jésus-Christ m'a appris ça ! Je nourris de grands espoirs pour notre monde! L'amour triomphera, j’en suis convaincue ! », s’est exclamée cette Américaine qui a décidé, depuis sa cuisine, de combattre le fléau du racisme anti-musulmans avec ses propres armes : un sourire à toute épreuve et des beignets briseurs de glace et de préjugés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mort de Zahrane Allouche, un coup dur pour l’Arabie saoudite et l’opposition syrienne pro wahhabite

La détresse d’Ali, un auditeur musulman, laisse sans voix une célèbre chroniqueuse britannique