in

Pour Hervé Morin, ex-ministre de la Défense, “Dati est la plus grande menteuse de la République”

Si les sobriquets sont un baromètre de la notoriété, alors Rachida Dati est une star des arcanes de la basse politique, dans ce qu’elle a de plus surfait, spécieux et arriviste, loin de la méritocratie à la française qui l’a hissée sur le piédestal d’icône de la diversité. Face à l’effet de propulsion ébouriffant d’un seul coup de pouce élyséen, l’ascenseur social aurait bien besoin de mettre le turbo…

Dati l’ambitieuse, la désinvolte, la créature du Sarkozysme, ou plus surprenant encore, la « folle de Dati » comme l’a traitée publiquement son ex-pygmalion de l’Elysée, alors qu’elle fulminait contre François Fillon qui briguait la députation dans le VIIème arrondissement de Paris, lieu de son miraculeux parachutage lors des municipales de 2008, la personnalité intrigante, papillonnante et vorace de Rachida Dati a été percée à jour, jusqu’à Hervé Morin qui a égratigné  son vernis des quartiers huppés sur le site du JDD : Dati est « la plus grande menteuse de la République», a-t-il déclaré.

L’ancien ministre de la Défense, et actuel patron du Nouveau Centre (NC), n’a pas fait dans la dentelle pour évoquer celle qui lorgne avec gourmandise sur la mairie de Paris, et qui roule obstinément, passionnément, pour son nouveau protecteur : Jean-François Copé, le présomptueux député-maire de Meaux, actuellement engagé dans une guerre des chefs contre François Fillon pour rester calife à la place du calife à la tête de l’UMP, avant de convoiter l’Elysée en 2017.

Lui reprochant une unité de façade pour justifier son retrait de candidature aux législatives, Hervé Morin est sidéré par le retour en grâce de la fausse bonne camarade Dati, qui a fait marche arrière uniquement parce qu’elle a obtenu une contrepartie chèrement négociée : conquérir la Ville Lumière sous les couleurs de l’UMP en 2014.

«On lui donne la parole, on se demande pourquoi. Je ne comprends pas la fascination qu’elle exerce», a ajouté ce dernier qui, comme tant d’autres, s’interroge en filigrane sur les précieux réseaux qui permettent à celle qui a gagné ses prestigieux galons sans gloire et surfé à outrance sur la vague de la pipolisation, d’exister à nouveau sur une scène publique dont elle a contribué à ternir le peu de noblesse qui y brillait encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le témoignage choc d’un musulman arrêté suite à l’affaire Merah (vidéo)

Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »