in

Pays-Bas : une recrudescence d’attaques islamophobes vise les mosquées

A force de semer la haine de l’islam à tout vent, Geert Wilders, le fiévreux leader de l’extrême-droite néerlandaise et cinéaste de l’épouvante à ses heures, à travers « Fitna » son brûlot inflammable qui fut son marchepied vers la gloire, a fini par l’enraciner aux Pays-Bas, comme l’atteste un récent bilan chiffré qui assombrit la douce réalité de ce havre de paix métissé et multicolore : 69% des mosquées ont subi une ou plusieurs dégradations et profanations au cours de la décennie écoulée.

La propagation de l’islamophobie sur un îlot du multiculturalisme qui jusqu’ici lui faisait rempart est un triste constat mis en lumière par le chercheur Ineke Van der Valk, dans son ouvrage "L’islamophobie et la discrimination". Incapable de prédire de quoi demain sera fait, et si les attaques contre les lieux de culte musulmans redoubleront de violence ou connaîtront une accalmie, celui-ci impute au pyromane Wilders et aux événements internationaux l’entière responsabilité de la recrudescence des passages à l’acte.

Fenêtres brisées, portes et murs défigurés par des tags orduriers et des croix gammées qui les souillent davantage encore, quand leurs enceintes sacrées ne sont pas la proie des flammes et leurs dirigeants insultés et menacés de mort par courrier ou au téléphone, les mosquées de nos proches voisins sont dans le viseur des ultras du nationalisme, à l’image de la mosquée de Rotterdam qui a été inondée de lettres infâmes avec pour seul slogan «  Mort à tous les musulmans », ou encore de la mosquée de Etten-Leur qui, le 26 octobre dernier, a pu circonscrire in extremis un incendie criminel qui prenait de l’ampleur, après avoir été entièrement vandalisée.

L’anxiété de la communauté musulmane grandit à mesure que les actes islamophobes gagnent du terrain, l’écrasante majorité des fidèles blâmant la partialité des médias et la rhétorique populiste de la classe politique, galvanisée par le redoutable tribun Wilders. Geert Wilders, qui est récemment sorti de ses gonds à la vue de quarante statues érigées à La Haye, illustrant le multiculturalisme local à travers la représentation de deux femmes en hijab, munies d’un iPad.

Hommage à la diversité culturelle de La Haye pour le sculpteur Tony van de Vorst, et « monstruosité islamique » pour le fumilnant Wilders, ces statues de la discorde ont été l’occasion pour le « führer » pro-israélien du Parti de la Liberté de crier de plus belle à « l’islamisation rampante des Pays-Bas ».

Cependant, pour le chercheur Ineke Van der Valk, tout n’est pas noir dans ce tableau dressé par ses soins, se voulant confiant dans la saine réaction du gouvernement néerlandais : "Le gouvernement semble prendre très au sérieux la gravité de ces agressions islamophobes contre les mosquées", a-t-il conclu en contemplant l’horizon où tout n’est pas rose non plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Français et les Britanniques surestiment nettement le nombre de musulmans dans leur pays

La Prix Nobel de la Paix, Malala Yousafzai fait un don de 50 000 dollars à Gaza