in ,

Paul Pogba cible d’insultes racistes abjectes en Angleterre

Un penalty raté par Paul Pogba face à Wolverhampton, et c’est une déferlante de remarques racistes à son encontre, plus nauséabondes les unes que les autres, qui a aussitôt inondé les réseaux sociaux de l’autre côté de la Manche.

A la consternation générale, à la fois du champion du monde français qui en a été la victime expiatoire et du club de Manchester United dont il est l’un des joueurs vedettes, le sport roi et les géants de la communication virtuelle ont, une fois de trop, servi de défouloirs pour l’expression des plus viles rancoeurs et ressentiments, et ce, sans garde-fous.

« Tout le monde à Manchester United est dégoûté par les injures racistes proférées contre Paul Pogba la nuit dernière et nous les condamnons catégoriquement », ont déclaré les Red Devils, tandis que la direction de Manchester United faisait bloc derrière son milieu de terrain si odieusement outragé, en « condamnant fermement » ce déchaînement de haine intolérable.

« Les personnes qui ont exprimé ces opinions ne représentent pas les valeurs de notre grand club et il est encourageant de voir la grande majorité de nos fans condamner également cela sur les médias sociaux », pouvait-on lire sous la plume indignée du président du club.

Publicité

« A vomir. Les réseaux sociaux doivent faire quelque chose à ce sujet », a dénoncé, visiblement écoeuré, Harry Maguire, l’un des co-équipiers de Paul Pogba, pendant que Marcus Rashford adressait, au même moment, un sérieux avertissement aux redoutables semeurs de troubles qui sévissent retranchés derrière leur pseudonyme et leur écran d’ordinateur : « @paulpogba est une énorme partie de cette famille. Si vous l’attaquez, vous nous attaquez tous. @ManUtd », a contre-attaqué l’attaquant de Manchester United.

Alors, comment empêcher que le football soit un exutoire au racisme sous toutes ses formes, en l’occurrence mâtiné d’islamophobie, et que Facebook, Twitter, Instagram ne deviennent des plates-formes incontournables pour déverser son fiel et donner libre cours à ses pensées les plus noires, en toute impunité ?

Telles sont les deux questions cruciales qui taraudent l’association Kick It Out, dont la vocation première est de lutter contre le fléau du racisme dans les stades anglais. « Le nombre de posts du même acabit depuis le début de la saison montre à quel point les propos discriminatoires en ligne sont hors de contrôle », s’alarment ses responsables.

« Sans action immédiate et la plus forte possible, ces actes lâches continueront à se multiplier », ont-ils encore mis en garde, non sans avoir préalablement témoigné tout leur soutien à celui qui vient d’en être la cible, Paul Pogba.

Publicité

 

 

Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Encouragés par le racisme institutionnalisé et par des politiques stupides et dégénérés qui essaient de se valoriser et de justifier leur faillite sur le dos des noirs ou des musulmans,ces Anglais décervelés agissent comme les pires racailles et raisonnent comme des hommes de caverne,en fait ils sont d’ailleurs incapables de raisonner car devenus pour ainsi dire des bêtes féroces, encore que mes amies les bêtes sont certainement plus intelligentes que ces abrutis dont les cervelles putréfiées sont imbibées d’alcool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La lettre de Malcolm X sur le Hajj entrée dans l’histoire

Christchurch : une fillette de 11 ans récolte de l’argent pour la communauté musulmane lors de son anniversaire