in

Parti faire ses ablutions, un musulman trouve une tête de porc

Jusqu’où ira la vague islamophobe ?

Alors qu’il se rendait dans la salle d’eau jouxtant la mosquée de l’Université Australienne de l’Ouest (University of Western Australia) pour faire ses ablutions, Majdi Faleh, un étudiant tunisien, s’est trouvé face à face avec une tête de porc qui avait été posée là, pour salir les lieux et intimider la communauté estudiantine musulmane très nombreuse de l’université.

C’est sur sa page Facebook que l’étudiant a posté les photos et son dégoût d’un acte clairement islamophobe. Il explique dans un premier temps que ne portant pas ses lunettes il a cru que c’était une tête humaine, puis il a compris qu’il s’agissait d’une tête de porc : « Dans un second temps j’ai réalisé que c’était une tête de porc. C’était choquant de voir ça, d’autant plus que l’espace est toujours propre. Il y’avait du sang sur les restes de l’animal. C’est un message menaçant pour nous musulmans qui ne mangeons pas de porc. » (traduction Oumma)

Le porte parole de l’université a souligné l’aspect déplorable de cet acte dans un lieu de savoir et de multiculturalisme ainsi que la vague sans précédent d’actes islamophobes et racistes. Il a assuré aux étudiants musulmans son soutien au regard de la place importante qu’ils tenaient au sein de la communauté universitaire.

La police n’a toujours pas de pistes malgré ses appels à témoin. Majdi Faleh a tenu à remercier toutes les personnes qui lui ont envoyé des messages de soutien sur sa page Facebook. Il en a profité pour réitérer la vigilance nécessaire face à la montée de tels actes et insisté sur le fait que la mosquée de l’université était ouverte à tous pour discuter et débattre des questions essentielles pour chasser le spectre de la haine : « Tous les musulmans sont ouverts à la discussion et au débat pour faire avancer la situation positivement. Nous sommes là pour construire notre futur ensemble».

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Deux Américaines, l’une noire, l’autre musulmane, dénoncent le traitement journalistique réservé aux auteurs musulmans de la tuerie de San Bernardino

“La femme voilée du métro” : le portrait infâme d’un éditorialiste de Libération suscite une avalanche de critiques