in

“Notre compréhension de l’islam est aujourd’hui dépassée”

Excepté la civilisation musulmane, toutes les civilisations on…

"Excepté la civilisation musulmane, toutes les civilisations ont réussi leur renaissance au XXe siècle"Nous poursuivons notre série d'entretiens avec Noureddine Boukrouh, intellectuel algérien, disciple du grand penseur Malek Bennabi. Dans cette seconde partie, il dresse un constat sans appel sur l'état du monde musulman. Il explique pourquoi il est impératif de réformer l'islam en reformulant une autre théologie. "Ce n’est pas le Coran qu’il faut reformuler, mais sa compréhension", explique-t-il. "Notre compréhension de l'islam est aujourd'hui dépassée" selon N. Boukrouh, pour qui l'islam n’est pas l’affaire "unique des arabes et des musulmans". Il affirme également que deux siècles et demi après la mort du Prophète Muhammad (saws) s'est constitué une espèce de clergé informel qui s'est arrogé le droit d'interpréter le Coran. Il conclue son analyse en rappelant que l'islam doit sortir de "l'appartenance d'une religion déterminée" sans être en "concurrence" avec les autres religions, en étant porteur de valeurs universelles et travailler aux côtés des autres peuples et des autres cultures au service du bien de l'humanité.Voir en ligne : http://oummatv.tv/renaissance-islam-partie-1

Publié par Oumma.com sur mardi 17 mai 2016

Nous poursuivons notre série d’entretiens avec Noureddine Boukrouh, intellectuel algérien, disciple du grand penseur Malek Bennabi. Dans cette seconde partie, il dresse un constat sans appel sur l’état du monde musulman. Il explique pourquoi il est impératif de réformer l’islam en reformulant une autre théologie. “Ce n’est pas le Coran qu’il faut reformuler, mais sa compréhension” explique-t-il. “Notre compréhension de l’islam est aujourd’hui dépassée” selon N. Boukrouh, pour qui l’islam n’est pas l’affaire “unique des arabes et des musulmans”. Il affirme également que deux siècles et demi après la mort du Prophète Muhammad (saws) s’est constitué une espèce de clergé informel qui s’est arrogé le droit d’interpréter le Coran. Il conclue son analyse en rappelant que l’islam doit sortir de “l’appartenance d’une religion déterminée” sans être en “concurrence” avec les autres religions, en étant porteur de valeurs universelles et travailler aux côtés des autres peuples et des autres cultures au service du bien de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le pape François épingle la France pour sa fâcheuse tendance à “exagérer la laïcité”…

Evoquant les souffrances causées en Algérie et en Indochine, Depardieu “a honte d’être français”