in

New York : un musulman passé à tabac à la veille du Ramadan

A l’approche de la célébration du Ramadan, la sauvagerie de l’attaque dont a été victime mercredi dernier Mohamed Rasheed Khan, 59 ans, un musulman américain d’origine guyanaise reconnaissable à sa tenue traditionnelle, après s’être recueilli dans une mosquée située en plein cœur du quartier du Queens, à New York, est annonciatrice d’un bien mauvais présage aux yeux des responsables du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR).

Un présage qui n’augure rien de bon tant la nature islamophobe du crime est flagrante. Une évidence que la police américaine, aussi étrange que cela puisse paraître, n’a pas encore reconnue, ni actée, la piste de l’acte crapuleux n’ayant toujours pas été écartée, alors même que rien n’a été dérobé à la victime… Une valse-hésitation en tout point aberrante pour le CAIR !

Souffrant de multiples fractures au visage et à la mâchoire, le malheureux Mohamed Rasheed Khan, incapable de parler et par conséquent de livrer sa version des faits, a toutefois été vu par des passants en train d’être roué de coups par plusieurs hommes qui riaient aux éclats en se déchaînant contre lui.

"J'ai essayé de lui parler, mais il souffre tellement. Il a puisé dans ses forces pour grommeler quelque chose, mais c’était incompréhensible", s’est désolé Afaf Nasher, directeur exécutif du CAIR à New York. "Le fait que rien ne lui ait été volé et qu'il portait une tenue religieuse me paraissent amplement suffisants pour qualifier cet acte odieux de crime de haine et non crapuleux", a-t-il insisté, en exigeant que des patrouilles de police soient déployées tout autour de cette mosquée implantée sur la Jamaïque Avenue, durant le mois béni.

Mohamed Rasheed Khan, sur son lit d'hôpital, doit prochainement subir une intervention chirurgicale délicate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mohamed Ali, un symbole vivant du lien entre l’islam et la justice

E. Geoffroy: “Chacun de nous doit effectuer sa révolution spirituelle”