in

“Mon Canada inclut les Musulmans”, le cri du cœur poussé par des centaines de Canadiens à l’approche d’un scrutin décisif

C’est à Winnipeg, cité phare du Manitoba, une province canadienne regorgeant de vastes prairies, qu’une forêt de bannières a surgi dans la douceur automnale, brandies par des centaines de manifestants, épris de tolérance et de justice, et sur lesquelles figurait ce cri du cœur : « Mon Canada inclut les Musulmans ».

Un cri de ralliement luttant contre l’hiver du cœur, ce mal contagieux qui se propage d’un continent à l’autre, et qui a réchauffé bien des cœurs alors que la campagne électorale pour élire la 42ème législature du Parlement du Canada bat son plein, cédant à la tentation de faire du voile intégral un épouvantail utile, et que les harangues islamophobes résonnent avec force à l’approche d’un 19 octobre décisif.

Ce slogan fédérateur prônant une coexistence sereine et paisible face aux polémiques passionnelles qui ternissent la belle image de terre d’accueil du pays de l’érable, a touché en plein cœur Nilufer Rahman, un membre éminent de la grande mosquée de Winnipeg qui est encore sous le choc de la découverte récente de tags racistes souillant l’édifice cultuel : "Cette formidable mobilisation des habitants m’émeut beaucoup et me réconforte à la fois. Cet élan populaire de solidarité et de fraternité face aux divisions et aux peurs qui sont attisées par la classe politique redonne espoir", a-t-il confié aux médias locaux.

Pour Nancy Pinnell, une administrée de Winnipeg ulcérée par les discours haineux, ce grand rassemblement tombait à point nommé pour éveiller les consciences canadiennes soit très engourdies, soit succombant aux chants de sirènes nationalistes "Je suis furieuse d’entendre les propos tenus par notre gouvernement au sujet de mes concitoyens musulmans. Nous voyons arriver ici, au Canada, une stigmatisation anti-musulmans qui bafoue nos valeurs intrinsèques et reproduit ce qui s’est passé pour les Juifs avant la Seconde guerre mondiale", a-t-elle dénoncé avec force.

"Nous devons apprendre à nous connaître les uns les autres, à nous ouvrir aux autres, à abolir les préjugés et les murs d’incompréhension qui se dressent entre nous. Cette manifestation exhorte à l’inclusion des musulmans et elle s’adresse à tous les Canadiens, sans exclusive", a clamé pour sa part Idris Knapp, le directeur de la mosquée de Winnipeg, visiblement bouleversé par ce « spectacle de la compassion » qui a uni, main dans la main et épaule contre épaule, des habitants de toutes origines et confessions, lui faisant oublier momentanément la série de courriels orduriers et menaçants qui a inondé, il y a quelques jours à peine, sa messagerie personnelle.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La série “Homeland” mise à mal par trois artistes et leurs graffitis en arabe contestataires

Un ancien soldat israélien parle des crimes dont il a été témoin