in

La série “Homeland” mise à mal par trois artistes et leurs graffitis en arabe contestataires

Il fallait y penser, et encore plus oser le faire à la barbe et au nez d’Hollywood, trois artistes embarqués dans l’aventure à succès « Homeland » pour dessiner des graffitis sur des décors ont profité de cette occasion rêvée pour faire passer leurs propres messages en langue arabe, à contre-courant des éloges unanimes qui encensent depuis cinq ans une série américaine multi-primée, affreusement caricaturale et formatée.

« Homeland est raciste », « Homeland est une blague, mais elle ne nous fait pas rire », ou encore « Cette série ne représente pas la vision des artistes », sans oublier «Homeland n'est PAS une série», telles sont les inscriptions contestataires, voire séditieuses qui ont fleuri sur les murs d’un camp de réfugiés syriens en carton-pâte, au beau milieu du tournage de la cinquième saison d’une fiction en trompe-l’œil, à la gloire de la CIA et au détriment des Arabo-musulmans, selon une répartition des rôles immuable…

Amin, Caram Kapp et Stone sont les audacieux auteurs de ces tags engagés qui ont trompé leur monde, se faisant fort de désobéir à la production pour incruster dans le décor leur vif désaccord avec la vision géopolitique partiale prônée par la série.

Ils sont passés à travers les multiples visionnages des rushes, ces graffitis qui égratignent en beauté le vernis de « Homeland » sont carrément passés inaperçus au montage final, personne n’ayant jugé bon de les traduire pour la plus grande jubilation de leurs concepteurs.

Aujourd’hui déchiffrées et connues du monde entier, ces inscriptions protestataires sont justifiées par un trio d’artistes désormais passés maître dans l’art de prendre la machine hollywoodienne à son propre piège…

 Dans un post de blog, les trois artistes expliquent leur démarche en ces termes :

"Etant donné la réputation de la série, nous avons eu du mal à nous laisser convaincre, jusqu'à ce que nous réalisions à quel point y prendre part pourrait relayer le mécontentement de beaucoup de gens, y compris le nôtre, concernant l'aspect politique de la série. C'était une occasion pour nous de marquer le coup et de détourner le message en utilisant la série elle-même."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Est-il risqué de sortir avec une kippa en France ? Un reportage d’Envoyé Spécial démonte la vidéo de propagande du journaliste israélien Zvika Klein

“Mon Canada inclut les Musulmans”, le cri du cœur poussé par des centaines de Canadiens à l’approche d’un scrutin décisif