in ,

Lyon: des responsables musulmans ne se retrouvent pas dans la Charte des principes pour l’Islam de France

« UNE CHARTE NE SE DÉCRÈTE PAS ET NE S’IMPOSE PAS, ELLE SE PARTAGE. »

Nous avons suivi avec un grand intérêt le processus de la mise en place d’un « Conseil National des Imams » avec ses  frasques et ses rebondissements. Alors que nous attendions « une charte déontologique » ayant pour vocation d’être un guide du comportement individuel de l’imam dans l’exercice de son ministère, le CFCM nous a surpris par une « Charte  des principes pour l’islam de France », que certaines fédérations se sont empressées de signer à l’Elysée, lors d’une  rencontre avec le président de la République. 

1) Nous regrettons vivement que le CFCM n’ait pas jugé bon de consulter les imams et les responsables des institutions musulmanes de France – malgré de nombreuses sollicitations – avant la ratification de cette charte qui les concerne directement. 

Publicité
Publicité
Publicité

2) Les musulmans de France sont des citoyens français. Ils sont tenus de respecter strictement les lois de leur pays et  les valeurs de la République. Les imams doivent le rappeler souvent et à chaque fois qu’ils le jugent nécessaire, mais  l’inscription de ce point dans la charte ne ferait que créer un climat de suspicion généralisée et de repli sur soi. Les Français de confession musulmane ne comprendraient pas que l’on veuille les distinguer de leurs compatriotes en leur imposant des règles spécifiques. 

3) Nous condamnons très vigoureusement l’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques, l’ingérence des Etats  étrangers ou la diffusion des discours haineux et nationalistes. Aussi, le CFCM, sous contrôle des chancelleries étrangères, ne peut à la fois être juge et partie dans la même affaire. 

4) Nous devons lutter contre les interprétations réductives, les projections machistes et mettre fin à certaines pratiques qui relèvent plus de la tradition que de la religion. Ce comportement anecdotique concerne une minorité de musulmans en France, pourquoi alors le mettre en avant dans une charte destinée à rassembler les imams ? 

Publicité
Publicité
Publicité

5) On entend dire ici et là que les non signataires de cette charte seraient pointés du doigt, voire même associés au radicalisme et exclus du conseil national des Imams. En somme, ils seraient étiquetés comme « mauvais citoyens » et considérés comme « mauvais représentants des musulmans ».

Nous tenons à rappeler que la loi de séparation des églises et de l’Etat, dans ses principes, se veut être une loi de liberté, d’égalité et de justice. Dès 1905, cette loi posait le principe de neutralité de l’Etat dans ses relations avec les cultes. C’est justement notre attachement profond à ce précieux  principe de laïcité, l’immobilisme du CFCM, gangréné par ses conflits internes, et notre volonté de servir à la fois notre  pays et les musulmans de notre département, qui nous a poussés à créer le CTIR et le CMR. Ces deux instances, qui  travaillent de concert avec les services de l’Etat et les collectivités locales, ont montré largement leur efficacité. 

Pour toutes ces raisons et d’autres, le CMR et le CTIR ne se retrouvent pas dans cette charte établie sans consultation et sans concertation préalable avec la base, c’est-à-dire avec les imams et les responsables des mosquées. Le CMR et le CTIR restent convaincus que seule une restructuration au niveau départemental pourrait sortir l’islam de France de ce désordre qui l’anime depuis des décennies. 

Lyon, le 25 Janvier 2021 

Kamel KABTANE et Azeddine GACI
Président du CMR et Porte-parole du CTIR 

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Charte des principes pour l’islam de France : M. Moussaoui répond aux critiques

“Scandalisé“ par ses opérations anti-migrants, Darmanin veut dissoudre Génération identitaire