in

Lorsque nos enfants posent des questions au sujet de Dieu

« Si Dieu est le créateur de tout ce qui existe, le soleil, les arbres, la terre, alors…qui a créé Dieu ? » « Où est-ce que j’étais avant que Dieu ne me crée ? »

Zaynab, ma fille de cinq ans, a commencé à me poser des questions de plus en plus fréquentes au sujet de la foi, de Dieu et de la raison de son existence sur terre. Elle a cet âge merveilleux et tendre, où son univers de possibilités s’étend à la vitesse de la lumière.

Comme tous les enfants de n’importe quelle religion, elle commence à apprécier les éléments d’un autre monde immatériel dans son expérience terrestre – se délectant, par exemple, dans la croyance musulmane qu’un ange est assis sur chacune de ses épaules, s’empressant de noter tout ce qu’elle fait de bien ou de mal. Elle aime l’idée que Dieu soit omniprésent, la protégeant des dangers dont elle ignore même l’existence. Elle aime le fait que tout, même la chose la plus insignifiante, s’inscrive dans un ensemble cohérent et chargé de signification.

En tant que parent, ma mission est de préserver cette innocence et de conserver son expérience de la foi aussi joyeuse et merveilleuse qu’elle l’est pour l’instant. Je réalise cependant à quel point cela va se révéler difficile. Je me souviens de quand j’avais son âge. C’était une période exaltante d’innocence et de vulnérabilité. Mais je me souviens également le moment où, pour moi, ces questions au sujet de la foi sont devenues plus confuses.

Je redoute le jour où Zaynab demandera, « Pourquoi nous haïssent-ils ? »

A la mi-décembre, des affiches dans le métro ont fait leur apparition représentant les tours du World Trade Center en flamme le 11 septembre 2001. Elles citaient, hors de son contexte, une phrase du Coran : « Bientôt Nous jetterons la terreur dans le cœur des infidèles. »

Ces publicités ont fait les gros titres et ont très rapidement gagné l’espace public – à laquelle nos enfants sont malheureusement facilement exposés. Cette rhétorique rend la vie des enfants musulmans américains comme Zaynab bien plus complexe que pour les générations précédentes dont je fais partie. Pourtant, lorsque je lui enseigne notre foi, mon point de départ est le même que celui que mes parents ont utilisé pour moi, et que les parents religieux utilisent partout dans le monde : une connaissance fermement ancrée dans la présence de Dieu – en tout temps et partout autour de nous.

Quand j’étais une adolescente, cette leçon fondamentale m’a permis d’éviter les tentations auxquelles mes contemporains ont succombé. D’ailleurs, dans les jours, les mois qui ont suivi le 11 septembre 2001, cette certitude de l’existence de Dieu m’a permis de dépasser ces moments. Je savais que les enseignements de l’islam avaient été pervertis par des terroristes, qui avaient tenu à les déformer afin de pouvoir servir leurs propres fins politiques.

L’omniprésence de Dieu est également la raison qui m’a permis de continuer à me sentir rassurée et confiante, même lorsque des étrangers me fixaient, soupçonneux du foulard que je portais à l’époque. Je souhaite que ma fille ait la même certitude.

En tant que parent musulman américain, j’ai à mener des luttes particulières dans le paysage post 11 septembre. Mais comme beaucoup d’autres parents de différentes religions, je souhaite que ma fille puisse trouver dans sa foi un lieu de réconfort et de sécurité, un refuge contre la rudesse.

Ce n’est pas un chemin que je parcours seule. J’ai appris aux côtés d’amis, de collègues appartenant à d’autres fois et qui partagent cette difficulté d’élever nos enfants dans un climat spirituel fertile. Chacun d’entre nous devons faire face à notre propre défi, mais en partageant l’un avec l’autre, et en apprenant de chacun, cela peut nous aider à créer ce refuge pour nos enfants.

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. J’apprends à mon gamin la vérité avant qu’il ne soit endoctriné à l’école. Comme ça avec l’aide d’Allah il saura distinguer le bon chemin du mauvais.

      • Non c’est exactement comme je l’ai écrit.

        Apprendre qu’il a un ancêtre commun avec le singe, qu’ils vit sur une poussière qui tourne autour d’une étincelle dans un univers infini sans Dieu, résultat d’une explosion hasardeuse, est vraiment essentiel pour un enfant si on veut le transformer en athé stupide.

        Donc maintenant il sait qu’il est une créature d’Allah, le Souverain de l’Univers, l’autorité absolue, que le paradis et l’enfer, ton futur lieu de repos, existent, qu’il doit faire le bien, prier, etc…

        Tout ce qu’il faut pour débuter une vie de croyant et aller au Paradis si Allah le veut.

        J’imagine que t’as appris au tien que l’autorité supreme c’est l’état, que le but de la vie c’est de gagner de l’argent. Le pauvre ….

  2. La croyance en dieu, on vient au monde avec. Les enfants posent des questions sur dieu, parce qu’ils voient la différence entre la réalité du monde et la croyance aquise avant la naissance, l’ame , le souffle d’Allah.
    Aprés l’enfant vit un chantage, la securité parentale face à ce qu’il sait,
    Et c’est pour cela, que les gens convertis à l’Islam, n’aiment pas dire conversion mais plutot retour à la naissance, tous les gens naissent croyants.
    Ne pas croir au sens littéraire arabe (kafara) veut dire cacher et non ignorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi la fachosphère devrait arrêter de nous bassiner avec Charles Martel, vainqueur des arabes

Les plages de Gaza désertées à cause du blocus