in

Les cimetières de Boston refusent d’inhumer Tamerlan Tsarnaev

Trois semaines après l’attentat de Boston et la chasse à l’homme qui a coûté la vie à l’un des poseurs de bombe présumés, la dépouille de Tamerlan Tsarnaev, l’aîné des deux frères d’origine Tchétchène incriminés par le FBI, est toujours aussi encombrante et indésirable dans l’Etat du Massachussetts, où les portes des cimetières restent hermétiquement closes devant la demande d’inhumation de plus en plus urgente.

En dépit des efforts déployés par Peter Stefan, le rare directeur des pompes funèbres à ne pas avoir refusé la lourde tâche d’enterrer ce cadavre sans délai, c'est quasiment mission impossible de trouver une sépulture à Tamerlan Tsarnaev.

"Nous nous sommes engagés à offrir une sépulture normale à cet homme. Que puis-je faire, est-ce à moi de choisir, dois-je séparer les péchés des pécheurs? Non, bien sûr que non !", s’est exclamé Peter Stefan, dépité et las, face à la presse, renchérissant : "Nous sommes en train d'enterrer un cadavre. C'est tout ce que nous faisons".

Après le dilemme qui a tiraillé nombres d’imams à la perspective de conduire un service religieux pour l’auteur d’un crime unanimement réprouvé, une position qui a été pondérée par d’autres dignitaires religieux pour qui tout musulman, indépendamment de l’atrocité de ses actes, mérite d’avoir des funérailles dignes de ce nom, les obsèques de Tamerlan Tsarnaev tournent au vrai casse-tête, au fur et à mesure que les jours passent.

Escomptant un bon geste de la part de la Ville de Cambridge, où Tamerlan Tsarnaev a vécu, Peter Stefan s’est heurté de nouveau à un veto irrévocable, le maire ayant pris les devants en demandant instamment aux proches du défunt de ne pas solliciter un permis officiel d’inhumer qui ne leur sera jamais octroyé. Ce dernier a fait part de ses craintes de voir l’ordre public troublé et la tranquillité de ses administrés à jamais rompue par une inhumation à hauts risques.

"Ce n'est pas une question pour l'Etat ou le gouvernement fédéral", a déclaré, lundi, le gouverneur du Massachusetts Deval Patrick en conférence de presse, avant de s’adresser directement à la famille de Tamerlan Tsarnaev  : "C'est une question pour la famille. Et la famille a des options", a-t-il ajouté sans préciser lesquelles. "Je pense qu'ils prendront bientôt une décision", a-t-il indiqué, en laissant toutefois planer l’ambiguïté sur son opposition à l'enterrement de l'aîné des frères Tsarnaev dans son fief.

A ce stade, c’est l’oncle de ce dernier, Ruslan Tsarni (photo ci-dessus), qui a pris les choses en main depuis Washington où il réside, après que la veuve, Katherine Russell, ait donné carte blanche à la famille pour les funérailles. Avec l’aide de trois hommes, il a scrupuleusement respecté le rite islamique funéraire, le corps de son neveu ayant été lavé et enveloppé dans un linceul, et espère à présent que le bon sens l’emportera, même s'il a assuré comprendre toutes les réticences et les hostilités qui s'expriment, pour débloquer une situation devenue inextricable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tariq Ramadan fait fuir Manuel Valls et Najat-Vallaud Belkacem

Une description morale et physique du Prophète Mohammed (vidéo)