in

Législatives en Egypte : les Frères musulmans tiennent la corde

Après la Tunisie et le Maroc, tous les regards internationaux étaient tournés vers le premier scrutin législatif de l’Egypte de l’après-Moubarak, qui a récemment encore payé un lourd tribut à la révolte populaire, pour savoir si les urnes allaient de nouveau parler en faveur des islamistes, notamment des Frères musulmans, et confirmer une tendance qui en ferait la première force politique du pays.

Ils se targuaient de remporter les suffrages haut la main, les Frères musulmans caracolent aujourd’hui en tête, revendiquant 40% des voix à l’issue de cette première phase des législatives, qui semble avoir massivement mobilisé, comme l’indique la commission électorale en Egypte.

La vraie surprise vient du parti salafiste Al-Nour, auteur d’une percée notable sur le devant de la scène publique, allant même jusqu’à coiffer au poteau le parti « Liberté et Justice » des Frères musulmans dans plusieurs circonscriptions. Les Unes de la presse égyptienne se font l’écho de la stupéfaction générale face à ce bond en avant des fondamentalistes, qui totaliseraient 20% des voix.

Alors que l’inquiétude est palpable dans les milieux laïques égyptiens et au sein de la communauté copte, à la perspective d’un Parlement aux mains des Frères musulmans et des salafistes, les Frères musulmans ont, quant à eux, anticipé le résultat final, et exigé que la principale force du Parlement soit seule habilitée à former le prochain gouvernement. Un avertissement à l’endroit de la suprématie militaire.

Premiers forts indicateurs d’un scrutin complexe qui s’échelonnera sur quatre mois, ces résultats traduisent les votes de lundi et mardi dans le premier tiers de l’Egypte, alors que les élections vont se poursuivre dans tout le pays, jusqu’au 11 janvier pour les députés, puis jusqu’au 11 mars pour la Choura (sénat).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De l’islamophobie à l’islamoparanoïa : nouveau “malaise dans la civilisation européenne (1/2)

Le niqab et les boudins féministes