in

Egypte : Les Frères musulmans, vainqueurs des législatives

Les urnes ont parlé en Egypte, et ce sont, sans grande surprise, les partis islamistes qui se taillent la part du lion dans un scrutin législatif qui s’est déroulé en plusieurs phases depuis le 28 novembre, remportant plus de deux tiers des sièges de députés, dont près de la moitié pour les seuls Frères musulmans, selon les résultats officiels de la première élection.

Damant le pion aux autres formations, le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), issu des Frères musulmans, rafle 235 sièges sur les 498 en lice, soit 47% environ, alors que le parti fondamentaliste salafiste Al-Nour arrive en deuxième position, avec 121 sièges (environ 24%). 

Le parti libéral Wafd a, pour sa part, obtenu quelque 9% des sièges, et le Bloc égyptien, coalition de partis libéraux laïcs, a totalisé 7% des députés. Dix sièges de députés supplémentaires, non-élus, doivent encore être pourvus par le chef du Conseil militaire qui dirige le pays, le maréchal Hussein Tantaoui.

Dès lundi se tiendra la première session de l’Assemblée du peuple ( chambre des députés) en présence du maréchal Tantaoui, et sans attendre le PLJ a déjà révélé celui qui en sera le président : Saad al-Katani, le secrétaire général du parti. L'horizon est annonciateur de nouvelles échéances électorales, à l'image de l'élection des sénateurs qui aura lieu le 29 janvier pour s'achever fin février, et de l'élection présidentielle qui devrait se tenir fin juin.

Dans les affres d’une crise alarmante, l’Egypte voit son paysage politique se redessiner dans la douleur, tandis que les Frères musulmans ont multiplié les déclarations ces dernières semaines, donnant des gages de réassurance en se présentant comme une formation responsable, se démarquant des fondamentalistes salafistes.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“On considère que le hijab est plus dangereux que la cigarette et la drogue”

Dévoilements