in ,

Le port du burkini autorisé à Grenoble, non sans déchaîner les passions…

Si, depuis les heures incendiaires de l’été 2016, il y a bien une combinaison aquatique qui n’en finit pas de faire des vagues en France, et pas seulement sur son littoral, jusqu’à provoquer un tsunami de réactions républicaines outrées et outrancières, c’est sans conteste le burkini…

Empoignée, tel le port du voile dans l’espace public, comme l’épouvantail des plages et des piscines, la fameuse parure de bain respectant la pudeur musulmane revient, depuis six ans, sous les feux de l’actualité brûlante, dès les premiers rayons de soleil. Un bien redoutable privilège.

La saison estivale ne bat pas encore son plein, les esprits ne se sont pas encore échauffés sous la chaleur accablante des mois de juillet ou d’août, et pourtant, à Grenoble, le burkini refait précocement parler de lui… S’il suscite toujours autant de remous, la décision courageuse de l’autoriser dans les bassins municipaux, prise avec l’assentiment plein et entier du maire écologiste, Eric Piolle, déchaîne, elle, les passions… politiciennes !

Publicité
Eric Piolle, maire de Grenoble

Lundi 16 mai fut un jour à marquer d’une pierre blanche pour les Grenobloises, adeptes du maillot intégral. Par 29 voix pour, 27 voix contre et deux abstentions, la délibération portant sur la modification du règlement des piscines a été adoptée hier, en conseil municipal, dans la cité phare de l’Isère, à l’issue de joutes oratoires enflammées.

A l’instar des piscines municipales de Rennes où le port du burkini est permis, les piscines gérées par la ville de Grenoble ouvriront leurs portes aux baigneuses en maillot intégral ou bien seins nus durant l’été, à compter du 1er juin. La juxtaposition des deux offrira sans nul doute un contraste saisissant… 

A moins que d’ici là, après avoir été diabolisé et criminalisé, comme ce fut le cas aux heures les plus chaudes de l’été 2016, notamment à Cannes et à Nice, le burkini ne fasse l’objet d’un bras de fer judiciaire, et ne finisse par boire la tasse à Grenoble. 

Publicité

En effet, la préfecture de l’Isère a annoncé sa ferme intention de saisir le tribunal administratif, « conformément aux instructions reçues du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin »

« Cette délibération, dont l’objectif manifeste est de céder à des revendications communautaristes à visées religieuses, paraît contrevenir au principe de laïcité posé par la loi de 1905 ainsi qu’aux dispositions de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République », pouvait-on lire dans son communiqué officiel. 

Stoïque dans la tempête, le maire de Grenoble, Eric Piolle, pour qui « la laïcité se joue ailleurs que dans les piscines », campe sur ses positions qui font du respect de la liberté individuelle une priorité.

Se défendant de « céder à des revendications communautaristes à visées religieuses », l’édile  justifie l’autorisation du port du burkini sur ses terres, ou plutôt dans ses bassins, en ces termes : que « chacun puisse se rafraîchir vêtu.e ou dévêtu.e comme il ou elle veut, tant que la loi est respectée. Oui, les seins des femmes pourront être libérés, comme ceux des hommes (…) Vous voulez venir les seins nus, venez les seins nus. Vous voulez venir avec un maillot couvrant pour vous protéger du soleil ou pour une raison religieuse, vous pouvez le faire aussi ».

A l’autre bout du monde, depuis ses ateliers de Sydney qui fabriquent des burkinis à grande échelle, on n’ose imaginer ce que doit ressentir la styliste australienne d’origine libanaise, Aheda Zanetti… Sans doute de l’effarement devant l’hystérie à la française autour de la parure de bain qu’elle a conçue il y a déjà dix-sept ans, en 2005, et dont le succès international ne se dément pas, tant auprès des femmes musulmanes que non musulmanes. 

Publicité
La créatrice du burkini, Aheda Zanetti

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Cdl, tu nous fait une fatwa express nous disant que le Burkinii n’est pas islamique , tout en rappelant la laïcité . Tu joue toi aussi avec les extrêmes on dirait .

    J’ignore s’il est licite ou pas , mais peut être faudrait il arrêter de s’exprimer à la place des femmes pour commencer .et oui c’est compliqué cet affaire , Eric piol est je pense sans calcul , il veut autoriser le Burkinii et les seins nus par soucis d’équité , et surtout , pour ne pas être taxe d’islamophile je pense.

    Mais le problème en revendiquant le Burkinii a la piscine. Ne sommes nous pas tirer une balle dans le pied ? Concilier tout le monde , pas que les musulmans , mais aussi le libertinage , les autres religions etc… Vaste question , nous intéressent elles ?
    Je pense que nous n’avons pas saisi la question , et notre contexte , car acquérir des droits supplémentaires nécessitent aussi de faire des conssecions . Mais sommes nous prêt ? Moi je suis ni pour ni contre , mais nos interminables revendications , vaut t’elles vraiment le coup ? Qu.est ce qui est important ? La pudeur de nos enfants a la piscine ou bien un Burkinii ?

    Allez je t’écoute , toi qui a réponse à tout .

    • Mais Djeser, relis mon commentaire précédent, tu y trouveras réponse à tes questions de mauvais lecteur. Eric Psiole dans cette affaire n’envisage pas l’électorat Musulman qui sur la question est divisé ou se sent peu concerné. Que représente-t-il cet électorat à Grenoble d’ailleurs? Non, il vise peut-être un électorat de gauche sociétale libertaire, en pratique ce sont plutôt les poitrines nues qui seront les plus nombreuses, gauche sociétale libertaire, vaguement UIslamophyle, savoir,… Ce n’est pas une demande de Musulmans, donc on ne peut pas renoncer à ce qu’on n’a pas demandé. Peut-être est-ce l’utilisation politique de la thématique Musulmane de façon différente de ce que fait la droite mais tout aussi fausse et remplie de biais.

      Je n’ai pas prononcé une fatoua, où vas-tu chercher ça? Je termine justement en disant ma perplexité, rien d’affirmatif. Quel mauvais lecteur tu fais? Mais au fait, Grenoble c’est pas loin de Lyon, j’aimerais avoir des nouvelle de certain iman Lyonais qui ne connaissait pas Fourvière et n”‘en a pas entendu parler, tu as de ses nouvelles ou pas?

      Croissant de lune.

  2. Mettons-nous d’accord sur une première chose, le burkini n’est pas un vêtement de bain Musulman. Deuxième chose, il ne contrevient pas à la loi de 1905 dite de laîcité, on ne peut pas l’interdire ni l’autoriser sur ce motif. Si la société Française n’était pas aussi malade et déréglée, on n’entendrait même pas parler de burkini à la radio, l’art d’inventer des problèmes ou de s’inventer des ennemis artificiels. Il n’y a que du point de vue de l’hygiène qu’on pourrait interroger la substance du burkini, comme certains mayaux masculins larges, les bermudas, mais je crois savoir que la question est déjà résolue.

    En revanche, je ne crois pas qu’Eric Psiole, le maire de Grenoble, ne s’en occupe maintenant sans contexte électoral, mais je ne devine pas quel électorat il vise ou quels adversaires il veut atteindre. Aussi important voire plus important est ce qui accompagne l’autorisation du burkini en piscine municipale, qui est l’autorisation de se baigner poitrine nue, je qsuis pratiquement sûr qu’il y aura si l’autorisation se confirme en pratique, plus de femmes poitrines nues s’y baignant, que de femmes portant un burkini, j’ignore le nombre de celles-là à Grenoble, je ne suis pas sûr qu’il y en ait beaucoup.

    Il y a un phénomène qui commence à venir en France, pas seulement dans la gauchosphère mais aussi dans la fâchosphère, une sorte d’échange, on suggère que, moyennant l’autorisation du voile on autoriserait le nudisme/naturisme en pleine ville, dans la rue et place, ou espaces verts, je suppose quand il fait beau. En fait, des m&anifestations, des journées nudistes se font déjà en grande aglomération, avec des autorisations circonscrites dans le temps. Nous voilà quand-même devant un dilemme que nous n’attendions pas.

    Pour en revenir au burkini, il n’est pas habit de bain Islamique. Ce qui serait Islamique, ce serait des heures ou des journées séparées, ça n’est pas ce que veut §Eric Psiole, et si la défense du burkini le faisait tant souffrir d’un sentiment d’injustice, il avait largement le temps de s’en occuper avant la période électorale législative. La vraie innovation qu’il veut introduire, c’est l’autorisation de se baigner poitrine nue en piscine municipale, laquelle rencontre certainement de l’adhésion. Mais comment autoriser les femmes à se baigner poitrines nues en piscines municipales et leur défendre d’aller tout simplement nues en lieux publics si ça leur chante, et comment défendre aux hommes eux-mêmes de se baigner carément nue et d’aller nue sur la voie publique?

    Les Musulmans ne sont pour rien dans ce genre de débats sociétaux, on pourrait se demander d’un point de vue Islamique, si les choses sont comme je les présente, où est l’avantage selon notre dine? Je laisse la question en suspens.

    Croissant de lune.

  3. C’est vrai qu’il ne ressemble pas du tout aux Algériens , ils voient tout de suite que je suis maghrébin , j’ai beau essayer de passer inaperçu mais pas moyen … Mais il sont plutôt accueillant , ils m’invitent tous chez eux. Je suis loin d’Alexandrie , ça aurait été avec plaisir , je visite la vallée des rois a Louxor, Actuellement , j’ai pas prévu d’aller au nord peut être une prochaine fois.

  4. Ils sont aussi nationalistes que les algériens mais bcp moins violents que les maghrébins. Oui.

    Le Burkini est répandu en Égypte, ils n’ont pas de problème avec ça. Les femmes se baignent à la plage avec leur ‘abaya, et quelques hommes avec leurs sous vêtement (dont le “marcel”) lol.

    Pour voir les jeunes à la mosquée, allez y en période d’examens, ils y sont nombreux à chercher la baraka lol.

    Venez me rendre visite à Alexandrie 🙂

  5. Mouhib , je suis en Egypte actuellement , je ne sais pas si le modèle égyptien est la reference mais je suis à la fois surpris et étonné par cet société que je découvre ( partiellement ) étant algérien je compare bien sûr avec mon pays ;

    Les Egyptiens me paressent plutôt calme de nature par rapport aux maghrebins.

    Il ont un fort sentiment d’unité arabe à mon grand étonnement .

    La rue, la ruralité et de manière générale sont extremement sale par rapport à l’Algérie ou au Maghreb .

    Les jeunes ne se bousculent par beaucoup pour aller à la mosquée, que je trouve plutôt vide
    Donc si le Burkinii les dérange , alors il faut leur dire ne pas oublier les fondamentaux.

  6. En France, on parle des problèmes, sans les resoudre.
    Le different qui oppose l’islam au normes dites internationale, n’est pas l’homme ou la femme entant qu’etre.

    Il faut appeler les choses par leur nom. Le problème est la mixité.
    Dans un bassin, où il n y a que des femmes, se baigner sein nu ne pose aucun problème.

    Si l’homme modèrne ne sent plus rien devant une femme presque nu, ce n’est pas un bon comportement ni les bonnes manières, c’est plutot une atteinte à la sexualité de l’homme, qui a été castré comme un boeuf.

  7. Un acteur égyptien (musulman), pas spécialement religieux, vient tout juste de faire le buzz sur le manque de pudeur du burkini car colle trop au corps et montre plus que ce qu’il cache, s’appuyant sur la réticence de sa femme (chrétienne) à le porter pour ce motif.
    Comme quoi.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Islam et démocratie (2/2)

Obsèques Shireen Abu Akleh : les évêques de Jérusalem accusent Israël de «graves violations des droits de l’homme»