in

L’Appel de l’Algérie : le Référendum comme solution politique

Peuple d’Algérie, Diaspora algérienne,

La scène politique de cette fin d’année cruciale ne fait qu’entériner ce que la sagesse populaire a scandé depuis des décennies à travers le slogan qui résume pleinement la vie politique algérienne : « Chaab fi oued oua Al houkouma fi oued (le Peuple dans une rivière et le gouvernement dans une autre). Ce qui était de l’ordre du constat est devenu de l’ordre du tragique ; l’élection présidentielle du 12 décembre a révélé à la face du monde le contraste criant entre les deux Algérie : celle des urnes et celle de la rue.

Continuer à les opposer en imposant la volonté de l’armée par la logique de la force est un choix risqué. L’histoire nous enseigne qu’aucune force armée n’a pu vaincre la détermination d’un Peuple réclamant sa liberté : La force ne peut arrêter le cours de l’histoire. Au moment où les Algériens sont en train de revivre, de se réapproprier l’espace politique, de devenir acteur de leur destin historique ; c’est le moment de comprendre et d’intégrer à jamais que la grandeur et la dignité d’un pays ne sont que l’image de la grandeur et la dignité de son peuple. C’est un contre sens de choisir l’Algérie dans les mots et les urnes et continuer à dilapider ses richesses, à opprimer et mépriser l’Algérien dans les faits. On ne peut régner sur un pays dans l’opacité ni le gouverner à vue ; l’institution militaire, seul pouvoir réel depuis 1962 a produit la non vie en Algérie. Les damnés de la mer en sont l’exemple édifiant.

Publicité
Publicité
Publicité

Pour introduire de la visibilité dans notre avenir devant ce brouillard pesant et réconcilier les deux Algérie, la voie référendaire s’impose. Le Référendum reste la solution politique par laquelle le Peuple exerce sa pleine souveraineté. Ce peuple du 22 février force l’admiration du monde par son génie créatif et son pacifisme exemplaire et prouve qu’il est digne de bâtir l’Algérie dont a rêvé nos Martyrs : une Algérie libre, juste et démocratique.

Face à une réalité politique qui divise la société car elle engage son avenir, écouter le Peuple et revenir à lui est l’acte le plus sage, le plus patriotique et le plus démocratique à la fois.

Nier la réalité et avancer comme un rouleau compresseur pour imposer la volonté des généraux n’honore ni cette jeunesse du 22 février ni les sacrifices consentis par ce peuple durant son histoire coloniale.

Publicité
Publicité
Publicité

Le Référendum se présente, dans la situation algérienne, comme la voie salutaire pour dépasser cette réalité tragique qui oppose frontalement les deux l’Algérie. La question référendaire comme relève et dépassement pour sortir de ce bourbier et placer le devenir de l’Algérie dans une véritable dynamique démocratique.

Pour que le Référendum soit l’expression de la volonté populaire, trois conditions préalables sont nécessaires : la libération de tous les détenus d’opinion depuis les années 90, l’ouverture du champ médiatique et le respect des libertés.La question référendaire posée :

Etes-vous pour le départ ou le maintien de ce système ?

Prenons la date symbolique du 19 mars 2020 comme jour du Référendum.

Le 20 décembre 2019,   (Collectif des Algériens de Strasbourg)

*Le 22 Février, le Peuple Algérien a répondu à un Appel. Celui de l’Algérie. La vérité philosophique de cet Appel s’est révélée le 5 juillet 2019 lorsque à Alger a été scandé pour la première fois depuis 1962 : Le Peuple veut l’indépendance (à lire sur Oumma :  L’Appel de l’Algérie : Non au mandat de la honte du 4 mars 2019, et Algérie, 22 février-12 décembre 2019 : une Révolution pleine de promesses du 27 novembre 2019).

**Ce texte s’inscrit dans le prolongement du Manifeste du « Collectif des Algériens de Strasbourg » publié sur Oumma le 16 décembre 2019 sous le titre L’acte II de la Révolution populaire commence après la présidentielle.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
    • De quel « nous » s’agit-il????????
      de quelle légitimité s’agit-il encore??????
      Dans la langue française il existe d’autres pronoms personnels tel: JE, IL, ELLE, ILS, ELLES et ON
      La légitimité vient du peuuuuuuuuuuple (oubien de sa magorité qui est dehors chaque mardi et vendredi).
      En plus, le vote est un DROIT pas un devoir pour un peuple libre et indépendant.
      Concernant le mot DEVOIR, le devoir des gangs qui ont mis le peuple Algérien sous leur occupation depuis 1962 est de laisser ce dernier organiser démocratiquement et librement des élections légitimes, propres, démocratiques et populaires pour choisir ses candidats et après élire son Président, au lieu d’être dans l’obligation de choisir un des 5 chiots des geneneux « chiots eux aussi de services francais »

  1. @ahlam st
    Je suis surprise que le modérateur du site n’ait pas validé mon commentaire en réponse à @ahlam st qui a commenté l’article dans un anglais qui laisse plutôt à désirer sur la forme, quant au fond, il ou elle traite honteusement, le peuple algérien dans sa majorité, de traître !
    J’espère que vous allez le publier cher modérateur !
    ……………………………..
    You, kind of messy shabby sold to the band of the biggest scoundrels mafioso, the most treacherous to the algerian nation, presided over, by dinosaurs like your corrupt thief and cocaine dealer, tabbun, slave of the senile gaid al fayah, his pimp and yours, at the same time.
    The only traitor for the time being, who is revealed, until now, on the oumma.com site, is you and all the idiots, who, like you, sold their souls to the devil gaid salah!

    How dare you shamefully claim that the old tebboun monkey was elected?
    While 98% of the algerian people have been asking up to now, for 10 long months, the departure of these thugs who put Algeria on her knees, plundering billions of dollars, including this junk of your designated president and never elected  »tebboun » as you pretend on purpose, of course !
    It is really sad that a moron like you, who is unable of conjugating the verb ‘to elect’ in the perfect tense, can grant himself/herself, any right to spit on the intelligence of 42 million Algerian citizens?
    How much are you paid for being so dishonest?

  2. @ahlam st
    Je suis surprise que le modérateur en anglais, n’ait pas validé mon commentaire en réponse à @ahlam st qui a commenté l’article dans un anglais qui laisse plutôt à désirer sur la forme quant au fond il ou elle insulte le peuple algérien dans sa majorité de traître !
    J’espère que vous allez le publier cher modérateur !
    ……………………………..
    You, kind of messy shabby sold to the band of the biggest scoundrels mafioso, the most treacherous to the algerian nation, presided over, by dinosaurs like your corrupt thief and cocaine dealer, tabbun, slave of the senile gaid al fayah, his pimp and yours, at the same time.
    The only traitor for the time being, who is revealed, until now, on the oumma.com site, is you and all the idiots, who, like you, sold their souls to the devil gaid salah!

    How dare you shamefully claim that the old tebboun monkey was elected?
    While 98% of the algerian people have been asking up to now, for 10 long months, the departure of these thugs who put Algeria on her knees, plundering billions of dollars, including this junk from of designated president and never elected  »tebboun »!
    It is really sad that a moron like you, who is unable of conjugating the verb ‘to elect’ in the perfect tense, can grant himself/herself, any right to spit on the intelligence of 42 million Algerian citizens?
    How much are you paid for being so dishonest?

  3. Vous ^avez un train de retard, et on dirait que vous prenez des instructions dans les laboratoires néocoloniaux.
    Aujourd’hui, l’Algérie est sur les rails, et pour tous ses enfants, sauf qui veulent tourner le dos à l’avenir et déconstruire.
    Et puis, voilà une bonne question tout droit sortie du four des colons: « départ du système » …. C’est quoi le système ? et que veut on changer ? Et surtout, pour quel autre système ???? Indigène ?
    On a besoin de penseurs, et pas de danseurs.

  4. Le « HIRAK » a bien démarré sur des revendications louables, très acceptables et avec …. beaucoup d’humour ! Ce qui caractérisait ce « HIRAK », c’était surtout l’unicité de l’opinion, quelque soient l’appartenance idéologique ou autre régionaliste. N’a t-on pas vu des jeunes filles (en jeans et tee-shirts) côtoyer les mosquées et attendre la fin de la prière du Vendredi pour clamer, ensemble, des droits, aux côtés de ces mêmes prieurs ? Ont-elles été inquiétées une seule fois ? Que non ! En effet, analysons la chronologie des évènements:
    – le slogan-phare était « KLITOU EL BLAD YA ESSARAKINE » – vous avez pillé le Pays, bande de voleurs-
    – La femme ayant été une grande valeur ajoutée dans ce « HIRAK », on commença alors à embarquer des jeunes filles, les maltraiter dans les rues (certains BALTGIAS -voyous- chichement payés par la bande des malfaiteurs s’acquittaient de cette sale besogne, en se faisant passer pour des … Islamistes … encore le même bouc émissaire !). Ceci avait pour but évident de faire peur aux femmes et les empêcher de faire partie du HIRAK, pour casser, ultérieurement, tout bonnement, ce HIRAK
    – Le pouvoir, par le biais de l’ANP et la Justice, commença à répondre aux revendications du Peuple en faisant passer en Justice certains gros poissons
    – C’est alors que, bizarrement, les slogans commencèrent quelque peu à diverger, sous la bannière de la Culture et de la Région (infiltration oblige, toujours dans le but de casser le HIRAK !). Noter qu’avant, le slogan était: LA CHAWI, LA ARBI, LA KBAYLI, etc … TOUS des Algériens, pour le même pays, l’Algérie !
    – La France, démunie de ses principaux valets (dont certains furent emprisonnés) prît peur pour ses intérêts économiques et autres culturels. Bizarrement, la diaspora Algérienne commença à fustiger le Pouvoir alors que celui-ci continuait à faire passer en taule d’autres poissons, responsables du naufrage de l’Algérie !
    – La France, craignant de perdre ses intérêts, s’empressa de liquider la transaction ANADARKO – TOTAL, en faisant fi de SONATRACH et donc de l’Algérie. Pendant ce temps là, la diaspora Algérienne s’organisait de mieux en mieux, entraînant, évidemment, dans la foulée, de nombreuses personnes en mal d’analyser, objectivement, la situation.
    – Le Parlement Européen « s’inquiète » de la situation des Algériens et s’en mêle (… au lieu de s’inquiéter du sort des Palestiniens qui se font massacrer, au quotidien, par une armée lâche commandée par des hommes d’affaires corrompus !)
    – En dépit de la transparence des élections, certains boycottèrent celles-ci, pire, empêchèrent, VIOLEMMENT, d’autres à choisir le nouveau Président ! Cet empêchement était l’oeuvre de ceux qui prônent, tenez-vous bien, la démocratie !
    – Le Président élu annonce sa volonté de revoir la Constitution Nationale et la proposer au Peuple pour un référendum, et voilà que cette association fantoche nous parle de …. Référendum ! BIZARRE !

    Moi, j’ai voté pour l’Algérie libre et indépendante, n’en déplaise aux Zouaves !

  5. erronée de l’histoire, en France du temps des rois, il n y avait pas de police.
    La seule police qui existait, sert à suivre les opposants au pouvoir.
    Le père de la police moderne, et qui servait beaucoup plus à la sécurité des gens, s’appelait ,si je ne me trompe pas, Vidok.
    Cet homme , fondateur de la police moderne., était un prisonnier de droit commun.

    Dans les années cinquante en Algérie, la police était beaucoup plus politique, une sécurité militaire, on appelait ça le calme intérieur.

    On a gardé cette façon de voir après la dite indépendance, la sécurité du pouvoir reste le travail du policier.

  6. Aussi étrange et contradictoire que cela puisse paraître l’auteur de cette lettre ne se rends pas compte de cette énorme contradiction Il demande un référendum alors qu’il refuse les élections du 12/12/2019 Pourrait-on nous expliquer cette différence sémantique. Donner la possibilité au Peuple de s’exprimer c’est fait Malgré les meutes devant les bureaux de vote ou on interdisait par la violence aux pauvres émigrés de s’exprimer en les insultants les violentant et en les traitant de « HARKI » D’autant plus que nous savons tous que ceux qui veulent se battre pour une Algérie nouvelle c’est sur place que le combat doit être mené Les planqués de l’étranger on sait à quoi cela rime Acceptant comme de « bons petits français  » l’intervention étrangère sans parlers des insultes injures du Peuple Algérien dans les médias français et Européens BFM TF1 RFI FR24 etc…Le Peuple Algérien a décidé en toute liberté et en toute transparence de se battre ;Aprés l’élection du Nouveau Président ;pour une Algérie nouvelle Que celui qui veut nous rejoindre dans notre combat « Ya merhaba » sinon laisser le peuple Algérien continuer son combat comme il l’a toujours fait

    • Très bien dit.

      L’Algérie n’est pas la propriété privée de certains « démocrates » à la trempe de Said SADI, ami de BHL, l’une des sources de malheur des Libyens.

      L’Algérie est à …. tout Algérien, quelle que soit son appartenance régionale ou idéologique !

  7. On ne doit pas oublier que l’armée algérienne est une armée de conscrits. Si rien ne s’est passé depuis plusieurs mois opposant les hommes de troupes aux officiers et aux généraux, il faut dès lors poser la question de savoir pourquoi, et cesser de s’imaginer qu’il y a d’un côté « l’armée » et de l’autre «  ‘LE’ peuple » mythifié. Il faut voir la vérité en face, les choses ne sont pas aussi simplistes et le rôle des chercheurs, mais aussi des médias, est de nous aider à poser les bonnes questions et ensuite d’apporter les différentes réponses possibles. Sinon nous restons dans l’émotionalisme style « printemps arabe » ou « révolutions coloriées » est-européennes ou Hong kongaise. Une approche qui a empêché de comprendre pourquoi l’armée de conscrits syrienne a gardé sa cohésion puis finalement gagné la bataille sans se débander selon le wishful thinking de nombreux de « démocrates » vivant à l’époque dans les nuages …et semblant continuer à y vivre encore aujourd’hui pour la plus grande satisfaction des pêcheurs en eaux troubles. Les peuples en général veulent d’abord la paix, ensuite ils ne s’engagent dans une révolution que lorsqu’il y a un programme économique et social alternatif bâti et crédible. La liberté et la démocratie « en l’air » peuvent mener à des manifestations, à des jacqueries mais jamais à une vraie révolution.

  8. As an Algerian, I see that the opponents are Zouave who want to sabotage Algeria, because the free Algerians came out on 12_12_2019 and all Algerians were elected to President Abdel Majid Taboun, and he is now clearing the country of traitors … This is what affected the thieves who want to sabotage the country with the opposition and will not succeed in that.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Iran: l’enjeu nucléaire

Emmanuel Macron: « Le colonialisme fut une erreur profonde, une faute de la République »