in ,

La Nouvelle-Zélande, à l’heure de la commémoration du massacre de Christchurch

Le temps passe inexorablement et fait son œuvre lentement. Douze longs mois se sont écoulés depuis l’attentat islamophobe qui a ensanglanté les mosquées Al Noor et Linwood, à Christchurch, et plongé dans le deuil la nation néo-zélandaise tout entière, frappée en plein cœur par une tragédie impensable, et d’autant plus absolue.

A l’approche de la commémoration d’un bien triste premier anniversaire, celui de l’insoutenable massacre de Christchurch, dimanche 15 mars, et alors que les stigmates de l’horreur terroriste s’estompent peu à peu, le souvenir des 51 fidèles – hommes, femmes et enfants – qui ont été abattus froidement, lors de la grande prière collective du vendredi, par l’extrémiste de droite Brenton Harrison Tarrant, est ineffaçable.

Tombé sous la rafale de tirs d’un monstre d’inhumanité, Amja Hamid, 57 ans, un éminent cardiologue d’origine palestinienne, a laissé derrière lui une trace lumineuse et inoubliable. A l’heure où la Nouvelle-Zélande s’apprête à rendre hommage aux 51 victimes de la barbarie islamophobe, la direction du Royal New Zealand College of General Practitioners a choisi d’honorer le Dr Hamid de la plus belle manière qui soit : un prix prestigieux portant son nom vient d’être créé.

Publicité
Publicité

« Nous sommes heureux et émus à la fois d’annoncer que nous avons choisi d’honorer la mémoire du Dr Hamid, notre très regretté confrère et ami, en créant un prix qui récompensera, chaque année, le meilleur praticien en cardiologie », a déclaré Lynne Hayman, directrice générale du Royal New Zealand College. « La création de ce prix aidera à garder sa mémoire vivante et à commémorer son travail dans les annales de l’histoire médicale de la Nouvelle-Zélande », a-t-elle ajouté.

« Le Dr. Hamid était un médecin hautement qualifié, attentionné et doux, et sa mort dans les circonstances effroyables que nous connaissons a été un immense choc. Nous avons perdu un professionnel de la santé en milieu rural de grande qualité et un être humain merveilleux », a confié, bouleversée, Jennifer Keys, présidente de la Division de la médecine hospitalière rurale.

Pendant ce temps-là, deux imams ont levé le voile sur la série d’événements qui vont ponctuer les cérémonies d’hommage organisées à travers le pays. Parmi les actions de communication qu’ils ont pensées et élaborées, celle qui invite à « Rencontrez un musulman », durant la Journée nationale du souvenir des victimes musulmanes du terrorisme, a leur préférence. « Nous voulons montrer que les musulmans sont des êtres humains comme les autres, qu’ils ne sont pas différents de leurs concitoyens néo-zélandais », a souligné l’un des concepteurs de l’opération, l’imam Sabhuzafar résidant à Waikato.

Publicité
Publicité

« Nous invitons tout le monde à venir à notre rencontre. Apprenez à connaître un musulman ou venez tout simplement nous poser toutes les questions qui vous taraudent, c’est tout le sens de notre démarche », a-t-il précisé, en espérant vivement que son appel à favoriser la Connaissance et l’entre-connaissance sera largement entendu.

A la veille d’un vendredi 13 mars chargé d’émotion, les mosquées Al Noor et Linwood se préparent, de leur côté, à se recueillir en mémoire de leurs frères et sœurs disparus tragiquement, au cours d’une prière Al Jumu’a empreinte de ferveur.

Notre vidéo d’hommage aux 51 martyrs de la barbarie islamophobe

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
    • Alors Laurent, ça doit faire beaucoup d’oummanautes petits, laids et idiots.
      Au fait, si vous avez fréquenté notre école, laid ne s’écrit pas “lait”.

  1. Hommage aux martyrs de la bête immonde qui frappe aujourd’hui durement la communauté musulmane aux 4 coins du Monde …
    A nos frères, nos sœurs, nos enfants fauchés et touchés par la tragédie de Christchurch …
    A tous nos précieux ami(e)s qui se sont ému(e)s et indigné(e)s en osmose avec la communauté musulmane condamnant ce drame et dont les cœurs se sont serrés à l’unisson avec nous tous …
    Merci du précieux rappel …
    A nos morts
    Allah y rahmoum

  2. On dirait presque que ce massacre ignoble est commémoré pour faire oublier tous les autres massacres, nombreux, dûs à des islamistes. On se raccroche à ce qu’on peut, vu la différence de morts.
    Peu après le massacre de Christchurch, plus de 300 chrétiens étaient tués le jour de Pâques au Sri Lanka par des islamistes.
    On n’en parle pas ?

    Allez, un petit effort, pour faire le ménage chez vous.

  3. Et Alors que la Nouvelle-Zélande pleurait les morts de ce carnage les laïcars français ont écrit avec des militants anti-islam européens et nord-américains une lettre abjecte à la première ministre dans laquelle ils la blâment pour s’être voilée pour rendre hommage aux victimes.

    • C’est vrai que la première ministre de Nouvelle-Zélande en faisait un peu trop. La simple compassion légitime suffisait, sans avoir besoin de se déguiser en musulmane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

19 militants de Génération Identitaire devant le tribunal de Bobigny ce jeudi 12 mars

Hirak Algérie : l’histoire d’un immense soulèvement populaire expliquée dans un livre