, ,

La notion d’Esprit

Les docteurs musulmans font une distinction entre le vocable  » âme  » traduit par  » nafs  » et celui de  » rûh  » qui définit tantôt  » Esprit « , tantôt  » Souffle.  » L’un a un caractère charnel, matériel, corporel. L’autre revêt un sens spirituel, immatériel. C’est le second aspect du terme que nous étudierons.

Dans le Coran, l’expression  » Esprit fidèle  » est attribuée à l’ange Gabriel en sa qualité d’intermédiaire entre Dieu et le Prophète quant à la communication de la Révélation :  » Oui, le Coran est une Révélation du Seigneur des mondes ; -l’Esprit fidèle est descendu avec lui sur ton coeur pour que tu sois au nombre des avertisseurs  » (S. XXVI, 192, 193, 194).

Gabriel, étant l’ange de la Révélation, Dieu l’envoyait aux serviteurs choisis par Lui pour en faire des avertisseurs auprès des hommes :  » L’Esprit provient de son Commandement, il le lance sur qui il veut parmi ses serviteurs avec la mission d’avertir les hommes  » (S. XL, 15).

Le mot s’applique également au même ange quand celui-ci apparut sous une forme humaine à Marie, mère de Jésus :  » Nous lui avons envoyé notre Esprit ; il se présenta devant elle sous la forme d’un homme parfait  » (S. XIX, 17).

 » L’Esprit de sainteté  » est aussi une dénomination de l’ange Gabriel désigné par Dieu pour assister Jésus dans sa mission :  » Nous avons accordé des preuves incontestables à Jésus, fils de Marie, et nous l’avons fortifié par l’Esprit de Sainteté  » (S. II, 87 et 253),  » O Jésus, fils de Marie… Je t’ai fortifié par l’Esprit de Sainteté  » (S. V, 110).

Le terme  » Esprit  » revient dans le Coran pour désigner le Souffle divin qui avait donné vie à Adam :  » Après que je l’aurai harmonieusement formé, et quand j’aurai insufflé en lui de mon esprit  » (S. XV, 29).

Il est encore utilisé dans le sens de  » Souffle  » quant à la conception de Jésus, celui-ci étant le  » Verbe de Dieu  » (kalimatu-hu) :  » Sa parole qu’il a jetée en Marie  » (S. IV, 171).  » Et celle qui était restée vierge… nous lui avons insufflé de notre Esprit. Nous avons fait d’elle et de son fils un Signe pour les mondes  » (S. XXI, 91). Notons que Dieu ne dit pas  » fils « , mais  » fils de Marie « , expression qui revient chaque fois qu’il est question de Jésus.

Comme nous l’avons indiqué, la définition traditionnelle de  » Esprit fidèle  » et  » Esprit de Sainteté  » se réfère à l’ange Gabriel. Ibn Sinâ, par contre, fait une distinction entre les deux expressions. En ce qui le concerne,  » Esprit de Sainteté  » est bien de l’ordre des Chérubins, quant à  » Esprit fidèle « , d’un rang inférieur, est de l’ordre des  » substances spirituelles immuables « .

 

Extrait du « Dictionnaire élémentaire de l’Islam »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *