in ,

La duchesse de Cornouailles à l’avant-première du film dédié à la première femme jockey musulmane britannique

L’été 2019 a été placé sous le signe d’une chevauchée hippique fantastique pour Khadijah Mellah, la première femme jockey musulmane britannique, la hissant au firmament de sa discipline dans un royaume qui n’a désormais d’yeux que pour elle.

Sous son hijab frémissant d’espoir, qui ne lui a valu aucune mise à l’index ou réprobation publique mortifiantes, la jeune cavalière chevronnée, portée par son cheval avec lequel elle est en parfaite osmose, s’est littéralement envolée vers sa première grande victoire : elle a remporté la prestigieuse course estivale « la Magnolia Cup », sous le regard extasié du gratin londonien. Une prouesse historique, qui l’a faite passer de l’ombre à la lumière en un éclair !

A tout juste 18 ans, au cours d’un 1er août radieux, Khadijah Mellah aura marqué de son empreinte singulière le monde de l’hippisme de l’autre côté de la Manche, en sa qualité de première femme jockey musulmane et voilée à brandir un trophée des plus convoités.

Publicité

Un bonheur n’arrivant jamais seul, sa fulgurante ascension réalisée au grand galop a fasciné Oli Bell, un journaliste de télévision, qui a décidé de raconter son histoire dans un documentaire intitulé « Riding A Dream ». En amont de sa diffusion sur la chaîne britannique ITV, ce samedi 2 novembre, une avant-première de gala a été organisée lundi soir, 28 octobre, à Londres.

Sur le tapis rouge déroulé sous ses pieds, Khadijah Mellah a eu l’immense honneur d’être rejointe par Camilla Parker Bowles, la duchesse de Cornouailles, la seconde épouse du prince Charles, connue pour être une cavalière émérite. « Elle m’a dit à quel point elle était fière de moi, d’autant plus qu’elle est la marraine du club d’équitation où j’ai commencé à monter à cheval pour la première fois », a-t-elle confié rayonnante.

« Je vis un vrai conte de fées ! », s’est exclamée Khadijah Mellah devant les micros qui se tendaient vers elle, renchérissant : « C’est juste incroyable que la famille royale me soutienne à ce point-là, avec autant de sincérité et de gentillesse. J’avais déjà eu l’honneur de pouvoir saluer la reine à Ascot ».

Publicité

En l’espace d’une course mémorable qui fut un prodigieux tremplin vers la gloire, la première femme jockey musulmane du royaume de Sa Gracieuse Majesté a réussi un beau doublé : elle est entrée dans l’histoire des courses hippiques, et a définitivement écrasé les préjugés les plus coriaces sous les sabots de sa monture.

 

 

 

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

“RECYCLER POUR RESISTER”, un documentaire exclusif sur le traitement des déchets et la lutte pour la protection de l’environnement en Algérie.

Immigration, communautarisme, voile: Macron s’explique dans un magazine d’extrême droite et islamophobe