in

La belle victoire judiciaire d’une norvégienne voilée, refoulée d’un salon de coiffure

Malika Bayan, une jeune norvégienne de 24 ans convertie à l’islam, rejetée en 2015 d’un salon de coiffure sans ménagement, en raison de son hijab, attendait avec fébrilité le verdict de la justice dans l’affaire de discrimination qui l’opposait à Merete Hodne, 47 ans, la coiffeuse mise hors d’elle à sa vue, assurant ne nourrir ni rancœur, ni rancune personnelle contre celle qui lui a fait subir un terrible affront.

Dépassée par l’énorme retentissement politico-médiatique de son procès et le débat houleux qu’il a généré, à son corps défendant, sur la place de l’islam dans la société européenne, attisé par les ultras du nationalisme norvégien, le soulagement de la jeune femme n’en a été que plus grand à l’annonce de sa victoire judiciaire. Une victoire d’autant plus belle et réconfortante qu’elle a triomphé d’une adversité dont elle ne soupçonnait pas la fureur en portant plainte, un an auparavant, pour un ostracisme intolérable.

Le tribunal du comté de Rogaland, situé au sud-ouest du pays des fjords, a tranché en faveur de Malika Bayan, faisant fi de la levée de boucliers qui a agité les rangs bouillonnants des extrémistes de droite, déclenchant la colère implacable entre autres de Carl I. Hagen, le leader du parti islamophobe et anti-immigration Progress, ainsi que celle du député Peter Myrhe, qui s’est livré à des amalgames abjects entre l’islam et le nazisme.

Condamnée à verser 1 000 euros à celle qu’elle a refoulée violemment de son salon, au titre du préjudice moral subi, et 667 euros pour les frais de justice, Merete Hodne, qui était poursuivie pour « discrimination délibérée » contre une femme musulmane, n’a pas fait profil bas pour autant devant sa défaite cuisante.

Publicité

Dans le vacarme ambiant rendu assourdissant par ses soutiens enragés, la coiffeuse, dont la presse a révélé la proximité idéologique avec les partis islamophobes de Norvège et des Pays-Bas, n’a pas mis en veilleuse son aversion pour l’islam mais l’a au contraire fait éclater au grand jour sur la chaîne à forte audience TV2, en ne lésinant pas, elle aussi, sur des raccourcis avec le nazisme hautement délétères.

A ses yeux, le " hijab est un signe ostentatoire représentant une idéologie totalitaire au même titre que la croix gammée est le symbole du nazisme", s'est-elle époumonée devant les caméras, sans craindre de tomber à nouveau sous le coup de la loi.

Se retrouvant au cœur de cette bourrasque politico-médiatique bien malgré elle, on en arriverait presque à oublier que Malika Bayan, cette victime norvégienne de l’islamophobie ordinaire qui gangrène le Vieux Continent, a pu sortir la tête haute du prétoire, son honneur ayant été réhabilité par la justice de son pays. Un signal fort envoyé à ses détracteurs islamophobes, mais aussi et surtout à la communauté musulmane norvégienne vers laquelle sont allées ses premières pensées.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Lyon : chrétiens et musulmans célèbrent la fraternité dans une journée inédite 20 ans après Tibhirine

Corse: tension à Bonifacio après le refoulement de femmes voilées dans une école