in

Israël interdit l’entrée aux élues américaines Ilhan Omar et Rashida Tlaib

Interdites d’entrée en Israël, la chimérique « seule démocratie du Proche-Orient » !

Une fois n’est pas coutume, il aura fallu que Donald Trump tonne et tempête depuis Washington contre la venue en Cisjordanie de Ilhan Omar et Rashida Tlaib, ses deux bêtes noires démocrates, musulmanes et pro-palestiniennes du Congrès, pour que l’ultrasioniste Netanyahou s’exécute.

A se demander qui de ces deux sinistres fossoyeurs de la paix prête allégeance à l’autre…

Trois jours avant leur arrivée et après un tweet « trumpien » sonnant comme une injonction à l’adresse de son proche allié – « Ce serait un grand signe de faiblesse si Israël autorisait la visite des représentantes Omar et Tlaib. Elles détestent Israël et le peuple juif, et rien ne les fera changer d’avis » – les deux élues américaines, représentant respectivement les Etats du Minnesota et du Michigan sous la coupole du Capitole, sont devenues subitement persona non grata dans l’Etat hébreu.

Publicité

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, ces deux ardentes porte-parole des petits, des obscurs, des sans-voix de leur région, en lutte contre toutes les discriminations et injustices criantes qui sévissent aux Etats-Unis et, en l’occurrence, contre les Palestiniens, ne pourront pas parcourir la Cisjordanie du 18 au 22 août.

Ces deux empêcheuses de judaïser en rond Jérusalem et de financer le colonialisme forcené d’Israël ne pourront pas faire escale à Bethléem, Hébron, Ramallah, et encore moins visiter le site de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, un haut lieu tristement célèbre de tensions et de heurts provoqués à dessein.

Elles qui souhaitaient « voir l’occupation de leurs propres yeux et ce que l’argent américain finance réellement en Israël », selon les dires d’une personnalité qui leur est proche, ne pourront que continuer d’observer et de dénoncer leurs noirs desseins à distance.

Netanyahou, le boucher de Gaza, a tranché par la voix de sa vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely : « Nous n’autoriserons pas ceux qui nient notre droit à exister dans ce monde à entrer en Israël ».

Publicité

Indignée, la dirigeante palestinienne Hanan Ashrawi, dont l’ONG Miftah était en charge de l’organisation de la visite, a fustigé la volte-face si peu démocratique d’un Etat d’apartheid qui a révélé son vrai visage : « Israël empêche des représentants courageux du peuple américain de rencontrer des décisionnaires palestiniens, faisant fi des normes diplomatiques. D’autant plus qu’il ne s’agit pas là d’une visite d’Israël mais de la Palestine ! Bien que puissance occupante, Israël n’a pas le droit d’en barrer l’accès ».

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Israël ne pratique donc pas les progroms comme les nazis et leurs soutiens.
    Et comme le rappelle avec sagesse Stephane Amar, la notion d’apartheid appliquée à Israël est inadaptée :
    « Assimiler l’État d’Israël au régime des Afrikaners confine évidemment au grotesque. Israël compte près de deux millions de citoyens arabes, musulmans dans leur grande majorité. Ils jouissent strictement des mêmes droits que leurs concitoyens juifs: participation aux élections locales et nationales, liberté de circuler, d’entreprendre, accès au système de santé, égalité devant la justice etc. Selon de nombreuses études, les discriminations dont souffre la minorité arabe sont en net recul. Au contraire, les citoyens arabes connaissent un processus d’intégration spectaculaire. Médecins, avocats, chefs d’entreprise ou hauts fonctionnaires se comptent aujourd’hui par dizaines des milliers. Un Arabe israélien peut devenir directeur d’université, juge à la cour suprême ou même ambassadeur d’Israël. Jamais un Noir dans l’Afrique du sud de l’apartheid n’aurait pu rêver de tels horizons. Aucun racisme d’État ne prévaut en Israël et la simple observation d’un centre commercial, d’une université ou d’un hôpital israélien permet de constater l’intégration réussie des Arabes dans la société israélienne. »

    Ce qui est préoccupant c’est la situation dans les territoires occupés, depuis 1967, suite à la guerre des 6 jours, notamment en Cisjordanie. Stéphane Amar nuance néanmoins :
    « Mais les deux régimes présentent une différence fondamentale: en Cisjordanie la ségrégation ne se fonde ni sur la race, ni sur la religion, ni sur l’ethnie. Uniquement sur la citoyenneté. Un Arabe israélien traversant les territoires en voiture bénéficiera aux barrages des mêmes privilèges qu’un Juif. Quand un Palestinien de Jénine vit sous la loi militaire, son cousin de Muqueible, à cinq kilomètres de là mais à l’intérieur de la ligne verte, jouit de tous les droits d’un citoyen d’une démocratie moderne. »

    Source : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/situation-d-apartheid-peut-on-vraiment-assimiler-israel-a-l-afrique-du-sud-20190502

    D’ailleurs malgré le coup de force tenté par Rima Khalaf qui l’a conduite à démissionner, l’ONU n’a jamais accusé Israël de crime d’apartheid. Ne nous laissons pas berner par les propos simplistes et polémiques. Le conflit israélo palestinien présente une complexité qui ne se laisse pas réduire à une vision manichéenne.

  2. Ce qui est pitoyable avec les colons sayanims tels leroy ou zarathoustra en ne citant qu’eux et qui pullulent ici, c’est qu’ils dégainent plus vite que la vitesse de la lumière pour défendre l’indéfendable état fantoche tueur d’enfants

  3. Quelle honte !

    Le régime nazi d’Apartheid ose exclure deux puissantes élues du Congrès américain… Deux femmes en plus… Le peuple américain appréciera…

    Il s’agit des premières parlementaires de l’histoire des États-Unis à se voir interdire l’entrée en Israël… Le régime d’Apartheid de plus en plus à la dérive…

    Elles n’étaient peut-être pas amateurs de petits fours à déguster pendant un circuit officiel, désigné, déguisé avec en arrière fond (hors trajet homologué) les assassinats odieux, l’arrestation des enfants, les massacres, les tortures et les humiliations… Qui sont le lieu commun des Palestiniens de tous âges…

    N’est-ce-pas déjà arrivé au Président de la République Française Jacques Chirac quand il a regardé derrière le décor…

    https://www.youtube.com/watch?v=P-yySsQSu-8

    Jacques Chirac se fâchait alors contre l’état sioniste à Jérusalem qui n’était pas encore pas nommé officiellement un Etat d’Apartheid (inscrit Loi fondamentale israélienne 2018) …

    Imaginez la situation aujourd’hui !

    Bizarrement, cette situation d’exclusion inadmissible, contraste fortement avec celle de certains de leurs collègues du Congrès qui, plus tôt ce mois-ci, effectuaient une tournée en Israël tous frais payés…

    En effet pour ces derniers, il s’agit de l’événement annuel parrainé par des lobbyistes… Bien sûr…

    Voilà bien le vrai visage de l’occupant du régime d’Apartheid ! Le tri selon ce qui sert …

    Ah ! J’oubliais, la liberté d’expression ? Vous rêvez ? Le respect pour les citoyens des autres pays ? Du pur délire ! Et surtout, ne vous amusez pas à manifester pacifiquement… Il vous en coûterait au minimum une amputation…

    Derrière le décor, l’illusion, un show, une manipulation de plus de l’opinion… de moins en moins possible…

    Et un « circulez y’a rien à voir… » pour ceux qui feraient semblant de pas comprendre à quelle politique hypocrite ségrégationniste d’Apartheid nous avons à faire.

    Bien sûr !

    What else !

  4. Comme quoi Israel c’est loin d’être l’Allemagne nazie pour ceux qui auraient encore un doute. On voit en effet mal dans ce cas comment deux musulmanes voudraient se rendre en Israël, y compris pour aller en territoire occupé. Elles savent qu’elles n’ont rien à craindre car Israël est bien une démocratie et n’est pas raciste. Dans l’Allemagne nazie, les juifs cherchaient plutôt à la fuir qu’à y venir parce qu’ils risquaient d’être déportés et finalement tués. La comparaison entre sionisme et nazisme est donc une insanité. Les israéliens ne cherchent pas à génocider les arabes ou les musulmans. Ça serait plutôt le contraire depuis la seconde guerre mondiale avec Al-Husseini.

  5. “la chimérique seule démocratie du Proche-Orient” !!!

    Hélas pour les pays musulmans des alentours, ce n’est pas une chimère. Et aucun des pays musulmans voisins d’Israël ne fait d’effort pour devenir un pays où existerait la liberté d’expression. Trop dangereux pour les individus en place qui ont le pouvoir. Ne parlons pas du Hamas…

    Après on peut toujours dénigrer Israël par racisme, mais cet état qui compte 20 pourcents de citoyens arabes leur accorde le droit de vote et des députés.

    Il existe une jalousie certaine chez les arabes de la région, et d’ailleurs, face à la réussite d’un peuple qui a réussi à rendre fertile une région désséchée. Et qui réussit mieux que ses voisins.

  6. Quel viol du droit international ou de l’homme ? Un pays a tout à fait le droit d’accorder ou pas un visa et même de ne pas en donner la raison.

  7. Si c’est pour provoquer les autorités israeliennes et se montrer sur les médias et
    faire le buzz, ce n’est pas la peine qu’elles se rendent dans l’entité sioniste.
    D’ailleurs elles n’ont rien à foutre là-bas ces deux “pseudo -américaines”
    Qu’elles aillent en Algérie ça sera mieux pour elles, et elles seront accueillies à bras ouverts. One, two, three viva algerie

  8. Et ça s’autoproclame la seule démocratie du moyen orient alors que ça viole de manière caractérisée le droit international et les droits de l’homme .Comment peut -on qualifier tel pays et ses habitants qui ne réagissent pas face à cette ignominie :barbare et complices..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Une critique philosophique et scientifique de la doctrine athéiste de Stephen Hawking (3/3)

Hong Kong : L’ingérence occidentale la main dans le sac !