in

Ben & Jerry’s, complice de l’apartheid israélien !

Le célèbre fabricant de crèmes glacées états-unien Ben & Jerry’s a voulu montrer qu’il était à la pointe du combat anti-raciste, en publiant une condamnation vigoureuse du meurtre de George Floyd, en des termes rares, venant de la part d’une marque mondialement connue.

« L’assassinat de George Floyd est le résultat de la brutalité inhumaine d’une police, qui perpétue la culture suprémaciste blanche (…) Ce n’est pas un ‘bavure’ : c’est la conséquence prévisible d’un système raciste qui a considéré depuis le début, depuis l’arrivée des premiers esclaves dans ce pays en 1619, les corps des hommes noirs comme des corps ennemis », écrit la firme.

Les médias états-uniens ont relevé, souvent pour la saluer, l’intrépidité de Ben & Jerry’s, une entreprise qui soigne depuis sa création son image d’entreprise « progressiste », « pro-écolo », « pro-LGBT », voire « pro-réfugiés ».

Publicité
Publicité
Publicité

C’est aller un peu vite en besogne, rappelle le site MiddleEastEye. Car s’il y a un domaine auquel le glacier ne touche pas, c’est bien l’occupation israélienne de la Palestine. Ben & Jerry’s est présent en Israël depuis plus de 30 ans à travers un contrat de franchise, et déclare pudiquement que son site de production dans ce pays est dans la banlieue sud de Tel Aviv, « en dehors des territoires occupés », prend-il la peine de préciser.

Sauf que … les bonnes crèmes glacées du fabricant sont distribuées sans vergogne par la chaîne de supermarchés israélienne Shufersal un peu partout dans les colonies de Cisjordanie. Shufersal figure d’ailleurs dans une liste noire de 112 entreprises profitant de l’occupation, publiée au début de l’année par l’ONU. Et cela sans que Ben & Jerry’s y trouve à redire.

D’où l’appel de la campagne internationale BDS à boycotter Ben & Jerry’s tant que cette firme ne mettra pas fin à ses ventes illégales en Palestine occupée, et ne dénoncera pas clairement le régime israélien pour ce qu’il est.

Publicité
Publicité
Publicité

EuroPalestine

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

États-Unis : apprendre aux enfants noirs les gestes de survie face aux violences policières

Mort de George Floyd : entretien avec Valerio Saint-Louis, journaliste aux Etats-Unis