in

Guerre d’Algérie : la France reconnaît le statut de victimes aux civils algériens et leur octroie une pension

Plus de 55 ans après l’indépendance de l’Algérie, le Conseil constitutionnel français a mis un terme au deux poids deux mesures qui sévissait jusqu’à présent dans le traitement des victimes françaises et étrangères, en d’autres termes algériennes.

Jour à marquer d’une pierre blanche, ce jeudi 8 février 2018 a été placé sous le signe de la fin d’une injustice criante, à travers la décision forte et parfaitement légitime entérinée par cet aréopage de sages : la reconnaissance du statut de victimes aux civils algériens ayant souffert dans leur chair des violences liées au conflit. Une reconnaissance qui leur ouvre désormais des droits, dont celui de pouvoir prétendre à des pensions versées par la France.

Bannis du vocabulaire des membres du Conseil constitutionnel, les termes de « nationalité française », employés pour justifier que ces précieux avantages ne bénéficient qu’aux victimes ayant la bonne nationalité, sont dorénavant remplacés par ceux qui prônent  le principe « d’égalité devant la loi » garanti par la Constitution.

Comme l’a rappelé Me Jennifer Cambla auprès de l’AFP, le législateur avait privilégié les victimes françaises, en raison de  « la carence du gouvernement algérien à assurer le paiement des rentes à ces victimes, prévues dans les accords d’Evian du 18 mars 1962 mettant fin au conflit. »

 «On avait du mal à comprendre cette différence de traitement dans la mesure où tous les Algériens étaient Français durant la guerre d’Algérie. Ce n’était donc pas juste de penser que seuls les Français pouvaient bénéficier de ce droit à pension », a-t-elle renchéri, heureuse de cette deuxième victoire judiciaire obtenue depuis mars 2016, en songeant à son client Chérif Y. dont ce fut alors l’aboutissement d’un véritable parcours du combattant.

« Mon client, Chérif Y., blessé par balle durant la guerre d’Algérie mais qui n’a obtenu la nationalité française qu’après la loi, a pu, grâce à cette décision, obtenir une pension de 150 euros par mois», a-t-elle souligné.

«Les personnes concernées, dont il est difficile d’évaluer le nombre, attendent avant tout la reconnaissance par la France de leur statut de victime, car les pensions ne représentent pas beaucoup d’argent », a insisté Me Cambla, en indiquant que « les victimes ou leurs ayants droit peuvent faire valoir leur droit à un rattrapage sur les cinq années précédant la décision du Conseil constitutionnel ».

12 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Non ce n’est pas vrai Leroy des clichés à la tête emplie d’idées reçues. le Fln n’a rien d’une organisation criminelle sinon qu’elle fut construite à partir des violences commises à l’endroit d’un peuple algérien , spolié, brimé et totalement déstructuré par la colonisation. Sauf à te rappeler qu’au sortir de la guerre, un million d’algériens furent tués. Un million sur quelques 8 millions, fait le calcul Leroy de la barbe à papa, c’est un crime contre l’humanité.

    A t’écouter, il faudrait punir aussi tous ceux qui se sont opposés aux envahisseurs de l’histoire. la résistance française par exemple, pour avoir dit non à l’occupation teutonne, et souvent dans la violence des bombes pourtant. Et toujours ce même deux poids deux mesures s’agissant des uns, coupables à tes yeux voilés par des inepties et les autres, héroïques parce qu’ils ont défendu la mère patrie.
    Tu répètes à l’envi que notre(mon) ennemi c’est la France et c’est totalement faux. Notre ennemi c’est cette déstructuration mentale qui a vu des pans entiers de notre histoire disparaître sous le joug de la colonisation et qui nous a mené au final, vers une schizophrénie permanente quand elle a fait de nous des êtres mal finis, incompris et mal aimés par conséquent. C’est psychologique, tu brimes un gosse, il devient frustré, tu le violentes, il serrera les poings.
    Seulement tu peux pas comprendre car toi, tu connais ton histoire, tu sais même que tu as livré tes frères juifs à l’administration nazi, mais moi pas! Alors je pleurniche et je verse mes larmes sur le papier en espérant toucher ce cœur de pierre qui tambourine dans le creux d’une poitrine évidée de son âme. A te lire cher Leroy du pop corne!

    ps/ le premier message est à supprimer svp.

    • @Rachidou

      Mais ton pays, cher Rachid, n’a jamais existé. La région a été occupée et colonisée par les Romains, les Vandales, les Arabes (qui vous imposent leur religion et leur mode de vie), les Turcs, et tout à la fin mais moins longtemps par les Français qui ont donné un nom de pays en réunissant différents territoires.

      Si vous voulez évoluer, cessez de vous plaindre.

    • choqué par la colonisation ?????????
      Regardez l’algérie avant et après la colonisation…
      Et les berbères ne sont pas choqués par la colonisation arabes ?
      Bande de pleurnicharde ! Je suis choqué par cette décision. C’est l’algérie qui doit du pognon à la france !

  2. Comme d’habitude ma chère France prend une décision ( intelligente) car la plus part des concernés sont décédée.Allah yarhamhoum et leurs Fils ils ont atteint les 56ans

  3. Les mineurs silicosés ont été indemnisés avec une extrême parcimonie et pendant longtemps pas du tout
    Les victimes d’asbestose (amiante) idem et les non professionnel déboutés
    Arrêtez de relier les comportements de nos gouvernants à des motivations religieuses, c’est plus grave que cela et plus éternel !
    En général la première et la plus importante des injustice est faite aux “gens de peu” (ouvriers, pauvres, perdants de la compétition économique, ignorants de leurs droit car non accompagnés etc.) … et pas pour des motifs religieux ! pour le fric !

    • @Cher Rachid

      Il faudrait que les victimes du FLN, algériennes ou françaises, soient indemnisées par l’état algérien toujours sous la coupe du FLN.
      De nombreux crimes ont en effet été commis par celui-ci, destinés soit à terroriser la population algérienne afin de la rallier de force, soit à lutter contre le concurrent MNA, soit par des meurtres atroces contre les civils européens, pour provoquer une réaction violente des Français qu’il n’y avait plus qu’à dénoncer ensuite.

      Mais je ne pense pas que le pouvoir algérien actuel reconnaître ses crimes. Ca égratignerait la légende de la guerre patriotique.

      Portez-vous bien chez nous, vos ennemis dont vous profitez, cher Rachid…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

P. Chêne dénonce le traitement particulier réservé à Mennel

Egypte: découverte de fossiles d’un dinosaure gigantesque