in

Floride : la présence de deux femmes musulmanes dans une synagogue déclenche une panique générale

C’est peu dire que la présence de deux femmes musulmanes voilées dans la synagogue de Miami North a éveillé les soupçons de la communauté juive locale, elle a carrément affolé ses membres et mis sur les dents les forces de l’ordre, qui ont diligenté par moins de quatre enquêtes policières pour éclaircir les raisons de cette visite jugée au mieux inhabituelle, au pire de sinistre augure…

Sidérées d’être à l’origine de cette panique générale, et plus encore de se retrouver dans le collimateur de la police, Nabila Ouakka, une Marocaine installée en Floride depuis dix ans, et sa mère Mamma Akkhiz, facilement identifiables par les images de la vidéosurveillance, ont fait, la semaine dernière, les gros titres de la presse et l’ouverture des journaux télévisés floridiens, les conjectures alarmistes allant bon train sur leurs motivations… forcément cachées.

« Je voulais juste dire 'Hello !', je voulais saluer mes frères et sœurs en Dieu, échanger avec eux et en savoir plus sur leur religion », s’est défendue Nabila Ouakka qui a confié se préserver de l’actualité brûlante, tout en révélant être atteinte d’un mal incurable, un cancer du sein en phase terminale, et de surcroît en instance de divorce.

« Je voulais rencontrer de nouveaux amis. Je suis très sociable de nature. J'aime les gens, quelles que soient leurs origines ou religion. Mes intentions étaient pures et fraternelles. J’étais curieuse de découvrir l’intérieur d’une synagogue, de voir la Torah. J’ai demandé à quelqu’un si des conférences avaient lieu », a-t-elle ajouté, en espérant dissiper les suspicions pesant sur elle et sa mère.

Alors que l’agitation disproportionnée des premiers jours a fini par retomber comme un soufflé, la police ayant acquis la ferme conviction que ces deux femmes ne ressemblent en rien à des pasionaria islamistes, et s’avèrent plus bienveillantes que dangereuses, la Floride a appris qu’elles avaient, ce fameux jour-là, visité également une église dont elles ont loué la chaleur de l’accueil.

« Les paroissiens de cette église ont été très gentils avec nous, ils nous ont réservé un accueil merveilleux. Ils nous ont dit qu’ils nous aimaient en Dieu », a précisé Nabila Ouakka, quelques jours avant que le Major Rich Rand décide de clore officiellement l’enquête, en déclarant devant les médias : « Après des investigations approfondies, il ressort clairement que ces deux femmes ne peuvent être suspectées d’aucun crime, elles ne constituent une menace pour personne. Ce sont des êtres humains, comme le reste d’entre nous, animés de bonnes intentions ».

Du côté de la synagogue, les esprits se sont certes apaisés, le rabbin Yossef Marlow se félicitant de la réactivité des forces de l’ordre, tout en maintenant que les investigations lancées étaient tout à fait justifiées. A ses yeux, toute visite inopinée d’étrangers dans son lieu de culte peut être perçue comme « alarmante », une conception de l’hospitalité qui est manifestement aux antipodes de celle de Nabila Ouakka et sa mère, mais aussi de l’église de Miami qui les a accueillies à bras ouverts. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabius: De la pôle position à la voiture balai, une incarnation caricaturale de la diplomatie française

Pensée de Malek Bennabi: L’exil et la révolution (1956-1963)