in ,

Des musulmans européens demandent une fatwa sur le poisson

S’il y a bien quelque chose de galopant en Europe, ce n’est pas le péril vert, contrairement à ce que nos Cassandre prétendent, mais ce sont indéniablement les scandales alimentaires, et notamment celui de la viande de cheval, qui déboulent dans nos vies au triple galop, faisant choir de leur piédestal certaines enseignes, tout en révélant la traçabilité très hasardeuse de la filière bovine.

Dans les eaux troubles de notre alimentation, il ne manquait guère que le poisson pour nous enliser dans les marécages de la défiance. Ce fut chose faite avec l’annonce de la décision de l’Union européenne, qui en sidéra plus d’un : à compter du 1er juin,  les poissons d'élevage pourront à nouveau être nourris avec des farines de porc et de volailles, un mode d'alimentation qui était prohibé dans l'UE depuis la crise de la "vache folle" en 1997.

Un tel imbroglio dans nos assiettes ne pouvait que provoquer la confusion dans les esprits, mais aussi de cruels dilemmes au sein de la communauté musulmane européenne, dont certains membres se tournent actuellement vers les organisations religieuses en quête d’un avis juridique éclairé, d’une fatwa.

"Les immigrés musulmans sont confrontés à un dilemme majeur", a déclaré Emad Sharqawi, un propriétaire de restaurant égyptien à Bruxelles, au Al-Masry Al-Youm, ajoutant : "Un grand nombre d’entre nous mangeait jusqu’à présent du poisson pour éviter de consommer de la viande inconnue, et ainsi s’éviter la mauvaise surprise de découvrir qu’ils avaient en réalité mangé du porc, que ce soit dans les restaurants ou les plats surgelés".

Les musulmans du Vieux Continent ne savaient déjà pas à quelle sauce ils allaient être mangés, mais voilà que maintenant ils ignorent quel arrière-goût auront leurs mets de poissons… 

Une fatwa contre toutes les défaillances, mensonges et hérésies de la chaîne alimentaire, telle est la requête pressante formulée, à son tour, par Radwan Gharib, un autre Egyptien résidant en Belgique : "En tant qu’Egyptiens,  il est vrai que nous espérons une fatwa émise par Al-Azhar, car Al-Azhar fait autorité dans le monde islamique. Mais nous avons pleinement confiance dans les fatwas prononcées par les institutions religieuses qu’elles soient égyptiennes ou d’ailleurs, dans d’autres pays musulmans", a-t-il confié dans l’attente fébrile de recevoir les conseils les plus avisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rached Ghannouchi accueilli par des jets de pierres à Thala

Le CCIF corrige Le Figaro