in

Des membres de la LDJ condamnés par la justice pour avoir agressé Olivia Zemor et Houria Bouteldja

Ils n’étaient que trois à comparaître hier, mardi 31 mai, devant la 14ème chambre correctionnelle de Paris – le quatrième inculpé et meneur, Joseph Ayache, ayant depuis longtemps déserté la France pour se réfugier en Israël – Steve Bismuth, Daniel Benassaya et Laurent Cashauda, ces nervis de la Ligue de défense juive (LDJ) et agresseurs en 2012 de Olivia Zémor, présidente d’Europalestine, de Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, et de l’antisioniste Jacob Cohen, ont été condamnés à des peines de prison allant de 6 mois avec sursis à 12 mois ferme, assortis de dommages et intérêts substantiels à verser à leurs victimes.

Les graves préjudices psychologiques et physiques dont ont été victimes Olivia Zemor, qui fut brutalement aspergée de peinture rouge très toxique le 28 juin 2012 (une attaque signée dont le mode opératoire est devenu la marque de fabrique de la LDJ, au même titre que la diffusion sur Youtube de ses hauts faits d‘armes), se voyant prescrire 5 jours d’ITT par l’Hôtel Dieu, ainsi que Houria Bouteldja, qui a subi le même sort quelques mois plus tard, le 24 octobre 2012, et fut contrainte à 6 jours d’ITT, ont été respectivement évalués à 11 800 euros et 8 500 euros de condamnations pécuniaires solidaires. (cf. article paru dans le Courrier de l’Atlas).

Ces quatre membres, moins un (comme par hasard, celui qui écope de la peine maximale : 1 an d’emprisonnement. Vu de sa terre promise israélienne, comme le verdict doit paraître plus doux ! ) de la milice néo-fasciste juive qui continue de sévir sur le territoire national, alors qu’elle est blacklistée aux Etats-Unis, étaient poursuivis pour « violences en réunion avec circonstances aggravantes »

Après avoir justifié leur militantisme violent dans la LDJ en mettant en avant « la montée de l’antisémitisme », les trois comparses ont juré s’être rangés des voitures et acheté une conduite, plus conforme aux valeurs républicaines sans doute… Ces mêmes valeurs gravées sur les frontons des édifices publics que leur milice continue de piétiner furieusement dans une République qui préfère fermer les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le blocus de Gaza accroit les souffrances des malades atteints de cancer

Robert Ménard: “Ce sont les Français de souche qui sont minoritaires” en équipe de France