in

Des activistes anti-halal appellent les Allemands à placer de la viande de porc dans les supermarchés

Une croisade islamophobe chasse l’autre sur le Vieux Continent, et quand ses fiévreux activistes de tous bords ne crient pas haro sur le voile, quelle que soit la longueur de son étoffe, ils lancent l’offensive contre le halal, sans jamais descendre de leurs fougueux destriers anti-islam, ni nous offrir le moindre répit en ces temps déjà passablement tourmentés.

De l’autre côté du Rhin, l’effervescence règne sur la Toile depuis qu’une vaste campagne de diabolisation du halal, dotée du hashtag éloquent #HalalChallenge et orchestrée par d’obscurs extrémistes de droite et autres ardents défenseurs des animaux qui souvent ne font qu’un, a fait irruption sur les réseaux sociaux pour inciter les Allemands à se mettre en ordre de bataille et à agir instamment dans les supermarchés.

La mission « commando » dévolue à ces consommateurs ordinaires soumis à fortes pressions ? Débouler dans les grandes surfaces, puis se filmer en train de placer de la viande de porc bien en évidence dans les rayons, avant de diffuser la vidéo de leurs hauts faits d’armes sur Facebook, Instragram, Youtube et partout ailleurs, tout en dénonçant la barbarie de l’abattage rituel musulman dont chacun sait que c’est l’apanage exclusif de l’islam, comme de bien entendu…

« Ils les abattent comme des assassins psychopathes, ils prennent un couteau et égorgent l’animal sans aucune injection ou gaz. Nous essayons d’expliquer au public ce que signifie tuer les animaux de façon halal et c’est notre défi. L’islam a envahi l’Allemagne et ils obtiennent de plus en plus de droits et c’est une autre mauvaise chose », a noirci le trait à dessein, lors d’une interview à la chaîne RT, l’une de ces pyromanes de la paix sociale qui embrasent les esprits non pas à visage découvert, mais sous les masques de l’immoralité et de l’extrême nuisance.

Quid du récent scandale de l’abattoir bio du Vigan, en région lyonnaise, fermé pour maltraitance envers les bovins, ovins et porcins, et de l’autre abattage rituel qu’est le casher, dont personne, jamais, ne souffle mot ? Mais là, d’une contrée européenne à l’autre, c’est une tout autre affaire, comme cela n’aura échappé à personne, et a été même rappelé avec insistance par Reza Kazim, un militant contre les violations des droits de l’Homme exercées à l’encontre des musulmans, membre de l’ Islamic Human Rights Commission (IHRC), qui s’est insurgé contre ce deux poids deux mesures criant.

« La question des droits est instrumentalisée comme un moyen de cibler les musulmans. Ils n’oseront jamais par exemple, le faire avec la communauté juive et la viande casher », a-t-il lancé sur RT, en mettant en lumière une donnée scientifiquement prouvée mais passée consciencieusement sous silence, car trop dérangeante si elle venait à se savoir et se répandre: « Il ressort de plusieurs rapports scientifiques que l’abattage rituel musulman occasionne moins de souffrances aux animaux que les autres méthodes d’abattage traditionnelles ». 

La voix de Reza Karim ne s’est fort heureusement pas perdue dans un désert de réactions, puisque d’autres voix très critiques se sont élevées en Allemagne pour condamner cette campagne de calomnie, aussi insidieuse que pernicieuse, qui, sous prétexte de mener un noble combat en faveur des droits des animaux, jette une fois encore les musulmans à la vindicte populaire, sans panache et sans gloire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Caroline De Haas: “Elisabeth Badinter et Rossignol alimentent de fait les discriminations et les violences”

Le monde musulman peut-il retrouver sa “grandeur scientifique ?”