in

Ces femmes musulmanes, chefs d’entreprise, qui défient la crise et les stéréotypes en Grande-Bretagne

Avec un flair aiguisé, une ténacité remarquable et sans rien sacrifier de leur éthique musulmane sur l’autel de leur saine ambition, une nouvelle génération de femmes, mue par la soif d’entreprendre, est en train de pulvériser le plafond de verre du monde des affaires de l’autre côté de la Manche.

A l’instar de Sabah Nazir (photo ci-dessus), l'une des figures de proue de l’entrepreneuriat féminin musulman dont l'entreprise de cartes de vœux traditionnelles réussit à conjurer la crise, elles sont de plus en plus nombreuses à s’attaquer à ce bastion masculin par excellence, humant l’air du temps pour mieux anticiper, voire prescrire les nouvelles tendances dans un marché halal en plein boom.

Depuis 2004, date de son émergence dans le paysage économique britannique, la société de la très dynamique Sabah Nazir n’a cessé de se diversifier pour répondre aux attentes du consommateur musulman moderne, jusqu’à proposer aujourd’hui une large gamme de produits islamiques, dont l’un des produits phares est la carte de vœux électronique, commercialisés dans plus de 20 pays.

Son époux Tahir, co-fondateur de l’Expo Muslim-Friendly 2016 (consacrée au mode de vie musulman en pleine évolution) qui ouvrira ses portes ce week-end à Manchester, est aux premières loges pour assister à la percée notable de ces femmes dans la sphère entrepreneuriale. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 60% des exposants sur les 130 qui ont loué des stands dans le cadre de son salon sont des exposantes.

"Le cliché selon lequel les femmes musulmanes sont coincées dans leur cuisine, cantonnées exclusivement aux tâches ménagères, est révolu depuis longtemps", a indiqué ce dernier, en étant toutefois pleinement conscient qu’il a encore la vie dure, notamment en dehors de la galaxie musulmane où il est ravivé continuellement et sciemment…

"D'après nos recherches, les femmes représentent 50% des créateurs de start-up au sein de la communauté musulmane, et ce chiffre devrait encore augmenter au cours des prochaines années", a-t-il précisé au micro de la BBC.

Parmi ces exposantes, Shahin Hussain, une mère de famille désireuse de concilier au mieux la gestion de son entreprise, « son troisième enfant » selon ses propres termes, et l’éducation de ses jeunes enfants, âgés de 2 et 4 ans, qu’elle entoure de toute sa tendresse, présentera dans son stand, habillé aux couleurs de son enseigne « Mocktail » fraîchement créée à Watford, son éventail de boissons non-alcoolisées.

Interviewée à son tour par la BBC, cette jeune chef d’entreprise qui a fait le grand saut au début de l’année, passant de l’idée à la réalisation avec de l'énergie à revendre, a confié qu’être maman représente un plus grand challenge encore.

"En grandissant, j’ai réalisé qu’il y avait un vide à combler en matière de boissons non-alcoolisées destinées à mes coreligionnaires. L’idée de pallier cette lacune en montant ma propre affaire a fait son chemin dans mon esprit, et aujourd’hui je suis fière de l’avoir matérialisée", a-t-elle expliqué.

"Cette activité est très prenante, elle est chronophage. Je ne dois pas ménager mes efforts pour qu’elle se développe. Je travaille souvent tard le soir, car j’assure le suivi des commandes une fois que mes petits sont couchés. Ils exigent toute mon attention, ce qui est normal. Je dors peu et je peux dire que je suis même en manque de sommeil", a ajouté cette maman très protectrice, en se disant armée d’un courage et d’une volonté inébranlables pour tout mener de front.

Sabah Nazir et Shahin Hussain, ou la trajectoire commune de deux femmes musulmanes qui ont pris leur destin en main, aux commandes de leur petite entreprise, revêtues de leur voile qui défie avec simplicité et pudeur tous les stéréotypes.

  

Shahin Hussain posant avec ses deux jeunes enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 000 familles, le “bouclier humain” de Daesh dans la bataille de Mossoul

Les coupeurs de tête à l’ONU