in

Première historique au Canada : une prière musulmane s’élève dans une Assemblée législative

Avec l’arrivée de l’automne, et le retour de ses feuilles mortes qui jaunissent avant de joncher le sol, est venu le temps pour les parlementaires canadiens de faire leur rentrée politique en Saskatchewan, une province verdoyante située en plein cœur de la région des prairies.

Et pour célébrer le grand retour des députés dans le temple législatif, le discours solennel du Trône a résonné d’inflexions qui ne leur étaient guère familières, mais qui furent indéniablement vibrantes d’émotion…

En effet, fait unique dans les annales locales, une prière musulmane s’est pour la première fois élevée dans l’hémicycle, devant 61 élus du peuple qui l’ont écoutée religieusement, subjugués par la voix cristalline de celui qui a eu l’honneur de créer l’événement en la récitant : Usaid Siddiqui, le président de l’Association des étudiants de l’Université de Regina.

Publicité
Publicité
Publicité

« La communauté musulmane a été reconnue dans un endroit où les politiques et les décisions qui nous concernent tous sont prises. C’est un immense honneur », s’est réjoui ce dernier, en renouvelant sa reconnaissance à l’égard de l’instigateur de cette initiative historique : Mark Docherty, le président de l’Assemblée législative, chantre de la diversité et de l’inclusion dans une province éminemment métissée, éclatante de couleurs comme le sont les immenses forêts aux teintes automnales dorées.

Usaid Siddiqui est à ce point confiant dans l’avenir au pays de l’érable et dans sa capacité à faire de la différence une richesse, qu’il ne trahit aucune inquiétude devant l’interdiction des signes religieux brandie comme une menace par certains élus du gouvernement du Québec.

« Les actions de quelques personnes, même si elles sont au pouvoir, ne représentent pas l’opinion de l’ensemble des Canadiens envers les musulmans », déclare-t-il, avant de conclure sur une note résolument positive : « Je vis au Canada depuis la maternelle et je ne suis jamais senti comme si je n’étais pas le bienvenu. En fait, je me suis senti plus accueilli au Canada que n’importe où ailleurs ».

Publicité
Publicité
Publicité

40 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Certains domaines gagnent à demeurer séparés. La religion, les sciences, le politique. Dans un pays où plusieurs religions cohabitent, il est souhaitable que chacun reste à sa place, à savoir au sein de la sphère privée. Tel ne fut pas toujours les cas dans le passé, et ça a entraîné les guerres de religions.
    Car, inévitablement, l’intervention du prosélytisme religieux dans la politique ne peut entraîner à terme que des clivages délétères.
    La preuve en est qu’à chaque fois qu’un parti se revendique d’une religion, il impose des mesures liberticides.
    Ceci dit, c’est le problème des canadiens, des gens ouverts qui ne comprennent peut-être pas bien où ils mettent les pieds.
    En fait, il y a beaucoup de sagesse dans la laïcité. Encore convient-il d’en être conscient. La loi française de 1905 visait à solutionner des tensions entre catholiques, protestants, et juifs. Aujourd’hui, on pourrait y ajouter: musulmans. Le principe est bon, et c’est à chaque fois qu’on y a dérogé que des problèmes sont apparus.
    En France, concrètement, ça se traduit par: « Le pape est contre l’avortement, mais on sen fout ». Ben oui. On ne va pas tuer 10 000 femmes par an pour faire plaisir au saint homme. Pourtant, ça le ferait vraiment bander, son Éminence, ce massacre inutile.
    Bref, on a décidé de laisser les dévots au vestiaire, et tout le monde s’en porte mieux. Mais il est toujours possible de revenir au Moyen Age. Il suffit de rendre le pouvoir aux bigots. Allez y. Torquemada vous remerciera.

      • @Paul

        Vous avez raison. D’autant que Torquemada a sévi de 1481 à 1492, à l’aube du XVIème siècle. Et il est vrai que la période correspondant aux alentours de l’an 1000 était moins fanatisée qu’on ne l’imagine en général. Même s’agissant du domaine des sciences, ou de celui de la connaissance, les prêtres étaient ceux qui contribuaient à développer les acquis, tout en recopiant et en diffusant les livres, y compris profanes.
        Enfin, ne pas confondre le moyen âge européen et la période correspondante en terre d’islam.
        J’aurais donc du écrire: « Il est toujours possible de revenir au temps de l’Inquisition, même si le rôle de l’Inquisition ne fut pas toujours négatif. Elle a même contribué à limiter la casse, en régulant les lynchages (Voir à ce sujet les massacres de juifs en 1347, pendant la Peste Noire).
        Dernier point, même le concept de Renaissance a été inventé au XIXème, et ne correspond pas à grand chose de réel. (et de soudain). Possible qu’on sousestime la période médiévale, tout en valorisant à l’excès une supposée redécouverte des écrits de la Grèce antique, alors que la plupart de ces écrits venaient du Maghreb.
        Il n’en reste pas moins que le déclin religieux s’est amorcé au 17 éme, ce qui a favorisé le développement des idées nouvelles, amorçant ainsi la remise en question des institutions monarchiques.
        On peut donc parler de retour en arrière quand les libertés disparaissent et que le pouvoir religieux se conforte. Il est également dans ce cas permis d’évoquer un glissement vers l’extrême droite.
        Mais vous avez raison: Le moyen âge fut un temps assez festif, entre autres, avant le refroidissement climatique, la guerre de 100 ans, et les pandémies qui en ont découlé.

    • Va donc dire ça à tous nos ministres et députés qui participent à toutes les fêtes juives avec des kippas sur la tête.

      Explique leur le principe de la laïcité (uniquement appliqué pour les chrétiens et les musulmans ) lorsqu’ils sont TOUS au diner du CRIF.

      • @Mak

        Les dérogations au principe de laïcité sont hélas nombreuses, et je suis le premier à déplorer le fait que le président de la République aille visiter le pape, alors que notre république a rompu avec les religions.
        C’est le travail du ministre de l’Intérieur de rencontrer les autorités religieuses, pas au chef de l’état ni aux députés, ou a fortiori aux ministres autres que celui qui est concerné.
        A part ça, on avait compris que vous détestiez les juifs. Inutile de le rappeler. Mais je ne me sens pas trop concerné, vu que je n’adhère à aucune religion. Pas même la mienne. Enfin, celle qu’on m’a enseignée. Dès que j’ai atteint l’âge de raison, j’ai eu des doutes. Et j’ai cassé à l’âge de dix ans, alors que j’étais premier prix de catéchisme. Mais logique.
        Depuis, je me fous de savoir si un copain est juif, musulman, protestant, ou dieu sait quoi. Et je tolère même les gens qui s’intéressent au foot. Mais c’est plus dur.

  2. sur les groupes maghrébin tous disent que les admins du site oumma n’accepte que les critiques positif et les critiques déjà présents donc les commentaires sont fabriquer avec leurs repensent par le site oumma eux même dommage nquand ont cherchent a changer le monde

  3. Ce cirque politique, ce n’est pas le lieu pour faire des prières et organiser des manifestations religieuses. Le rôle des personnages savant en religion, est de rappeler aux humains leurs obligations éthiques et donc sociales, en particulier ceux des dirigeants politiques. Et le lieu pour le faire, ce sont les lieux de culte et les médias. Réduire la foi à un hochet identitaire et administratif la transforme en pouvoir légitimateur d’institutions humaines et donc contestables tôt ou tard. Toute l’histoire des religions le confirme, elles se déconsidèrent chaque fois que leurs porte-paroles officiels s’intègrent dans les institutions de pouvoir politique.

    • Pour beaucoup de musulmans, pouvoir faire la prière dans un e assemblée nationale, et un signe de victoire, qu’ ils médiatisent au maximum. En France beaucoup en rêvent, surtout, parmi ceux qui ont dans ce forum, un discours de tolérance, avec une sémantique guerrière !

    • @baraa
      « réduire la foi à un hochet identitaire et administratif »
      vous avez me semble-t-il parfaitement résumé le problème.
      Le temporel, et le spirituel ne peuvent se confondre .
      Dans la gestion des affaires publiques , du bien commun, du Démos cher aux grecs, la Foi n’est pas un problème en soi, dès lors qu’elle reste dans le domaine de la sphère intime et privée.
      Qu’elle influe sur l’action des différents acteurs, qui souhaitent que leurs valeurs fondamentales soient prises en compte, est tout à fait admissible , dès lors que le processus démocratique mis en oeuvre est respecté.
      Par ailleurs, et vous l’avez implicitement exprimé, le message spirituel porté par la religion, court inévitablement le risque de se trouvé dilué, voire dégradé, en descendant dans l’arène des affaires politiques, voire « politiciennes ».
      A cet égard, en France, la loi de 1905 , visant à séparer l’Eglise de l’Etat a fixé un cadre qui protège à la fois la société civile, et les libertés religieuses.
      Certains peuvent le vivre comme une contrainte, mais il me parait hasardeux d’y toucher, car le plan B risque d’être plus contraignant et liberticide que le plan A
      En clair « on n’aura pas mieux » (de mon point de vue évidemment)
      cordialement

  4. Très très mauvaise idée à mon avis car bientôt il y aura des lois pour dire que si les monothéismes ont le droit le faire alors toutes les croyances devraient pouvoir le faire aussi. Vérifiez par vous-même plus bas si c’est de la fiction et puis surtout ce que ça donnerait dans ce cas.
    اعوذ بالله من الشيطان الرجيم
    https://www.youtube.com/watch?v=d_Jz86M5NKs&pbjreload=10
    https://www.youtube.com/watch?v=eagy7Y9QVgo

  5. Le problème du Canada, c’est qu’il est en train de déjanter dans le multiculturalisme le plus effréné…Garanti pour provoquer un retour de feu populiste. Cela vient d’ailleurs de se produire au Québec avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau parti…

    Le Premier ministre canadien est d’ailleurs tellement perturbé qu’il s’habille n’importe comment en voyage officiel : un jour il va débarquer à Ryad en tenue locale comme il s’est cru obligé de le faire en Inde…

    Soyons clair.

    Que les musulmans prient, c’est très bien, mais dans des lieux de culte dignes qui doivent être à leur disposition. Ni dans la rue, ni au parlement, ni dans aucun lieu de délibération politique.

    La laïcité a mis les religions à distance de la délibération politique et c’est très bien comme ça. Le problème des Arabes, c’est qu’il n’y parvienne pas dans leurs pays. On ne va pas tomber dans la même erreur…

    J’ajoute que le problème en France, ce n’est pas de faire un Islam de France (ça n’a aucun sens) mais d’avoir des « musulmans de France », je veux dire des citoyens français musulmans qui assument pleinement leur citoyenneté et donc qui adhèrent aux principes d’organisation politique de notre société, donc au principe de laïcité. Comme les autres. A eux d’adapter leur religion au cadre civique de la société française. J’ai l’impression qu’ils sont plus nombreux qu’on ne le dit à l’avoir bien compris et on peut s’en réjouir.

    Je respecte ta religion et tu respectes la loi politique de notre pays. C ‘est vrai pour tous et pas seulement les musulmans. Je n’imagine pas qu’un curé vienne faire une prière au Palais Bourbon. Déjà que Mélenchon trouve que le drapeau européen est un symbole marial…On pourrait compter sur lui pour pousser une gueulante…

    Les Canadiens ce sont les Canadiens, mais la France ce n’est pas le Canada. Dieu merci…Je respecte les musulmans et j’attends d’eux qu’ils respectent la République française. Je serais d’ailleurs tout aussi intransigeant avec un catholique « tradi » qui, par une sorte de mimétisme salafiste, voudrait restaurer l’Etat chrétien du temps de Saint Louis….

    •  » Je serais d’ailleurs tout aussi intransigeant avec un catholique “tradi” qui, par une sorte de mimétisme salafiste, voudrait restaurer l’Etat chrétien du temps de Saint Louis… »
      Et voilà les propos de l’empereur de France qui sera intransigeant même avec un catholique « tradi » ! Tu as oublié de parler du juif « tradi », du sikh « tradi », du boudhiste « tradi »…
      Je sens déjà l’arrogance des propos !
      De ton propos  » je veux dire des citoyens français musulmans qui assument pleinement leur citoyenneté et donc qui adhèrent aux principes d’organisation politique de notre société « , je retiens que ton subconscient tu mets en opposition les musulmans (ils) en opposition avec le reste de la France (je veux dire, notre société).
      Et pour revenir à la laïcité, elle permet tout simplement à tous les citoyens d’exprimer leur croyance en respectant celles des autres; et non d’obliger les gens à cacher leur croyance.
      Dans tous tes propos, et à toutes la lignes, il n’y a que l’odeur de la haine.

      • @ Robert

        Pas trop d’accord avec vous. Romain a clairement positionné toutes les religions à égalité en rappelant la nécessité de séparer les pouvoirs. L’Assemblée nationale n’est pas un lieu de culte. On se fout des croyances religieuses des intervenants, au motif évident que c’est hors sujet. Les députés sont à l’Assemblée pour délibérer et voter des lois, si possible compatibles avec l’intérêt général. Les convictions religieuses appartiennent au domaine privé. Il ne s’agit pas de censurer la croyance, mais juste de rappeler que l’état n’a pas à la prendre en compte.
        Dans certains pays, les religieux dictent leur loi, et il en résulte des mesures liberticides ou discriminantes. L’Islam n’est pas seul en cause. Les catholiques ont obtenu l’interdiction de l’avortement en Irlande et en Pologne. Bien entendu, cette mesure imbécile ne tue que les pauvres. En Russie, les orthodoxes font voter des lois homophobes ou interdisent l’enseignement de la Théorie de l’Evolution.
        Personne ne demande à qui que ce soit de cacher ses croyances. On demande juste aux religieux de s’occuper de leur oignons, et ce, dans l’intérêt général.
        S’agissant des catholiques tradi, je pense que Romain se réfère à Sens Commun, un groupe politico religieux d’extrême droite, proche de Le Pen et Wauquiez, qui souhaite interdire le mariage gay, l’avortement, et, si on les laisse faire, la contraception. Leurs ancêtres se sont d’ailleurs opposés jadis à la pillule, et même à la vente de préservatifs. Et les mêmes traitent les avorteurs d’assassins! …. Alors que, comme déja indiqué, ils tuaient 10 000 jeunes filles par an dans les années 60.
        La fameuse « haine » à laquelle vous vous référez n’est que de l’auto défense. Les polonaises comprendront mieux que vous.
        Enfin, je vous rends raison sur un point. Les extrémistes religieux de toutes les religions appartiennent au même univers. Je ne distingue pas Erdogan de Bolsonaro. Quant aux gens qui votent pour eux, chacun sa merde.

        • merci de votre réaction

          deux ou trois observations si vous voulez bien…

          La religion n’est pas que du domaine privé. Les religions peuvent légitimement concourir au débat public sur le bien et le juste. C’est même leur mission…

          Mais elles n’ont pas à préempter le débat public en imposant une loi religieuse sur la loi civile.

          Cela, il appartient aux musulmans français de le comprendre et d’en tirer les conséquences pour leur pratique religieuse sans que l’Etat vienne interférer avec ça à partir du moment où nos lois sont respectées.

          Sens commun n’est pas un groupe religieux d’extrême-droite comme vous dites mais un mouvement politique qui, je crois, anime le débat au sein des Républicains. Il prône notamment la défense de la famille (opposition au mariage homo).

          • @Romain

            Merci pour votre réponse. Mais…
            – Si l’on ne peut interdire aux mouvements religieux d’inférer dans la politique, il convient de se souvenir du fait que la politique régit l’intérêt général, et non celui d’une fraction de la population.
            – Sens commun est notoirement lié à Fillon, Wauquiez, et Marion Maréchal, à savoir l’aile droite d’un parti de droite, ou l’extrême droite, lesquelles émettent récurremment la suggestion de fusionner. Le seul obstacle véritable à cette fusion semble être l’ambition des leaders. Entre Wauquiez, Dupont Aignan, et Marion Maréchal, peu de divergences idéologiques, mais un souhait évident de chacun des trois de devenir le chef.
            – Je peine à piger la différence que vous établissez entre défense de la famille et mariage homo. En se mariant, les homos rentrent dans le rang, ce qui devrait réjouir les anti-hédonistes, catégorie à laquelle je n’appartiens pas. En fait, pour peu que la société accepte leur singularité, je ne vois pas en quoi ils déstabiliseraient notre société de classes, ennemie du plaisir dès qu’on a à faire au plaisir des pauvres. Je précise ce lien entre rejet de l’hédonisme et philosophie religieuse droitière au motif évident que les nantis et les cardinaux en sont dispensés. (Cf les partouzes homo sado maso au Vatican. Mais c’est tout sauf une critique. Je ne juge pas ces personnes dévoyées, sauf quand elles interdisent à autrui de faire la même chose.
            – Ceci dit, il n’y a pas que des homos au Vatican, juste 60%. Il y a aussi des pédophiles, bien sûr, et des libertins normaux, qui planquent leurs maîtresses et abandonnent leurs enfants. Je ne leur reproche rien vu que, moi aussi, le n’aime pas trop les enfants. Et puis, du moment que la morale est sauve. …
            – Mais c’est plaisant quand même de voir les demeurés de Sens Commun manifester bruyamment contre les pédés à la demande des pédés du Vatican. …Et sous les applaudissements nourris de pourritures comme Wauquiez, qui ne se cache même pas de les mépriser à juste titre, qualifiant son propre discours de « bullshit ». (Merde). Qu’est-ce qu’il en a à foutre de la famille des autres, Wauquiez? Rien. Il raisonne comme moi. Sauf qu’il a un mauvais fond. Du coup, il va aller en enfer. Défense de rire.

      • Votre commentaire justifie une réaction car il contient une part de vrai derrière l’invective…

        Ce n’est pas moi qui mets les musulmans « en opposition » avec le reste de la France : justement, mon propos est de dire comment les musulmans de France peuvent avoir pleinement leur place comme citoyens français, en mettant à leur juste place la religion et l’adhésion à la citoyenneté.

        En revanche, ce sont les prédicateurs wahhabites qui font tout pour opposer fidélité à l’islam et adhésion à nos lois, et qui cherchent à retrancher les musulmans de notre société, notamment les jeunes faussement attirés par le djihadisme violent. C’est ça qui est la cause d’une guerre civile larvée dont on voit les méfaits dans les actes terroristes. Et là, la réponse est claire, définitive : ça ne passera pas car nous sommes plus de 99 % des gens de ce pays à rejeter cette folie (j’y inclus la grande majorité des musulmans de France qui veulent y vivre dignement et paisiblement).

        Par contre, je suis d’accord avec vous : la laïcité, ça n’est pas l’exclusion des religions de la sphère publique. Elle n’impose nullement de « cacher ses croyances ». D’ailleurs, la pratique du culte est publique : on va à la mosquée, on va à l’église ou au temple…

        Ce qui ne va pas en revanche, c’est quand la religion prétend faire la conquête de l’espace public, comme dans des banlieues où les salafistes mettent tout un quartier sous coupe en contraignant les femmes à se voiler, en investissant les rues pour des prières sur le trottoir ou en faisant fuir les non-musulmans. Non seulement ce n’est pas acceptable mais en plus ce genre de conception du religieux provoque nécessairement un rejet de l’islam qui commence à déferler dans toute l’Europe car les gens se sentent menacés dans leur propre pays par une conception du religieux qui n’est pas la nôtre en Europe. Attention aux « ghettos » de musulmans qui nuisent autant aux musulmans qu’au pays.

        Il faut être très clair sur ce point : aucune religion n’ a le droit de « marquer son terrain » dans notre pays. Car la France n’appartient à aucun groupe religieux, même si le fonds culturel de notre nation est évidemment le christianisme et rien d’autre.

        Je récuse donc tout idée de haine dans mon propos.

        Le commencement de la paix civile réside dans deux principes :

        – respecter les lois et traditions du pays où l’on vit ; si on veut se ballader en burka, on peut émigrer en Afghanistan, mais ce n’est pas notre culture, point barre ;
        – respecter l’autre dans ses différences à condition qu’il ne vienne pas nier les lois et traditions du pays où il vit au nom de sa culture ou de sa religion.

        • @Romain

          Je me réfère récurremment à une règle, que j’assimile à un juge de paix quand j’ai un doute au sujet d’un projet de loi:
          « La liberté des uns commence là où finit celle d’autrui ». Cette règle a inspiré notre constitution, la laïcité, le code pénal, et la DUDH. Il est même étrange que tout puisse être compressé en une ligne.
          Sinon, il est évident que chacun doit respecter la loi. Mais cette loi doit, ou devrait se référer exclusivement à l’intérêt général.
          Les traditions auxquelles vous faites référence sont plutôt floues, et n’ont pas force de loi. Par exemple, dans la montagne corse, il est strictement interdit de parler à une jeune fille, concrètement, sous peine de mort. Par bonheur, on ne les voit jamais. Elles se cachent quand un visiteur arrive.
          – Du coup, je me demande un peu à quoi vous vous référez quand vous évoquez une culture française, que je peine à percevoir. Pour ma part, je distinguerais plutôt la culture mondialisée des capitales, de celle de la province, plus variable.
          – Quant à la « culture chrétienne », à l’aune des églises désertées, qu’en reste-t-il? Un curé pour dix églises, avec une clientèle de quelques bigotes de collection, qui votent sûrement Wauquiez. Un pape réformiste qui a renoncé à réformer, sans doute suite à un chantage. Une église sinistrée noyée dans les scandales sexuels, désormais dépassée par le succès des évangéliques. Normal. Ils sont fous.
          « Le XXIème siècle sera dément et disparaîtra en fumée ». Désolé. J’aime bien paraphraser les grands prévaricateurs. J’adore leur humour.

  6. je pense Ben que les chretiens et les musulmans s’entendent plutot bien ;mais je rejoins Plippe, y a t’il eu la meme chose avec les juifs et les chretiens,? si ce n’est pas le cas c’est tres maladroit;de toutes manieres je ne crois pas que l’assemblée legislative soit un lieu pour une priere

    • Votre opinion est parfaitement respectable dans la sphère des relations interpersonnelles mais ça ne peut pas marcher dans la sphère politique : une société politique tient en raison de ce qui réunit les citoyens et non pas seulement par ce qui les différencie.

      C’est pourquoi une opinion inspirée par les meilleures intentions du monde peut se révéler désastreuse au politique …

      Le Canada à mon avis a poussé trop loin le multiculturalisme (respect et exaltation des différences) qui se justifie bien sûr dans un pays neuf d’immigration massive : mais les Canadiens commencent à s’inquiéter de perdre de vue ce qui les rassemble et d’un émiettement de plus en plus prononcé de leur pays.

      Un pays, ce n’est pas un terrain vague où chacun pourrait planter sa tente et venir faire son méchoui…Ainsi la France est un pays de culture chrétienne et cette culture est aux fondements de notre société politique. Il est donc nécessaire que tous, y compris les non-chrétiens, respectent ces fondements même si ce qui inspire originellement ces derniers n’est pas présent dans leur propre fonds culturel originel : respect de l’égalité des personnes, notamment homme-femme, respect de la dignité et de la liberté de la personne, y compris de conscience, laïcité, port de tenues dans les lieux publics qui ne transforment pas la femme en spectre voilé, ce qui est la négation du rapport et de la rencontre inter-personnels dans notre culture, etc…

      Par conséquent les musulmans eux-mêmes qui vivent dans des pays non islamiques devraient faire très attention à des formes d’ « exaltation de la différence » qui pourraient bien à terme se retourner contre eux, surtout en Europe où on a tendance à faire flotter sur les mosquées le drapeau de la provenance de la communauté au propre comme au figuré (comme en Allemagne où on voit le drapeau turc…). Ce genre d’excès est de nature à alimenter la défiance plus que la confiance et à faire le jeu du populisme, les gens se sentant dépossédés de leur propre pays par une culture qui lui est étrangère.

      C’est pourquoi il faut rester attaché à la laïcité. Ce n’est pas une « religion » mais un principe d’organisation que je crois très sain car à la fois il énonce le respect des cultes et la non-immixtion des cultes dans la sphère politique. C’est d’ailleurs pourquoi je trouve que l’Etat en France ne devrait pas se mêler de dire aux musulmans quel devrait être leur Islam…mais se contenter de vider les prédicateurs étrangers qui proclament la haine de la France et de ses principes politiques et de poursuivre les prédicateurs français qui méconnaissent nos lois prohibant l’incitation à la haine, notamment la haine des Juifs. Ceci n’est pas et ne sera jamais admissible en France.

      Une fois que ces règles claires ont été posées, cela permet ensuite aux gens d’évoluer en toute liberté, d’éduquer leurs enfants dans le respect de la loi civique, comme le font en France de très nombreux musulmans, en toute paix civile : ceux dont on ne parle malheureusement jamais dans les journaux obsédés par les djihadistes et les salafistes wahhabites…C’est bien dommage.

      • Il ne faut jamais oublier que les deux Etats anglo-saxons créés en Amérique du Nord se sont constitués sur le massacre et la spoliation des indigènes puis sur la colonisation réalisée au dépens de ceux qu’on appelait encore dans les années 1960 les « nègres blancs d’Amérique », les Canadiens français qui s’étaient beaucoup mélangés aux Amérindiens, alors ledit multiculturalisme agité par Ottawa est un moyen utilisé pour masquer cette histoire là en multipliant les « candidatures » et en faisant oublier les spoliations et les inégalités d’origine. Cela explique aussi pourquoi ces deux Etats sont les principaux soutiens des entreprises étatiques d’ethnicisation au Moyen-Orient dans la foulée des accords Sykes-Picot et de la déclaration Balfour. Derrière le respect apparent des musulmans ici, comme d’autres ailleurs, se cache en fait une volonté de fragmentation des nations politiques et territoriales afin de diviser pour régner.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunis: une femme s’est fait exploser près de véhicules de police, selon les autorités

La ministre israélienne des Sports et de la culture visite la Grande mosquée Sheikh Zayed