in

Canada : deux musulmans nommés ministres

« La diversité est une réalité, l’inclusion est un choix ». Bien plus qu’une belle maxime sonnant comme un précepte à suivre, tel est le credo que Justin Trudeau a fait sien depuis six ans, et qu’il a réaffirmé avec force comme le fondement même de sa politique, dans un Canada multiculturel par essence.

Un pays de l’érable, riche de sa palette de couleurs flamboyantes, auquel son Premier ministre vient de redonner de l’éclat, lors de la composition de son tout nouveau gouvernement. 

A l’orée d’un troisième mandat à faire pâlir d’envie les prétendants au trône élyséen, sans parler de ceux (Sarkozy, Hollande) qui en ont été déchus sans gloire, l’indéboulonnable chef de file du Parti libéral a nommé, le 26 octobre, deux ministres musulmans dans l’équipe très paritaire de son Cabinet.

Publicité
Publicité
Publicité

Parmi les 38 heureux élus qui ont eu l’honneur de pénétrer dans le saint des saints du pouvoir canadien, Omar Alghabra et Ahmed Hussen ont attiré tous les regards. 

Omar Alghabra

Il conserve non sans fierté le maroquin des Transports, Omar Alghabra se remet à l’ouvrage avec une motivation intacte : « Notre pays a un bel avenir ! Je suis honoré de continuer à servir les Canadiens en tant que ministre des Transports. Alors que le secteur des transports continue de prospérer et d’innover, notre gouvernement sera là pour continuer à travailler dur pour vous ».

De son côté, le nouvel entrant Ahmed Hussen est déjà pleinement habité par la fonction. Le ministre du Logement, de la Diversité et de l’Inclusion aspire, en effet, à apporter sa pierre à l’édifice, en vue de consolider les fondations d’un Canada « inclusif et diversifié ».

Publicité
Publicité
Publicité

« Avec un ministère du Logement dédié, nous permettrons aux Canadiens de trouver plus facilement un endroit abordable où se sentir chez eux et nous mettrons fin à l’itinérance chronique », a-t-il déclaré, avant de clamer : « Soyons plus audacieux, plus forts et inébranlables dans la lutte contre la haine et le racisme. Nous devons le faire ensemble ! ».

Ahmed Hussen

Chantre de l’unité dans un Canada qui ne veut succomber à aucune peur contagieuse, ni à celle, paralysante, du coronavirus, et encore moins à celle, obsédante, de l’altérité, notamment musulmane, Justin Trudeau en a fait le serment avec solennité : « Ensemble, nous travaillerons sans relâche pour bâtir un avenir meilleur pour tous les Canadiens

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Yannick Jadot veut la fin de l’abattage rituel

«Les oliviers poussent encore à Gaza», l’ode à l’espérance de Ziad Medoukh