in

Aung San Suu Kyi, la chute vertigineuse de l’icône de la paix

Aung San Suu Kyi, la chute vertigineuse de l'icône de la paix

Aung San Suu Kyi, la chute vertigineuse de l'icône de la paix

Publicité
Publicité
Publicité

Publiée par Oumma.com sur Jeudi 13 décembre 2018

Hier adulée pour sa dissidence sacrificielle à Rangoun, aujourd’hui décriée pour son obéissance aveugle à la junte militaire, Aung San Suu Kyi, l’icône birmane de la paix, a fait une chute vertigineuse… Elle est tombée de son piédestal !
Parée de toutes les vertus, elle était en lutte contre les tyrannies. Toutes les tyrannies ? Sauf celle subie par les Rohingyas, la minorité musulmane martyre de l’Arakane ! Elle a fermé les yeux sur l’horreur des persécutions perpétrées par les autorités birmanes et les moines bouddhistes ultra-nationalistes, clamant à  la face du monde : « C’est un iceberg de désinformation ! ».
Aung San Suu Kyi a rompu son long silence de la pire manière qui soit. Elle a renié ses valeurs sur l’autel de la compromission avec le pouvoir. Tombée en disgrâce à l’échelle internationale, elle a été déchue de plusieurs titres de gloire en cascade.
Privée de son statut de « citoyenne d’honneur » par le Canada et les villes d’Oxford, Glasgow, et Edimbourg, le prix Elie Wiesel lui a été également retiré par le musée de l’Holocauste, à Washington. Humiliation suprême, elle n’est plus « l’Ambassadrice de conscience » d’Amnesty International. « Vous n’êtes plus un symbole de défense des droits humains. » – Kumi Naido, secrétaire général d’Amnesty International.
Grandeur et décadence, Aung San Suu Kyi pourra toujours méditer cette célèbre citation : « Il n’y a pas loin du Capitole à la Roche Tarpéïenne »….
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

100 musulmans, juifs et alliés du monde entier se rencontrent à Paris pour dialoguer et agir ensemble

Soulagement après la mort du terroriste du marché de Noël