in

Augmentation des actes islamophobes selon l’Observatoire National contre l’Islamophobie

BILAN DES ACTES ANTIMUSULMANS
1er trimestre 2018
AUGMENTATION DE 15 %
CHIFFRES :
Pour la période du 1er Janvier au 31 Mars 2018, il a été enregistré :

  • 30 actes antimusulmans contre 26 pour l’année 2017, soit une augmentation de 15 %.

 
ACTIONS :     11 pour le premier trimestre 2018 contre 26 pour la même période 2017, soit moins de 39 %,
MENACES :    19 pour le premier trimestre 2018, contre 8 pour la même période de 2017 soit une augmentation de 138 %.
ATTEINTES AUX LIEUX DE CULTE ET CIMETIERES :
Lieux de culte : 10 pour le premier trimestre 2018 contre 18 pour la même période 2017, soit 44 % en moins,
Cimetières : 2 pour le premier trimestre 2018 contre 2 pour la même période 2017, soit  0 %.
L’Observatoire National contre l’Islamophobie s’indigne de voir que des plaintes déposées depuis plus d’un an auprès de certains parquets n’ont pas abouti à ce jour et considère qu’il y a une justice à deux vitesses.
Le comble, lorsqu’un procureur de la République adresse un courrier au cabinet de l’avocate du CFCM pour l’informer que la plainte déposée contre une élue de la République de Compiègne, en date du 3 Août 2016, a été perdue, alors que le parquet avait informé l’avocate du CFCM par courrier du 7 Mars 2017 que l’enquête était en cours. Il s’agit là d’un scandale intolérable.
Il sera forcé de constater que l’institution judiciaire est défaillante lorsque les victimes sont supposées ou avérées musulmanes.
Qu’à l’inverse, lorsque les auteurs sont de confession musulmane, la réponse est toujours immédiate.
La persistance de cette politique pénale ne peut avoir qu’une seule conséquence : « nourrir le sentiment de révolte auprès des jeunes, les conduisant pour certains, à se sentir exclus de la société et devenant, par là-même, des cibles pour les islamofascistes ».
Ne soyons pas dupes parce que ces actes antimusulmans sont très souvent provoqués ou encouragés par des discours identitaires ou par des hommes politiques sur le déclin et en mal de reconnaissance médiatique, qui ont trouvé dans l’Islam et les musulmans de France leur nouveau bouc-émissaire.
Enfin, pour être plus complet dans la dénonciation de ces actes antimusulmans, n’oublions pas les discriminations et l’islamophobie via la cyber-haine qui sont en forte progression.
Le Président de l’Observatoire National contre l’Islamophobie
Délégué général du CFCM
Abdallah ZEKRI.
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Boycott : la pop-star Shakira annule son concert à Tel Aviv

Australie : l’imam de la paix appelle à respecter les ex-musulmans, car il « croit en l’humanité avant la religion »