in

Altercation avec des jeunes musulmans : deux ados des Yvelines, agresseurs d’une femme voilée, avaient tout inventé

D’auteurs d’une agression islamophobe à scénaristes d’un récit rocambolesque où ils se sont donnés le beau rôle, celui de victimes imaginaires d’une altercation avec une quinzaine de jeunes musulmans, il n’y avait qu’un pas que deux frères, âgés de 12 et 16 ans, ont franchi allègrement dimanche soir, à Montigny-le-Bretonneux (Yvelines).

Si jeunes et déjà assaillants de Camille, une jeune femme mariée de 30 ans et mère deux jeunes enfants, vêtue d’un léger voile en ce dimanche soir vers 21h30, alors qu’elle faisait son footing dans la douceur du début du mois de juin, et si intimement persuadés que leur version serait mille fois plus crédible que l’affligeante réalité…

Si jeunes et à ce point conditionnés par la libération de la parole raciste et emportés par la spirale de la violence décomplexée qu’ils ont brodé un conte d’horreur, mais à dormir debout… Les deux frères, mués en narrateurs d’une soirée frissons garantis, ont certes tenu en haleine la police d’Elancourt en leur racontant avec quelle brutalité ils furent apostrophés, puis malmenés par une quinzaine de jeunes gens musulmans sortant d'un kebab, mais ont échoué à les convaincre de la véracité de leurs dires. Le résultat sans appel de l’enquête est tombé mercredi : les deux ados ont menti, ils ont tout inventé !

Il faut dire qu’ils n’avaient pas lésiné sur les sévices endurés, le grand frère affirmant avoir été traîné par les cheveux et le poignet jusqu'au city parc, avant de se retrouver ligoté autour d’un arbre avec du ruban adhésif, interrogé sans ménagement au sujet de la simple dispute avec la femme voilée, tandis qu’un oiseau mort était déposé à ses pieds. Le coup de poing reçu en pleine face signant la fin de son calvaire…

C’est une tout autre histoire qui s’est passée dimanche 7 juin, sur le coup de 21h30, à Montigny-le Bretonneux, la victime étant bel et bien la joggeuse légèrement voilée et les deux seuls agresseurs de la soirée étant les deux frères dont le benjamin, qui a tenté de lui arracher son foulard, s’est révélé le plus hargneux, verbalement comme physiquement. Quant aux jeunes musulmans qu’il est si facile de cantonner dans le rôle des méchants, ils sont en réalité intervenus pour sermonner sévèrement les deux ados après avoir assisté à l’agression qualifiée de « choquante ».

Loin de se terminer par le « happy end » qu’ils espéraient, les deux frères, confondus au grand jour, sont désormais entendus par la police sur les violences commises sur la jeune femme, laquelle a déposé plainte pour violence volontaire contre le plus jeune. Ils pourraient également être poursuivis pour dénonciation de délit imaginaire car ce mensonge a mobilisé cinq fonctionnaires de police pendant 48 heures. Pour ces deux scénaristes de l’épouvante, c’est certainement le pire scénario catastrophe qui pouvait leur arriver…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daesh commet un massacre à Palmyre: récits de survivants

Pascal Boniface : “BHL essaie de faire le vide autour de moi”