in

Une jeune femme voilée, traitée de « terroriste », agressée à Marseille

L’immense onde de choc émotionnel créée par le terrorisme, cette bête immonde, n’a pas été sans déclencher ce que l’on redoutait : une soif de vengeance tout aussi aveugle et lâche que les attentats meurtriers qui la nourrissent, et qui a pris pour cible hier, mercredi 18 novembre, une jeune femme voilée à la sortie d’une bouche de métro en plein cœur de Marseille.

La malheureuse jeune fille a été la victime expiatoire d’un dangereux individu, âgée d’une vingtaine d’années, qui s’en est pris violemment à elle en raison de son hijab, assimilé au signe ostentatoire d’une terroriste, avant de faire parler ses poings et de la brutaliser, la blessant légèrement au thorax avec un objet acéré, ressemblant à un cutter.         

Le cri de haine strident « terroriste » que son agresseur a poussé en se déchaînant contre elle risque fort de hanter longtemps ses nuits, la jeune femme de la cité phocéenne, conduite aux urgences, s’étant vu prescrire deux jours d’ITT.

Une enquête a été immédiatement diligentée, la sûreté départementale assurant "mettre tout en oeuvre pour identifier et interpeller l'auteur" de cet acte odieux, dans un climat explosif ravivé par les attentats de Paris, notamment à Aix-en-Provence où plusieurs tags islamophobes ont ressurgi dans le paysage pour souffler sur les braises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui est Hasna Aitboulahcen, la femme kamikaze de Saint-Denis ?

Bernard Squarcini, ex-directeur des services secrets français, l’affirme : “Valls a refusé une liste de djihadistes français opérant en Syrie”