in

Allemagne : la célébration sous haute tension des un an d’existence du mouvement néo-fasciste Pegida

On le croyait moribond, mais l’afflux des réfugiés sur le sol allemand lui a hélas redonné un second souffle de vie, le groupuscule d’extrême-droite Pegida, ce ramassis de nazillons en mal de reconnaissance, viscéralement islamophobes et xénophobes, a battu le rappel des troupes pour célébrer avec pertes et fracas le premier anniversaire de sa création, à Dresde, dans l’est du pays.

Plusieurs milliers de partisans gonflés à bloc (20 000 selon les médias locaux) se sont rassemblés, lundi 19 octobre, sur la grande place du centre-ville pour fêter, dans le bruit et la fureur, les un an d'existence des « Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident », ce mouvement combattu avec la dernière énergie par la Chancelière Angela Merkel.

Angela Merkel qui, à l’instar de tout un pays, a été fortement ébranlée par l’agression au couteau dont a été victime samedi Henriette Reker, candidate à la mairie de Cologne, très impliquée dans l’accueil des réfugiés, par un homme proche des milieux d’extrême droite qui a revendiqué son crime en bombant le torse. Henriette Reker, hospitalisée d’urgence, a été élue dimanche maire de Cologne, plébiscitée par les électeurs avec plus de 52 % des voix.

Face aux fous furieux du Pegida, plusieurs contre-manifestations anti-fascistes, réunissant plus de 14 000 personnes, se sont mises en travers de leur route afin de couvrir leurs slogans haineux. C’est une date anniversaire peu glorieuse et sous haute surveillance policière qui a été commémorée sur le pavé de Dresde, les sympathisants électrisés du néo-fascisme allemand soufflant leurs bougies en espérant mettre le feu aux poudres dans l’ensemble des Länder du poids lourd européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une Brésilienne voilée consacrée “Meilleure pâtissière du Brésil” à la télévision

Le drapeau palestinien pris pour un “masque aux couleurs du Hamas” par Paris Match