in

Algérie : le séparatisme est mort cette semaine

Deux mois avant l’élection législative de juin passé je mettais en garde dans un écrit (« L’Algérie sans la Kabylie ») le pouvoir contre la folie de se contenter de 4% des voix électorales et même moins pour prétendre bâtir une « nouvelle Algérie » qui sera forcément une Algérie à quatre sous, ouverte aux quatre vents. Mais, prisonnier de son jusqu’auboutisme de toujours, il acceptait sans sourciller l’idée qu’une région centrale du pays ne soit pas représentée dans les institutions officielles, ce qui la plaçait d’office dans une spirale de séparatisme. 

J’écrivais dans cet article : « Si le pouvoir est incapable de comprendre qu’il est en train de DETACHER EN POINTILLES la Kabylie, qu’il ‎va l’acculer à la sécession à long terme, il faut lui faire un dessin : l’Algérie sans la ‎Kabylie est apparue clairement avec la non-participation de cette ‎région à l’élection présidentielle, puis avec l’acceptation par le pouvoir des résultats du référendum ‎sur la Constitution sans elle et, bientôt, avec sa non-participation à l’élection législative. Quand ‎viendra l’heure des élections communales et wilayales (départementales) auxquelles elle ne ‎participera vraisemblablement pas, elle achèvera sa sortie du système institutionnel algérien…. Ce que le MAK n’a pas pu obtenir, Tebboune veut le lui offrir gracieusement, lui permettant de ‎récolter infiniment plus qu’il n’a semé. Un large champ de manœuvres s’ouvrira alors devant les parties ‎étrangères intéressées par la dissociation de la Kabylie de l’Algérie ». 

L’image d’une Kabylie « détachée en pointillés », je l’ai utilisée pour la première fois dans une interview donnée au « Quotidien d’Algérie » le 29 octobre 1991 » sous le titre « Mr Boukrouh se prête au jeu de l’Abécédaire de Mustapha Chelfi ». A la lettre « K », j’avais choisi « Kabylie » en expliquant pourquoi : « D’aucuns l’ont, par des procédés divers, dessinée en pointilles sur la carte pensant pouvoir le moment venu la détacher de l’ensemble. C’est que le séparatisme est déjà en action dans l’esprit de ceux pour qui une carrière politique peut justifier n’importe quel crime… »

Publicité
Publicité
Publicité

Le 14 avril 1981, j’ai publié un écrit intitulé « Origines et vocation de l’Algérien » où, faisant allusion au « Mouvement culturel berbère » qui venait d’apparaître au grand jour, je disais : « Le réveil des particularismes auquel certains des nôtres travaillent n’est qu’une réaction au mouvement d’approfondissement des valeurs et de la personnalité nationales. S’il nous faut, en tant qu’Algériens, éprouver une juste fierté devant ce qui a été accompli de positif le long de notre histoire, il nous faut encore attendre les plus hauts titres de noblesse de l’avenir, de L’A-VENIR (de nous et de nos actions collectives) … Il y a mieux que les protestations de dignité : travailler à ce que les plus grands acquis de la Révolution – l’unité nationale et l’intégrité territoriale – ne puissent jamais souffrir de la moindre lésion » (« El-Moudjahid »). 

Vingt plus tard naissait le MAK.

Ma hantise du séparatisme remonte à plus loin que ces écrits, jusqu’à ce que j’en sois définitivement délivré par le « Hirak » dont le plus grand résultat pour moi n’est pas d’avoir obtenu le départ des Bouteflika, mais d’avoir produit la preuve éclatante de l’unité du peuple algérien d’une frontière à l’autre. C’est à cet « à-venir de nous et de nos actions collectives » que j’exhorte mes compatriotes depuis l’aube des années 1970 jusqu’à l’« Appel à une révolution citoyenne pacifique » que j’ai lancé entre septembre 2017 et janvier 2018.

Publicité
Publicité
Publicité

« Et si toute l’Algérie avait été la Kabylie ? » est le titre que j’ai donné à un écrit de janvier 2016. Avec le « Hirak », cette question est devenue une réponse. Le point d’interrogation est tombé une fois pour toutes. Il s’est transformé en point d’exclamation, et la « nation kabyle » est devenue à ma grande satisfaction toute l’Algérie, une plus grande Algérie, soudée à jamais.

Cette conscience de l’unité dans la diversité (des langues, des « madahibs » religieux et de la couleur de peau) est la condition sine qua non de la capacité de la société algérienne à exercer son droit à la souveraineté que la Constitution lui a donné en 1962 mais qu’un pouvoir illégitime continue de lui refuser parce qu’il ne lui fait pas confiance, surtout depuis 1991 quand la majorité électorale accorda ses suffrages à un parti théocratique qui aspirait au même rêve que celui de Daech ou des Talibans. 

Le pouvoir, lui, n’a pas la hantise du séparatisme. Il en joue consciemment et inconsciemment car il y trouve un prétexte pour justifier son rôle de « garant de l’unité nationale ». En revanche, il a la hantise de la séparation d’avec le peuple amorcée avec l’apparition du « Hirak ». Ce divorce l’obsède plus que n’importe quel séparatisme pouvant apparaître au Nord ou au Sud. 

Quand un peuple sort par millions dans les rues pendant des mois d’affilée pour rejeter une élection présidentielle dont le vainqueur est choisi par le commandement militaire, pour dire non à un référendum sur une Constitution élaborée dans les coulisses ou pour boycotter une élection législative recyclant les forces politiques qui soutenaient l’ancien régime, cela ne s’appelle pas un « faible taux de participation », mais un plébiscite exprimant le rejet d’un pouvoir abhorré. S’il continue à ne compter que sur la force et la prison pour imposer sa « légalité » au peuple et au pays, il les perdra tous les deux à plus ou moins long terme. 

Le crime commis cette semaine à Larbaa Nath Irathen en plein jour, en face d’un commissariat de police, par un groupe d’assassins sur lesquels des hypothèses contradictoires circulent sur les réseaux sociaux, n’a pas entamé la confiance populaire en la solidité des liens qui attachent les Algériens de toutes les régions depuis la Révolution du 1er novembre 1954, au contraire.

Il faut attendre les résultats de l’enquête pour être fixé sur les tenants et aboutissants de cet effroyable crime terroriste, mais d’ores et déjà il apparaît qu’il a emporté avec lui les calculs de ceux qui étaient acquis aux idées du MAK. Jamais la Kabylie ne marchera dans un projet séparatiste quel qu’il soit, d’où qu’il vienne et quoiqu’il en coûte. 

Publicité
Publicité
Publicité

La famille de Djamel Bensmail et les habitants de Larbaa qui ont pleuré ensemble la perte de celui qui est devenu le symbole de la fraternité retrouvée entre Algériens, ont ajouté à l’émotion la résolution nationale d’être plus que jamais unis et solidaires. Le séparatisme est mort cette semaine à Larbaa Nath Irathen, et une stèle à la mémoire de Djamel Bensmail sera son épitaphe.

Si le pouvoir a perdu politiquement la Kabylie depuis un bon bout de temps déjà, le peuple algérien vient de la récupérer en entier. La famille recomposée va pouvoir affronter en rangs serrés l’avenir : vaincre le Covid, puis repenser le « Hirak » pour le sortir de l’impasse où l’ont mené des « twaychia » qui ont étrangement disparu.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Mort et enterré et a cet heure subit le chatiment de la tombe !
    Celui qui regarde ce qui s’est passé en Algerie y verra certainement l’intervention du divin.
    Subnallaha hier encores des forces étrangères miser et exploités les tensions qui pouvaient exister en arabes et berbères.
    Le Maroc le premier a commencé par son émissaire a l’ONU qui présenta au menbres de cet organisme un document sur la soit disant occupation et injustice que les arabes algériens feraient subir au Kabyles.
    Il y a quelques jours le ministre des affaires étrangères Marocains Nacer bouricot et le ministre israélien se disant inquiets des relations entre l’Iran et l’Algérie.
    Quelques jours plus tard un des incendie les plus meurtriers éclataient en Algerie et un jeune homme d’origine arabe venant aider ses frères kabyles se fait Lynché dans la régions.
    Subnallaha azim la mort de Djamel a été et sera toujours le lien indéfectible entre les arabes et berbères Algériens.
    Les kabyles souvent désinformer de l’exterieur se croyaient rejetés par les arabes Algérien.
    Ils n’en n’étaient rien les arabes Algériens ont déclenchée une solidarité énormissime et de toute les régions d’Algérie qui a fait l’admiration de fonctionnaires americain touché par l’elan de générosité de ce même peuple.
    En a peine deux jours par la sagesse de Allah rezza wa jal le plan de destruction de l’Algérie qui date de plusieurs années s’est écroulée comme un château de sable.
    Subnallaha !! Allah rezza wa jal a retourné la situation car c’est lui qui commande chaque chose , rien ne se fait sans sa permission dans l’univers.
    Cela qui qui n’y pas vu l’intervention divine pour contrer le plan Marocco Israélien de morcellement de l’Algérie c’est que son coeur est voilé des chose de ce monde.
    Ya si othmani ya. Benkirane iqraou Qoran El Karim wa samirou qawlo allah hina ya qoul :  » innahoum ya kaidouna kaidan wa akidou kaidan  »
    Saddaqa lahou azim.🇩🇿🇩🇿🇩🇿👍

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le vicariat et la science

Mahmoud Zheng He: le grand explorateur Chinois musulman