in

Al Quaraouiyine, la plus ancienne université du monde fondée par une femme

A Quaraouiyine, la plus ancienne université du monde fondée pa…

Al Quaraouiyine, la plus ancienne université du monde fondée par une musulmane en l’an 859 Découvrez cette femme femme exceptionnelle qu'est Fatima el-Fihriya !!!!

Опубліковано Oumma.com 9 березень 2017 р.

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les aïeux de l’actuel roi du Maroc ont donné au monde en plus de cette université les “Nobel” de leur époque .
    Ceci pour insister sur l’actuel Sahara occidental , source de litige entre deux peuples frères qui alors était territoire des Mourabitounes composés des tribus berbères sans distinction de Maroki contre djazairi .Et en hommage au Grand et Sage Président CHADLI qui a été un militant du Grand Maghreb Arabe. Que les jeunes se souviennent que peu avant sa mort sa Majesté HASSAN Ethani ,avait rencontré à la frontière , en terrain neutre feu le Président algérien en vue de régler leurs différends frontaliers.

  2. c’est mentir de parler de probleme de frontiere, l’Algérie n’a jamais rien réclamé ni annexe quoi que ce soit
    Les algériens ont récupère le territoire qu’ils ont repris aux français pas plus pas moins, le problème c’est la politique expansionniste des autorités marocaines qui réclament et annexe des territoires, l Algérie n’a jamais réclamer le polisario et n’a declancher aucune guerre.

    elle soutient et aide ces mouvements c’est un choix politique et morale défendable ou condamnable a chacun de faire son idee.

    le Pb du polisario existe avec ou sans l’algerie c’est sahraoui existe et reclament leurs droits denier leur existance c’est pas regler le pb.

    parler de pb entre algerie et maroc c’est effacer plus de 40ans de guerre et de souffrance d’homme et de femme qui reclament d ‘etre entendus ils ne sont dans ce partage d’etat nation ni marocain ni algerien ou mauritanien ils sont sahraoui!!!

    aimez pour vos freres ce que vous voulez pour vous memes.

  3. Cette université à été fondée sous la dynastie chiite des idrissides car à l’époque le nord de l’Afrique était largement chiite et c’est aussi une dynastie chiite, les fatimides, partie d’Algérier et ayant pris le contrôle du nord de l’Afrique qui allait fonder l’université Al Azhar du Caire. A cette époque là, les limites entre les écoles islamiques n’étaient pas figées comme elles le sont aujourd’hui, les esprits étaient ouverts et un climat d’émulation régnait permettant aux uns et aux autres de découvrir des courants différents. A la même époque d’ailleurs l’Iran était sunnite dans sa grande majorité. C’est cette fécondité et cette ouverture d’esprit qui a été oubliée et négligée depuis. Alors si nous devons revenir vers le passé, ce n’est pas pour encenser sa grandeur sans en comprendre le sens et ce qui permettait sa dynamique.

  4. La seule qui ait laissé à l’humanité non seulement la mosquée université El Qarawiyyîn (les Cairouanais) mais aussi et surtout le concept d’Université est Fatima el Fihriya. Une femme musulmane très pieuse et savante. Au IXéme siècle vers 850, originaire de Kairouan en Tunisie, elle émigra avec sa famille à Fès. Son père était un riche commerçant dont elle hérita la fortune.
    Afin de s’assurer que chaque pierre de la mosquée ait une origine sûre et licite, elle acheta un terrain adjacent à celui de la mosquée et demanda aux ouvriers de n’utiliser que des matériaux issus de ce terrain. Ils creusèrent donc la terre afin d’en extraire des pierres, du sable, du plâtre etc.
    Et pour entourer ce projet de toutes les bénédictions divines possibles, elle fit le vœu de jeûner tous les jours, jusqu’à la fin des travaux. Lorsque la mosquée fut achevée, Fatima s’y prosterna par reconnaissance envers Son Seigneur pour lui avoir permis de mener ce projet à terme.
    La mosquée Qarawiyyîn, qui est la première université de l’histoire, produisit de grands penseurs tels qu’Abou Al-Abbas al-Zwawi, Abou Madhab al-Fâsi, un grand théoricien de l’école malékite, ainsi que Léon l’Africain, le célèbre voyageur et écrivain. Des sources historiques parlent également de sommités telles que le philosophe Ibn al-‘Arabi, l’historien Ibn al-Khaldoun, ou l’astronome andalous Alpetragius (Al-Bitruji) qui enseignèrent aux étudiants d’al-Qarawiyyîn.
    Le célèbre philosophe et théologien juif, Ibn Maimoun (Maimonide) étudia dans cette institution. Gerbert d’Aurillac, qui n’est autre que le pape Sylvestre II et celui qui aurait introduit le chiffre zéro en Europe, fut également un étudiant de cette Université.
    Il est honteux d’attribuer à d’autres le mérite de cette femme généreuse, pieuse et intelligente. Elle fait honneur à la gent féminine et à l’humanité toute entière.
    Malheureusement pour nous ses efforts n’ont pas été poursuivis. Cher Otto Khor, au XVII âme siècle, il y avait longtemps que nous ne produisions plus de “Nobel” et ce n’est pas une nouvelle dynastie qui arrangea les affaires, ne t’en déplaise. Travestir l’histoire n’est pas très sain, Il est parfois opportun de se taire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocus saoudien : les Qataris paniquent et se ruent dans les supermarchés

Le Ramadan en images dans le monde arabe