Se prendre pour Voltaire ?

Dans une Tribune (Le Monde du 14 février), Hervé Loichemol me met directement en cause dans une soi-disant

par

mercredi 22 février 2006

Dans une Tribune (Le Monde du 14 février), Hervé Loichemol me met directement en cause dans une soi-disant tentative de censure de la pièce de Voltaire Le Fanatisme ou Mahomet le prophète. Depuis treize ans, M. Loichemol raconte cette contrevérité. Je tiens à préciser trois points :

1. A cette époque, j’enseignais Voltaire - dont la pièce Mahomet - et des dizaines de lycéens pourraient en témoigner. Pas de censure ni de fatwa donc contre Voltaire qu’il faut lire, étudier et jouer. Il serait bon néanmoins de ne point retenir de son œuvre que la critique anticléricale. Des Lettres philosophiques à Micromégas ou à l’Ingénu, Voltaire s’en prenait aussi, et vertement, à l’arrogance de certains esprits si dangereusement assurés de détenir la seule « vérité rationnelle ». Il pourfendait les aveuglements des autres noyés dans leurs propres contradictions : n’est-il pas bon de rappeler ces enseignements à nos défenseurs contemporains de la grande cause de la liberté de pensée et dont le silence est assourdissant lorsqu’il faut condamner les quatorze annulations ou retraits de salles qui m’ont été signifiées en moins de deux ans en France sous la pression des RG ou de responsables de partis ? La liberté de certains serait plus noble que celle des autres ?

2. En ce qui concerne la pièce, le Département Culturel de la Ville de Genève s’est opposé à l’époque à sa réalisation car le budget présenté par M. Loichemol avait été considéré comme faramineux. Le Maire de Genève, M. Alain Vaissade, a ensuite ajouté que cette pièce pouvait heurter la sensibilité des musulmans. Le refus de subvention a été pris par les autorités sans avoir consulté les musulmans : M. Vaissade l’a dit sur les ondes de la Radio Suisse Romande (Forum, octobre 1993) en ajoutant qu’il ne m’avait ni vu ni parlé avant ou après avoir pris cette décision. Robert Ménard, de Reporters sans frontières, a questionné les autorités de l’époque (il est le seul en France à avoir effectué cette vérification) : la directrice des affaires culturelles d’alors, Mme Erica Deuber Ziegler, a confirmé ma version des faits (Revue Media, Mars 2005). Dans une récente émission diffusée en Suisse (Infrarouge, 7 février 2006, à visionner sur www.tsr.ch ) M. Loichemol a d’ailleurs lui-même reconnu que je n’avais pas appelé à la censure.

3. M. Loichemol, flairant le « coup médiatique » d’une « affaire Rushdie genevoise », avait décidé en 1993 de lancer un grand débat sur la place publique autour de la question : « Peut-on relire tout Voltaire ? ». C’est alors que je suis intervenu. M. Loichemol affirme aujourd’hui que j’appelais alors à la censure et à l’interdit (contrairement à ma position actuelle dans l’affaire des caricatures de Mahomet où, habile selon lui, j’utiliserais une « rhétorique suave » en parlant de « délicatesse » ou de « respect »). Or voici des extraits de ma lettre ouverte publiée le 10 octobre 1993 dans la Tribune de Genève : « A n’en point douter je serai avec vous, en première ligne, dans la défense de la liberté de conscience et d’expression, mais mon quotidien m’a appris que mon ‘droit d’exprimer ‘ doit s’habiller de précaution lorsqu’il rencontre l’intimité d’autrui, son affection ou la dimension vivante qu’il donne au sacré. Vous appelez cela ‘ censure’, j’y vois de la délicatesse. » C’est exactement la position que je tiens aujourd’hui et déjà, en 1993, je proposais à M. Loichemol d’expliquer ses intentions, par pédagogie, pour que les musulmans aient les moyens de prendre une distance critique si la pièce devait être jouée : « N’y a-t-il pas quelque sagesse à mesurer -par anticipation- les possibles dégâts, à en discuter avant de se voir forcé à condamner ce que l’on aurait pu éviter ? L’histoire récente est pleine de nos négligences. » (Voir l’intégralité sur : www.tariqramadan.com).

Nos « Voltaire à géométrie variable » semblent chaque jour davantage trahir le couragede l’auteur d’un Zadig qui a tant emprunté au Coran et qui n’eut de cesse de répéter qu’il faut avoir la modestie de douter de soi et la force d’entendre autrui. Une bien belle leçon pour certains de nos relatifs intellectuels qui ont substitué à l’ancien dogme de la grâce nécessaire celui de leur foi aveugle en leur raison suffisante. Ceux-là sont doublement dangereux quand ils se prennent pour Voltaire.

Publicité

Auteur : Tariq Ramadan

Dernier livre paru, Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?, éditions Archipel, janvier 2005  (Cliquez ici pour vous procurer ce livre)
Professeur à l'université d'Oxford (St. Antony's College) et Senior Research à la Lokahi Foundation. (site internet : www.tariqramadan.com)

Derniers ouvrages :

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma