Grippe A (H1N1) : la vigilance est de mise à l’approche des pèlerinages à la Mecque

Qualifiée tantôt d’épidémie, tantôt de pandémie, l’irruption du virus de grippe A (H1N1) met tout le

jeudi 20 août 2009

Qualifiée tantôt d’épidémie, tantôt de pandémie, l’irruption du virus de grippe A (H1N1) met tout le monde sur le pied de guerre. Etat français, chercheurs, institutions, chacun y va de ses prévisions de possible propagation, certaines plus alarmistes que d’autres à la perspective de l’automne, qui obligent certes à opter pour le salutaire principe de précaution, mais sans pour autant devoir céder à une psychose aux effets tout aussi contagieux.

Pour sa part, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a déjà tranché en recommandant aux fidèles, par la voix de son président, Mohammed Moussaoui, de ne pas ne se rendre à La Mecque pour l’Omra à l’occasion du Ramadan, et si d’ici fin novembre aucun vaccin fiable n’y remédie de ne pas effectuer le grand pèlerinage.

Alertant sur les risques sanitaires encourus en Arabie Saoudite qui déplore à ce jour 14 victimes, la déclaration du CFCM ne fait pas consensus, à l’instar de la réaction pour le moins courroucée du président du conseil régional du culte musulman de la Réunion, Abdullah Mollan, qui en appelle avant tout à la responsabilité individuelle : « Ce n’est pas aux responsables religieux de prendre de telles décisions ». « Jusqu’à preuve du contraire, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays plus touché qu’un autre par la grippe A. Les musulmans réunionnais sont informés et assez grands pour prendre leur décision eux-mêmes ».

Circonspect, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que seule une évolution fulgurante de la maladie conduirait la France à prendre des mesures exceptionnelles, en liaison avec les autorités saoudiennes, pour veiller au bon déroulement du pèlerinage à la Mecque qui mobilise chaque année près de 30 000 pèlerins français.

Inscrite à l’agenda du CFCM, cette délicate question sera abordée avec d’autres responsables musulmans très prochainement.

Publicité

commentaires