in

Valls épinglé par Pierre Ménès pour avoir souhaité la victoire du FC Barcelone sur le PSG

Dans notre République indivisible et si farouchement laïque, il en va de la double allégeance comme du communautarisme, certains sont plus en odeur de sainteté que d’autres et ne constituent nullement un péril en la demeure. C’est le miracle français du deux poids deux mesures…

C’est ainsi que lorsqu’un tee-shirt siglé Algérie est arboré bien innocemment dans la rue (se référer à l’article « calvaire d’Arezki »), ou que des étendards algériens flottent au vent, dans les stades, lors de mariages ou même pour fêter la victoire de Hollande, la France de tous bords crie désormais au feu, tandis qu’elle tolère avec une infinie bienveillance que des drapeaux israéliens soient brandis sur les Champs-Elysées et que l’hymne israélien soit entonné pour clore des meetings.

Rien de nouveau sous le soleil, et même si cette hypocrisie sans nom, drapée dans une honorabilité républicaine pas si honorable que cela, ne leurre plus personne, elle parvient toutefois à nous surprendre encore par son outrecuidance qui ne doute de rien ! En la matière, le très présomptueux ministre de l’Intérieur Manuel Valls se pose là…

Sans vouloir tirer sur l’ambulance en plein scandale Cahuzac, à l’onde de choc cataclysmique, ce dernier n’a-t-il pas été néanmoins pris en flagrant délit de double allégeance, après avoir déclaré sans détour souhaiter la victoire du FC Barcelone sur le PSG, lors du quart de finale de la Ligue des Champions… N’est-ce pas là un crime de lèse-majesté que d’entendre un ministre régalien de la République Française espérer la victoire de son pays d’origine, l’Espagne ?

Des propos qui ont échauffé les oreilles du journaliste Pierre Ménès, dont la répartie bien sentie a exprimé tout haut ce qu’une certaine frange de la population pense tout bas : “Si j’approuve le soutien de Valls au Barça ? Non c’est nul. On taille Benzema pour la Marseillaise mais Valls soutient une équipe étrangère. Démagogie anti-qatarienne“, a-t-il invectivé sur son compte Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Affaire Cahuzac : quand le journaliste Jean-Michel Apathie « tweetait » à boulets rouges sur Mediapart

Correctif