in

USA : une pétition en faveur de la reconnaissance des fêtes musulmanes à l’école

Dans une chronologie toute fédérale qui prouve que l’acceptation de l’islam a fait son chemin aux Etats-Unis, c’est la ville de Cambridge, située dans le Massachussetts, qui fut la première à  inscrire les deux fêtes majeures de l’islam au calendrier scolaire. Une initiative pionnière qui essaima en 2010 dans la capitale de l’Etat, Boston, qui elle-même inspira plusieurs autres localités voisines du New Jersey, la commune de Dearborn, dans le Michigan, faisant figure d’exception, puisqu’avec plus de la moitié de ses 18 000 élèves qui est de confession musulmane, elle devança l’usage en ajoutant deux jours fériés pour l’Aïd el-Fitr et l’Aïd al-Adha.

La reconnaissance de la présence musulmane, de ses rites et de ses grandes célébrations est en marche, et afin d’accélérer le mouvement, un groupe de jeunes étudiants musulmans de Virginie ont peaufiné une pétition appelant à statuer sur l’intégration nationale de leurs deux fêtes incontournables, à ne manquer sous aucun prétexte, dans toutes les écoles publiques du pays.

Pour ce faire, un vecteur de communication institutionnel, et pas n’importe lequel, s’imposait pour crédibiliser et donner un large écho à leur requête, et c’est sur l’un des sites de la Maison Blanche « We, the people » qu’ils jetèrent leur dévolu en espérant sensibiliser les cimes du pouvoir par trop inatteignables.

Un petit mois aura suffi pour recueillir plus de 34 000 signatures en provenance des quatre coins de l'Amérique, même la plus reculée, un résultat extrêmement encourageant qui a mis du baume au cœur des étudiants du comté de Fairfax, à l’origine de cette mobilisation inédite, se prenant à rêver de rassembler plus de 100 000 signatures et de voir leur vœu le plus cher exaucé.

"Je pense qu'il y a eu une vraie poussée à l'échelle nationale en faveur de la reconnaissance des fêtes musulmanes dans le système éducatif, principalement dans le système scolaire où il y a un grand nombre d'élèves musulmans", a déclaré Ibrahim Hooper, porte-parole de l’association américano-islamique CAIR, au quotidien Le Christian Post. "Cette pétition veut favoriser le dialogue sur cette question, et je la vois, personnellement, comme un moyen judicieux de faire avancer les choses", a-t-il ajouté.

En substance, voici un extrait de la pétition qui interpelle directement Barack Obama, car selon le vieil adage qui convient en pareil cas, et en terre chrétienne de surcroît : « Il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses Saints »…

"Avec le nombre croissant de citoyens de confession musulmane qui  vivent sur le sol américain, nous pensons qu'il est grand temps que les fêtes musulmanes soient reconnues par les écoles de ce pays. Les écoliers, collégiens, lycéens, étudiants ainsi que le personnel éducatif musulmans méritent les mêmes avantages que les autres croyants. Nous appelons le président Obama à soutenir cette pétition et à faire progresser le caractère inclusif de notre grande nation."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le calendrier des « musulmans sexy » défraie la chronique aux Etats-Unis

Un désarroi Français