in

Le calendrier des « musulmans sexy » défraie la chronique aux Etats-Unis

Quoi de plus normal que les saisons s’égrènent sur un calendrier, mais ce qui est plus atypique c’est qu’à chaque mois corresponde son Mister musulman gratifié d’un physique avenant, comme le laisse entendre une accroche affriolante bien dans l’air du temps, surtout en ce mois de janvier propice à l'étalage de calendriers « sexy », masculins comme féminins, qui ne se vendent plus sous le manteau depuis longtemps….

Seulement voilà, Outre-Atlantique, cette manière d’effeuiller le temps a suscité une déferlante de réactions, le calendrier inédit et iconoclaste des « hommes musulmans sexy de l’année », réalisé par les créatrices du site « Love Inchallah », laissant place à une éphéméride de qualificatifs, entre rejet, perplexité, et amusement.

A chaque jour son épithète plus ou moins flatteur, souvent moins que plus d’ailleurs, nombre de musulmans américains, femmes comme hommes, déplorant vivement « la chosification » de coreligionnaires dont on ignore qu’ils se sont avant tout illustrés dans leur domaine spécifique de compétences.

Il faut dire que le titre très vendeur du calendrier manque cruellement de la petite touche humoristique dont ses conceptrices musulmanes affirment l’avoir doté, à l’approche de la sortie d’un ouvrage dédié à la gent masculine que d’aucuns jugeront audacieux ou licencieux, et qui risque fort d’animer les repas de famille tout au long de l’année, de janvier à décembre…

"Nous avons souhaité fêter notre  nouveau livre "Salaam, Love: American Muslim Men on Love, Sex & Intimacy", a déclaré Ayesha Mattu au Huffington Post, se réjouissant du buzz créé par son calendrier de la discorde, tandis que Ahmed Shihab Eldin, alias Mister Mai, qui n’est autre qu’un journaliste du site américain, ne regrette pas d’avoir pris la pose pour la bonne cause : "Sérieusement, je vous félicite. Je pense qu’il est intéressant d’essayer d’explorer les moyens de promouvoir et d’interpréter ce que c’est que d’être sexy, ce que c’est que d’être musulman, ce que c’est que d’être talentueux", a indiqué ce dernier.

A chaque mois, son égérie musulmane au masculin, et à chacun son opinion, hiver comme été…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui a parlé d’apartheid en Israël ? (Vidéo)

USA : une pétition en faveur de la reconnaissance des fêtes musulmanes à l’école