in

USA :« My Jihad », une grande campagne pédagogique contre les campagnes islamophobes

Galvaudé à dessein, détourné de son sens profond pour ne résonner que d’un cri de guerre contre l’Occident, le terme « Jihad » évoque désormais le pire dans l’inconscient collectif, suscitant effroi et indignation.

Le réhabiliter auprès des américains non-musulmans en lui redonnant sa vraie signification originelle, tout en favorisant sa réappropriation par les musulmans eux-mêmes, tel est le nouveau défi que l’influente association des relations américano-islamiques (CAIR) a décidé de relever pour endiguer le torrent de haine qui inonde l’Amérique à grand renfort de campagnes islamophobes ravageuses, notamment dans le métro New Yorkais.

Une action de communication salutaire qui arrive à point nommé, après qu’un récent rapport publié par le CAIR et l'Université de Californie ait tiré la sonnette d'alarme sur la recrudescence de l’islamophobie aux Etats-Unis.

Sous le slogan audacieux et significatif « My Jihad », le CAIR de Chicago a créé l’événement, le 14 décembre, en lançant une ambitieuse campagne d’affichage visant à revaloriser le Jihad du cœur, symbole d’une lutte humaine tournée vers l'excellence sur le chemin de Dieu, à mille lieues du bellicisme qui lui est accolé.

Le Jihad, ce concept islamique vertueux qui exhorte les musulmans à se transcender, à s’améliorer ainsi que le monde environnant, a trouvé sa déclinaison dans un concept de communication original, pédagogique, intelligent et que les responsables du CAIR espèrent suffisamment intelligible pour briser les plus noires perceptions.

"La campagne « My Jihad », qui sera bientôt visible à New York, Washington DC, San Francisco, Houston et Seattle, aspire à redonner ses lettres de noblesse à un  vocable qui a été récupéré et dévoyé à la fois par les extrémistes musulmans et les islamophobes, qui ont en commun d'avoir conféré la même connotation guerrière au terme", a déclaré Rehab Ahmed, directeur général du bureau du CAIR de Chicago, dans un communiqué.

Nombre de bénévoles qui ont travaillé d’arrache-pied à l’élaboration de cette campagne sont des militants et des étudiants musulmans,  auxquels s’est joint un groupe très actif de mères de famille, particulièrement angoissées à la perspective de voir leurs enfants grandir dans un environnement pollué par la désinformation permanente, quand il n’exacerbe pas la haine anti-musulmans.

Outre l’habillage des bus et des trains, la campagne se prolonge sur le Net et dans les réseaux sociaux, dotée d'une indispensable vitrine électronique officielle : "Nous souhaitons favoriser une compréhension éclairée de l’islam, de ses principes, de ses pratiques, dans les médias, la sphère de l’éducation mais aussi en  touchant directement le grand public", a précisé Rehab Ahmed qui mise beaucoup sur l'impact positif de la bonne parole prêchée par "My Jihad".

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des milliers de Marocains ont assisté à l’inhumation du Cheikh Yassine

Le Qatar, un requin de la finance qui ne fait pas de cadeaux à la Tunisie