in

Universitaires et étudiants musulmans dans le collimateur de la police de New York

En dépit de ses excès de zèle islamophobes qui l’ont récemment disqualifiée, la police de New York continue de n’avoir d’yeux que pour ses administrés musulmans, qu’elle a plus que jamais à l’œil,  les universitaires et étudiants n’échappant pas à cette surveillance accrue, qui a même dans le collimateur l’élite pédagogique de Yale et de l’université de Pennsylvanie.

Selon l’Associated Press, des enseignants de Buffalo, à 480 kilomètres de New York, ont éveillé la suspicion des autorités américaines, lesquelles ont choisi de recourir à la bonne vieille méthode de l’infiltration pour en savoir plus sur ces professeurs suspectés de professer une idéologie pousse-au-crime…

Une taupe s’est ainsi mêlée à une séance de rafting, pour consigner dans un rapport les noms des étudiants et comptabiliser le nombre de prières par jour.

D’autres fins limiers gardent, eux, l’œil rivé sur Internet, épiant jour et nuit les sites d’étudiants musulmans, bien que ceux-ci n’aient rien à se reprocher, pas plus que leurs professeurs d’ailleurs. Ces détectives noircissent des pages entières de noms, qui sont remises ensuite au commissaire de police Raymond Kellytristement connu pour ses méthodes peu orthodoxes envers la communauté musulmane de Big Apple.

Interrogé sur cette extrême vigilance qui ressemble à s’y méprendre à une nouvelle espionnite aiguë, le porte-parole de la police Paul Browne a brandi une liste de 12 personnes arrêtées ou condamnées pour des accusations reliées au terrorisme aux États-Unis et ailleurs, toutes, selon ses dires, étant membres d'associations d'étudiants musulmans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Interview d’Ilyasah Shabazz, fille de Malcolm X

Sondage sur le regard des Européens sur l’Islam